www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités
Dragon Man, le surnom d'un nouveau représentant du genre Homo en Chine ? (28/06/21)

Une nouvelle espèce identifiée en Asi :, Homo longi
Un crâne découvert depuis 1933 permet de rajouter une espèce au genre Homo. Baptisé Dragon Man, le fossile créé un petit cataclysme dans le monde de l’évolution humaine…   




Un crâne humain avait été découvert en 1933 dans la ville de Harbin traversée par la rivière Songhua, dans la province du Heilongjiang « Rivière du Dragon Noir » au nord-est de la Chine. Après différentes péripéties dues à l’invasion japonaise de la partie orientale de la Chine où il fallait cacher les fossiles des mains de l’envahisseur, le crâne était inconnu des scientifiques. En 2018, le crâne est sorti de sa cachette et conservé au Musée de Géoscience de l’Université Hebei GEO à Shijiazhuang.
Une équipe de chercheurs chinois et le paléoanthropologue britannique Chris Stringer ont pu lancer différentes études pour déterminer son espèce et son âge ainsi que ses caractéristiques morphologiques, et enfin reconstituer l’histoire de cette espèce et sa place dans l’évolution de l’humanité. L’étude du crâne a été publiée dans la revue The Innovation.

Photo Kay Geng





Le fossile de Harbin
Pour le professeur Qiang Ji, de l'Université Hebei GEO, « ce crâne est l’un des fossiles humains du milieu du Pléistocène les mieux conservés. »
Presque intégralement conservé ,le crâne de Harbin présente des caractéristiques anatomiques qui ne permettent pas de l’attribuer avec certitude à une espèce en particulier.
Le crâne est de taille supérieure par rapport aux crânes appartenant à d'autres espèces humaines, en moyenne. Le cerveau semble lui, de taille similaire à celui de notre espèce.
Le fossile de Harbin a de grandes orbites presque carrées, des arcades sur orbitale très marquées et épaisses, la cavité buccale est large et la dentition surdimensionnée d’après les cavités dentaire et l’unique molaire retrouvée.
Même en l’absence d’éléments du squelette, la robustesse du crâne indique aux chercheurs que l’Homme de Harbin avait probablement une puissante constitution.

Crâne face et profil Homme de Harbin - Xijun Ni

Un fossile de 146 000 ans !
Plusieurs méthodes de datation ont été utilisées : analyses géochimiques, y compris la fluorescence X non destructive, les éléments des terres rares et les isotopes du strontium. Les résultats suggèrent que le crâne fossile provenait d'un lit de sédiments lacustres âgés entre 138 et 309 000 ans. 
Sur le crâne en lui-même la datation uranium donne un âge de 146 000 ans donc en concordance avec les autres datations. 

Qui est Dragon Man ?

Par rapports aux autres hominidés on peut donc parler d’une espèce possédant une « grosse tête » assez large mais avec un cerveau de taille plus classique. Ces caractéristiques archaïques peuvent faire penser à un néandertalien mais ce n’est pas le cas.
"Le crâne présente une combinaison de mosaïques de caractéristiques primitives et plus modernes, le distinguant de toutes les autres espèces humaines", a expliqué le professeur Qiang Ji.
Par ailleurs, les chercheurs ont étudié la morphologie du crâne en isolant près 600 traits caractéristiques qu'ils ont ensuite informatiquement comparés à ceux d'autres fossiles, afin d’essayer de trouver des correspondances.
Pour l’équipe le crâne pourrit être morphologiquement apparenté à d'autres spécimens retrouvés en Asie (Dali, Jinniushan, Hualongdong, Xiahe). Selon cette hypothèse les autres fossiles appartiendraient donc à cette nouvelle espèce, Homo longi, en référence au mot chinois "long", signifiant dragon.

Des crânes d’hominidés du plus ancien à gauche à Dragon Man à droite. Photo Kay Geng

Pour le professeur Chris Stringer (Natural History Museum de Londres)  qui a participé à cette étude, on peut toutefois lui trouver des signes forts de ressemblances avec le crâne de l’homme de Dali. De manière plus générale le paléoanthropologue indique « Dans notre étude, l’homme de Harbin est plus proche d’Homo Sapiens que l’homme de Néandertal ne l’est ».  C’est-à-dire que le dernier ancêtre commun entre Dragon Man et Homo sapiens est plus récent que notre ancêtre commun avec les Néandertaliens. 
"Nous avons retrouvé notre lignée sœur perdue depuis longtemps", a déclaré Xijun Ni, professeur à l'Académie chinoise des sciences et à l'Université Hebei GEO à Shijiazhuang.
Le professeur Marta Mirazon Lahr, de l'Université de Cambridge, pense que Dragon Man était, en fait, un Denisovien. Elle complète en indiquant que "les Dénisoviens sont une population principalement connue par son ADN.  La mâchoire trouvée sur le plateau tibétain pourrait appartenir à un Dénisoviens. Et la mâchoire du Tibet et celle de Dragon Man Dragon se ressemblent..."

