www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News - Une rencontre Néandertal - Sapiens il y a 40 000 ans en Europe
Après la rencontre il y a 60 000 ans, Sapiens et Néandertal se sont à nouveau "rencontrés" (23/06/15)

En Europe aussi Néandertal et Sapiens se sont plus que croisés…
Homo sapiens et Néandertaliens se sont également mélangés il y a 40 000 ans selon l’étude génétique d’un individu découvert en Roumanie.  

ADN décrypté Sapiens Néandertal Roumanie
La découverte d’Oase 1

C’est le 16 février 2002 que la mâchoire d’un hominidé a été mise au jour dans les grottes de Pestera cu Oase, dans le sud-ouest de la Roumanie. Les ossements ont été datés de – 37 000 à – 42 000 ans  par la méthode de datation au carbone 14.  Les fouilles ont permis de dégager également un crâne fragmentaire (Oase 2) et un temporal gauche presque complet (Oase 3). L’ensemble des ossements n’appartiennent pas au même individu : Oase 2 était adolescent au moment de sa mort alors qu’Oase 3 était adulte. Si les restes sont identifiés Homo sapiens, ils présentent toutefois des traits plus primitifs, comme des dents de grande dimension. Ce sont parmi les plus anciens hommes modernes identifiés en Europe.
Photographie de Svante Pääbo, Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology




Plus d’ADN de Néandertal que n’importe quel autre humain… 
Le groupe de scientifiques a extrait et séquencé le matériel génétique de la mâchoire d’Oase 1. Dans un premier temps il a fallu « nettoyer » l’ADN des génomes parasites provenant des microbes issus du sol ou l’os était enfoui. De manière identique, le génome a été purifié des ADN des personnes ayant manipulé la mâchoire dans le passé.
A leur grande surprise, ils ont découvert que cet Homo sapiens était plus étroitement lié aux Néandertaliens que n’importe quel autre humain déjà analysé…
Le spécimen présente entre 6 % et 9 % du génome commun avec Néandertal. C’est une énorme différence puisque actuellement les européens ne possèdent que 2 à 4 % d’ADN commun.

Néandertal comme arrière, arrière-grand-père (ou grand-mère) ! 

Au fil du temps et des générations, l'ADN est transmis, recombiné, enrichi et aussi dilué. L’héritage génétique des ancêtres devient de plus en plus parsemé au fil des générations… Dans le cas présent cette forte proportion d’ADN néandertalien indique que cet individu avait un ancêtre de Néandertal seulement quatre à six générations en arrière, il y 40 000 ans.
David Reich, un co-auteur de l'étude, indique "au cours des dernières années, nous avons recensé plusieurs fossiles présentant des traces génétiques du croisement entre Homo néanderthalensis et Homo sapiens. Toutefois, nous ne pensions pas avoir la chance de trouver un individu aussi proche de cet événement."

Un homme moderne, certes, mais pas notre ancêtre direct
Les analyses antérieures de génomes humains anciens et modernes ont montré que Homo sapiens s’est probablement accouplé avec Néandertal peu de temps après avoir émigré hors d’Afrique, il y a 50 à 60 000 ans. La machoire d'Oas 1 d'ou a été extrait l'ADNCeci explique pourquoi seules les populations en dehors des africains subsahariennes possèdent un pourcentage d’ADN néandertalien.
D'après son génome, notre homme des grottes de Pestera cu Oase n’est toutefois pas lié à la lignée actuelle des européens. Il est plus étroitement relié aux asiatiques, à l’est, et aux amérindiens. "Cet individu, malgré le fait d’avoir été trouvé en Roumanie, ne ressemble pas aux Européens actuels" a déclaré le professeur Reich.
Il rajoute "Il existe des preuves d'une occupation humaine initiale de l'Europe par Homo sapiens mais qui n'a de descendance en Europe. L’homme Oase1 faisait peut-être partie d’un groupe pionnier en Europe, qui a été remplacé plus tard par d'autres groupes."

Pour la paléontologue Qiaomei Fu (Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig) "les données de la mâchoire impliquent que les Homo sapiens se sont mélangés avec les Néandertaliens non seulement au Moyen-Orient, mais aussi en Europe, à deux périodes différentes ».


Sources
Max Planck Institut
ScienceDaily


Photographie de Svante Pääbo, Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology

A lire également
2007 Les premiers Sapiens en Europe (en Roumanie, à Oase) avaient quelques traits archaÏques
2010 Sapiens et Néandertal partagent une petite partie d'ADN en commun Acte I
2012 Sapiens et Néandertal se sont bien hybridés Acte III
2014 Encore plus de gènes en commun avec Néandertal

 



Sur Hominides

- Néanderthal une spéciation par distance ?

- Disparition de Néandertal
A lire
Survivants
Chris Stringer
L’Afrique passe aujourd’hui pour le berceau de nos premiers ancêtres humains ; est-elle également le lieu originel de notre espèce Homo sapiens et de ce qui lui est propre : le langage, l’art, la technologie complexe? L’hypothèse de cette double sortie d’Afrique, d'abord étayée par les restes fossiles, se nourrit des données archéologiques et génétiques, y compris, depuis peu, l’ADN des fossiles néandertaliens. 
En savoir plus sur Survivants
Survivants


Néanderthal - Une autre humanité
Marylène Patou-Mathis
Néanderthal appartient comme nous à la grande famille des hominidés. Mais, au XIXe siècle, la découverte de ce premier fossile humain suscita le trouble dans les esprits : la parenté avec une telle brute, aux antipodes de notre humanité, était impossible... D'autres découvertes et l'immense progrès des sciences permettent enfin de retracer la longue histoire de Néanderthal.
Lire la critique de Néanderthal une autre humanité - Marylène Patou-Mathis
Neanderthal, une autre humanité
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall