www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News - La datation des peintures préhistoriques plus ancienne que l'on ne le pensait...
La naissance de l'art pariétal et rupestre repoussée dans le temps... Michel Lorblanchet (27/06/12)

A propos des nouvelles datations de l'art rupestre et pariétal
Michel Lorblanchet

[ Nous avons demandé au préhistorien Michel Lorblanchet de bien vouloir réagir aux récentes datations d'art rupestre et pariétal effectuées sur les sites de Narwala Gabarnmang en Australie, mais aussi dans certaines grottes ornées d'Espagne. ]

Une première peinture de la préhistoire il y a 28 000 ans en Australie Des chercheurs australiens ont mis au jour, puis daté de - 28 000 an, un dessin paléolithique provenant d'un site du nord de l'Australie. Grotte d'El Castillo, mains négatives Une étude de l'Université de Bristol a permis de dater de manière différente plusieurs sites d'art pariétal dans le Nord de l'Espagne.

Un texte de Michel Lorblanchet

L'Australie
est un pays particulièrement intéressant parce que son art rupestre est le plus riche et sans doute le plus ancien du monde... celui qui a connu la plus longue durée; de plus, l'Australie n'a pas été peuplée par l'homme de Néandertal. Dans l'état actuel des connaissances   l'homme moderne  a occupé l'Australie il y a 50 à 60 000 ans ; il est bien l'auteur des premières peintures et gravures  rupestres, à une époque où la mégafaune était en train de disparaître...
Il y a deux ans une équipe australienne a identifié  sur la paroi d'un abri de l'Ouest de la Terre d'Arnhem (culture Jawoyn) une représentation peinte en rouge d'une espèce d'émeu géant (Genyornis newtoni) qui selon  les données de  la paléontologie a disparu il y a environ 45 000 ans. L'étude de cette peinture qui pourrait être l'une des toutes premières du monde est en cours (RG.Gunn,LC.Douglas,RL.Whear : "What Bird is that ?" Australian archaeology N°73, 2011. Graeme Ward "Pleistocene rock painting in Australia"2011 à paraître, Congrès international de Tarascon )- Mais diverses fouilles dans les abris sous roche du nord de l'Australie , de la Terre d'Arnhem et du Kimberley (Malakunanja II, Nauwalabila  et Capenter's Gap) ont livré des niveaux d'occupation humaine datant de 50 000 à 60 000 ans contenant de vieilles industries lithiques de la tradition des "outils-nucleus et racloirs" ("Horse hoof's cores and scrapers tradition") souvent associées à des nodules d'ocre portant des facettes d'utilisation.
Un niveau de Capenter's Gap daté d'environ 40 000 ans a même livré un fragment de paroi peinte tombé de l'abri, ce qui en fait un des témoins d'art rupestre les plus anciens; Dans une vaste partie du continent se développent par ailleurs, les gravures pleistocènes  de Panaramitee;  des tracés digitaux identiques à ceux des grottes européennes ont été datés d'environ 20 000 ans dans la grotte de Koonalda et dans plusieurs autres grottes du sud australien. (Lorblanchet 1996 : "L'art est-il né en Australie" , Encylopaedia Universalis)

En Europe, les datations récentes UT, d'Altamira, Le Castillo et Tito Bustillo suscitent les commentaires suivants :

       1) -cette méthode nouvelle ELARGIT considérablement le champ d'application des méthodes de datations des  oeuvres pariétales puisqu'elle est indépendante des pigments et des techniques d'exécution  (peintures, gravures, sculptures); Elle peut être appliquée à n'importe quelle œuvre dans n'importe quelle région du monde. A ce titre elle constitue un progrès immense, équivalent à la mise en place des méthodes de datation directe des oeuvres pariétales.
En 1990 les toutes premières datations directes AMS de pigments dans la grotte de Cougnac (Lot) par le laboratoire C14 de Gif-sur-Yvette,  nous faisaient alors penser que nous entrions dans "l'ère post-stylistique", c'est à dire dans une époque nouvelle où leur style  ne serait  plus le seul moyen de datation des oeuvres pariétales  (M.Lorblanchet et P.Bahn editors,1993 : "Rock art studies : the post stylistic era or where do we go from here ?" Oxford, Owbow Monograph 35 ); La multiplication des datations que va permettre la méthode UT nous projette, de nouveau, dans une ère nouvelle.

