www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News - Première bière de la Préhistoire au Paléolithique
Premières traces de brassage de bière à la Préhistoire (18/09/18)

Les Natoufiens brassaient une sorte de bière il y a 13 000 ans  
C’est sur le site natoufien de Raqefet, en Israël, que des chercheurs ont identifié des traces de fermentation de céréales dans des mortiers de pierre. 




Une étude publiée dans la revue « Journal of Archaeological Science: Reports » indique que des pratiques de brassage de la bière pouvaient être utilisées au Moyen-Orient il y a 13 000 ans. Cela repousse de plusieurs milliers d’années la découverte et l’utilisation des méthodes de fermentation des céréales.  Auparavant, les pratiques de brassage de la bière étaient liées au développement de l’agriculture, soit 7 000 ans BP.
Cette étude est le fruit d’une collaboration entre des archéologues de l’Université de Stanford, aux États-Unis, et ceux de  l’Université de Haïfa, en Israël.

Images (B) Photo des deux premiers mortiers (BM1,2) et localisation du troisième mortier BM3 sur le sol de la grotte. Reconstitution de l'utilisation des mortiers.
Crédit: Elsevier, Journal of Archaeological Science: Reports. Crédits pour photos: Dror Maayan. Conception graphique: Anat Regev-Gisis





Les découvertes dans la grotte de Raqefet
"Nous savons ce que les Natoufiens faisaient dans cette grotte. Ils y enterraient certains de leurs morts sur une plate-forme recouverte de fleurs et de plantes" indique Dany Danel (Zinman Institute of Archaeology).
Depuis 2004, les fouilles dans  la grotte de Raqefet, en Israël, ont permis d’identifier de nombreuses sépultures (les ossements d’une trentaine d’individus ont été mis au jour) mais également des cavités de toutes tailles creusées dans la roche. C’est plus particulièrement trois d’entre elles, des mortiers de 40 à 60 cm de profondeur, qui ont retenu l’attention des scientifiques.
Après cinq saisons de fouilles et l’utilisation de différentes méthodes d’investigation (archéologie expérimentale, examen contextuel, mesure de l’usure et analyse biochimique des résidus), les archéologues sont parvenus à décrire l’utilisation qui en était faite.
Les résultats de l’étude indiquent que les Natoufiens ont exploité au moins sept types de plantes associées aux mortiers, notamment du blé ou de l'orge, de l'avoine, des légumineuses et des fibres végétales (y compris le lin). Ils ont emballé des végétaux destinés à l’alimentation dans des récipients en fibres et les ont stockés dans les mortiers. Ils ont utilisé ces derniers, creusés dans la roche, pour broyer et cuire les graines et les fibres végétales, mais également pour « brasser de la bière »  à base de blé et d'orge.
"Si nous ne nous trompons pas, nous avons affaire au plus ancien témoignage de production d'alcool de quelque type que ce soit au monde", a indiqué Dani Nadel.


Vue générale de la partie réservée au brassage des céréales

Une sorte de plan de travail pour la fermentation
Les modèles d'usure et d'assemblage microbotanique suggèrent que deux des trois mortiers examinés ont été utilisés comme récipient de stockage pour des végétaux - y compris du malt de blé et d'orge. Ils étaient probablement recouverts de couvercles (dalles de pierre ou autres matériaux). Pour faciliter leur manipulation, les aliments ont dû être placés dans des paniers en fibres libériennes. Les puits étroits et profonds étaient idéaux pour garantir une fraîcheur convenant au stockage des aliments, en particulier pour la conservation des malts de céréales.
Le troisième mortier étudié a été interprété (données sur l'usure et les résidus) comme un récipient multifonctionnel destiné à la préparation des aliments, comprenant aussi bien des végétaux que de la bière à base de blé / orge, probablement accompagnés de légumineuses et d'autres plantes.
"Ils fabriquaient apparemment un liquide ressemblant à de la soupe, en fait une boisson alcoolisée", dit Dani Nadel. « La boisson produite était différente de la bière actuelle, beaucoup moins forte en alcool, mais fermentée » ajoute–t-il.

Dani Nadel indique que « la position des mortiers dans la grotte laisse penser que la production de cette bière était directement liée à des rites / cérémonies, ou du moins à des activités sociales des Natoufiens. Ces innovations sont "antérieures de plusieurs millénaires au début de la culture domestique de céréales au Proche-Orient".

Pour les archéologues, les preuves de brassage de bière à la grotte de Raqefet, il y a 13 000 ans, constituent un autre exemple des rites et de la cultutre natoufienne. Le brassage de la bière peut avoir été, au moins en partie, une motivation sous-jacente à la culture de céréales dans le sud du Levant, confirmant l’hypothèse de la bière proposée par les archéologues il y a plus de 60 ans.

C.R.

Sources :

Fermented beverage and food storage in 13,000 y-old stone mortars at Raqefet Cave, Israel: Investigating Natufian ritual feasting
Sciencesdirect
ScienceDaily

A lire également

2016 Le régime alimentaire enrichi des hommes du Mésolithique
2016 Rite funéraire au natoufien
2017 Premier site natoufien

 

Alimentation dans la Préhistoire sur Amazon

 

Sur Hominides

- Alimentation au Paléolithique, une étude de Brigitte et Gilles Delluc.

A lire
Mangeurs de viande
Marylène Pathou-Mathis
Marylène Patou-Mathis remonte à nos origines pour découvrir comment notre alimentation s'est modifiée depuis la Préhistoire. Nous sommes tous des carnivores... des mangeurs de viande.
En savoir plus sur Mangeurs de viande.
Mangeurs de viande - Patou-Mathis
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall

Les dents de l'homme
De la préhistoire à l'ère moderne
Florie Duranteau
A travers un glossaire illustré extrêmement précis et développé, de Toumaï à l'homo sapiens, en passant par les australopithèques, cet ouvrage détaille et explique les diverses mutations de la dent, de la mandibule et de la face, en s'attardant sur les conséquences générées par ces transformations sur la posture et le régime alimentaire de chacun.
Les dents de l'Homme de la préhistoire à l'ère moderne
livre

 
Cultura.fr.