Jean-Jacques Hublin, paléoanthopologue (Collège de France), déclare à la Revue La Recherche que "cette mandibule, beaucoup plus complète que les restes de l’Altaï, a des caractères morphologiques que l’on peut comparer à ceux d’autres fossiles chinois. Cela conforte l’idée que, très probablement, tous ces fossiles sont des Dénisoviens. Ce crâne de Harbin, est, pour moi le plus complet des fossiles dénisoviens."

Pour avoir des certitudes sur la place de cet hominidés dans la famille humaine, il faut trouver de l’ADN au plus profond de l’os, sans contamination…  et confirmer que c’est peut-être le premier crâne quasi complet de Dénisovien identifié.

 

Reconstitution de Dragon Man - Photo CHUANG ZHAO

C.R.

Sources :

Cell.com
Geochemical provenancing and direct dating of the Harbin archaic human cranium
2.1-million-year-old stone tools suggest hominins reached East Asia much earlier than thought.

BBC

A l ire également
2021 : Datation des bifaces en association avec des tectites à Nalai en Chine, 800 000 ans
2018 : Un Hominidé en Chine il y a 2,1 millions d'années
2017 : il était une fois l'homme en Chine il y a 260 000 ans
2017 : Homo sapiens il y a 300 000 ans au Maroc
2015 : Des Homo sapiens en Chine il y a 263 000 ans
2015 : Une étude génétique de grande envergure sur les origines africaines de l'homme
2013 : L'ADN d'un Homo sapiens de Chine vieux de 40 000 ans
2012 : Les hommes du Cerf Rouge
2012 : Le plus ancien homme moderne en Chine il y a 63 000 ans
2011 : Violences humaines il y a 200 000 ans en Chine
2010 : Des premiers hommes en Chine il y a 100 000 ans ?
2008 : Un crâne de plus de 80 000 ans en Chine
2007 : Homo sapiens et la colonisation de la Chine






 
Sur Hominides
- L'homme de Pékin


Sortie d'Afrique à la préhistoire
Sortie d'Afrique - Out of Africa



Expansion de l'homme
préhistorique


A lire
La préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient
Marcel Otte
La préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient, nouvel ouvrage du préhistorien Marcel Otte sur une zone géographique rarement décrite en préhistoire. Espèces d'hominidés (Homo erectus, Homo florresiensis, Homo sapiens), cultures lithiques
En savoir plus sur le livre Préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient.
La préhistoire de la Chine
Amazon

Histoires d'ancêtres
Collectif
La fabuleuse histoire de l'origine de l'Homme est relatée ici de façon simple et synthétique, avec les acquis de toutes dernières découvertes. Toutes les espèces qui ont participé de près ou de loin à la genèse des Hominidés sont décrites biologiquement, ainsi que leur apport culturel. Cinquante million d'années d'histoire se sont déroulées jusqu'à cette espèce Homo sapiens, la nôtre.
En savoir plus sur le livre Histoire d'ancêtres.
5e édition revue et augmentée
Histoires d'ancêtres


Quand d'autres hommes peuplaient la terre
Jean-Jacques Hublin
Le point sur les dernières découvertes et études scientifiques sur les origines de l'homme de Lucy à Néandertal... une nouvelle évolution de l'homme.
Facile à lire et complet.

En savoir plus sur le livre Quand d'autres hommes peuplaient la terre
Quand d'autres hommes peuplaient la Terre
Amazon

Survivants
Chris Stringer
L'Afrique passe aujourd'hui pour le berceau de nos premiers ancêtres humains ; est-elle également le lieu originel de notre espèce Homo sapiens et de ce qui lui est propre : le langage, l'art, la technologie complexe? L'hypothèse de cette double sortie d'Afrique, d'abord étayée par les restes fossiles, se nourrit des données archéologiques et génétiques, y compris, depuis peu, l'ADN des fossiles néandertaliens. 
En savoir plus sur Survivants
Survivants