www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités
Il y a 40 000 ans, les premiers chinois liés génétiquement aux amérindiens et asiatiques actuels (22/01/13)

L'ADN d'un Homo sapiens de Chine vieux de 40 000 ans, parle...

Passés au crible high-tech des généticiens de l’Institut Max Planck, des échantillons osseux provenant d’un fossile d’Homme moderne d’environ 40 000 ans, découvert il y a quelques années en Chine, racontent le lien entre l’ADN de cet homme préhistorique et celui des Asiatiques et Indiens d’Amérique d’aujourd’hui.
 
les ossements d'Homo sapiens en Chine datant de - 40 000 ansL’étude
Avec l'aide, cette fois-ci, de l’Académie des Sciences chinoise, l’Institut Max Planck d'anthropologie évolutionnaire de Leipzig (Allemagne) vient encore de faire progresser nos connaissances des origines de l’Homme, en analysant l’ADN nucléaire (celui du noyau des cellules) et l’ADN mitochondrial (issu d’organites cellulaires ‘énergisantes’) extraits de l’os fossilisé de la jambe d’un Homo sapiens de quelque 40 000 d’âge, mis au jour en 2003 dans la caverne  de Tianyuan, près de Pékin (Chine). Un fossile ancien pour la région, puisque l’Homme anatomiquement moderne n’apparaît dans la documentation fossile d’Eurasie que vers -50 à -40 000 ans (si l’on écarte certaines découvertes à l’interprétation très controversée, comme celle de l'homme de Zhirendong, dans la  Grotte de Zhiren, également en Chine).
Photo : MPI for Evolutionary Anthropology

Un régionalisme déjà marqué
Les résultats de cette étude indiquent que ce spécimen appartenait à une lignée génétique déjà distincte de celle qui aboutit aux Européens d’aujourd’hui. En revanche, cet habitant de la Chine paléolithique semble partager une origine commune  avec les ancêtres de nombreux Asiatiques et Amérindiens d’aujourd’hui. Une avancée importante, car les relations génétiques entre ces anciens humains anatomiquement modernes de la fin du Pléistocène - qui semblent présenter une grande diversité - et les populations humaines actuelles sont encore loin d’être clairement établies. Particulièrement en Chine, où des découvertes telles que celle de la Grotte du Cerf Rouge ajoutent à la complexité des données anthropologiques.

Confirmation des hybridations
En outre, les généticiens du Max Planck Institute expliquent que le génome de l’homme de Tianyuan comporte globalement la même proportion d’apports néandertaliens et denisoviens que celui des Homo sapiens actuels habitant cette région d’Asie. « Cet individu a vécu durant une transition importante de l'évolution : [celle durant laquelle] les premiers hommes modernes, qui partageaient certaines caractéristiques avec les formes antérieures telles que les Néandertaliens, ont remplacé ces derniers ainsi que les Denisoviens, qui, plus tard, se sont éteints », explique Svante Pääbo, qui, cette fois encore, a dirigé ces travaux.

Le site de TianYuan en ChineLever peu à peu le voile…
Multiplier les études, les techniques et les collaborations : tel semble être le mot d’ordre du célèbre institut allemand. Lors de cette recherche, une partie du travail a été effectué dans un nouveau laboratoire géré conjointement par la Max Planck Society et l’Académie des Sciences de Pékin. Et les chercheurs ont utilisé cette fois encore une nouvelle technique qui permet de distinguer à coup sûr l’ADN ancien étudié de celui issu des bactéries vivant aujourd’hui dans le sol des gisements fossilifères. « Davantage d’analyses, sur d’autres humains anciens issus de toute l’Eurasie, approfondiront notre compréhension de la façon dont l’Homme moderne s’est répandu en Europe et en Asie », conclut Svante Pääbo.
Photo : Institute of Vertebrate Paleontology and Paleoanthropology (IVPP), Beijing

F. Belnet

Sources :
ScienceDaily,
BBC
Max-Planck institut

A lire également
2012 : Les hommes du Cerf Rouge
2012 : Le plus ancien homme moderne en Chine il y a 63 000 ans
2011 : Violences humaines il y a 200 000 ans en Chine
2010 : Des premiers hommes en Chine il y a 100 000 ans ?
2008 : Un crâne de plus de 80 000 ans en Chine
2007 : Homo sapiens et la colonisation de la Chine

 





22/01/13


 
Sur Hominides
- L'homme de Pékin

- Une humaine



Expansion de l'homme
préhistorique


A lire
La préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient
Marcel Otte
La préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient, nouvel ouvrage du préhistorien Marcel Otte sur une zone géographique rarement décrite en préhistoire. Espèces d'hominidés (Homo erectus, Homo florresiensis, Homo sapiens), cultures lithiques
En savoir plus sur le livre Préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient.
La préhistoire de la Chine
Amazon

Evolution, histoire de homme
Alice Roberts
Un guide visuel unique et documenté sur l'histoire de l'Homme, qui nous confronte à nos plus lointains ancêtres, grâce aux stupéfiants portraits modélisés des frères Kennis. Pour tous publics..
En savoir plus sur Evolution. L'histoire de l'homme
Evolution, l'histoire de l'homme