       2)-Les datations UT confirment aussitôt L'ALLONGEMENT de la durée de l'art pariétal paléolithique qu'indiquaient  déjà les dates AMS .. Nous voici  revenus (sans surprise pour certains d'entre nous) aux "400 siècles d'art pariétal" , le titre du fameux livre de H. Breuil publié en 1952.
Les études d'art pariétal paléolithique ont connu deux approches successives : celle de Breuil et de ses disciples fondée sur l'idée d'une stratigraphie des peintures calquée sur celle des couches de terrain ; selon cette théorie du "palimpseste"  les oeuvres se seraient accumulées sur les parois pendant de longues périodes .. La seconde approche ébauchée par Max Raphael fut surtout celle de Leroi-Gourhan  établissant que chaque grotte ornée est univers organisé.
        Ces deux conceptions de l'art pariétal s'opposaient et dialoguaient : les parois enregistraient l'accumulation des oeuvres, la succession d' apports indépendants de         groupes et  de cultures différents, mais aussi, les figures se rassemblaient s'associaient, s'organisaient en une continuité de sens, selon des schémas identiques répétés qui aboutirent finalement  à une inévitable CONTRACTION temporelle et sémantique . D'abord à une "contraction" théorique de la durée de l'art pariétal paléolithique aux environs de 20.000 ans. Mais l'idée elle même d'organisation-selon un schéma d'ailleurs unique-  allait en même temps dans le sens d'une "uniformité" de l'art pariétal ; Ces dates UT mettent l'accent sur la longue durée , c'est à dire  sur une probable HÉTÉROGÉNÉITÉ des formes et des contenus , l'hétérogénéité des interventions pariétales, et des intervenants, conduisant à l'acceptation de ruptures au sein d'une évolution stylistique que l'on avait cru  univoque avec montée progressive vers  l'apogée du naturalisme ... Déjà Chauvet, Cussac, Lascaux, Altamira, l'art de plein air du Côa , nous apparaissaient comme des chefs d'oeuvres dans un splendide isolement, c'est à dire des accidents indépendants de leurs contextes culturels, incapables de s'intégrer dans une évolution stylistique générale; la question que reposent ces dates est celle aussi de l'existence d'une évolution ou d'un kaléidoscope stylistiques.
Comme tous les travaux de terrain ayant apporté  une contribution à "l'étude archéologique des grottes ornées", nos études personnelles nous conduisent aujourd'hui à une "perception dynamique de l'art pariétal paléolithique",  à la constatation que les grottes ornées ont servi  pendant de très longues périodes;  à l'instar de celles d'Australie ou de l'Inde , les parois peintes de nos grottes ont été "retouchées" ,  fréquemment remises en service dans des contextes marqués par l'évolution des croyances (Lorblanchet ; "L'art pariétal, grottes peintes du Quercy" 2010)

       3) En confirmant  la longue durée de l'art pariétal paléolithique , ces nouvelles dates  obtenues dans les grottes espagnoles rappellent que la naissance de l'art rupestre  comme la naissance de l'art en général, sont antérieures à  l'apparition  de l'homme moderne.
Cependant  ces dates ne font que poser le problème de l'origine de l'art des cavernes: il reste à le résoudre ;  il reste à prouver que  Neandertal a fréquenté RÉGULIÈREMENT les grottes profondes (les indices sont sur ce point très limités) , qu'il a investi le milieu souterrain comme  l'a fait l'homme moderne.. Il nous reste à découvrir une grotte  ornée dont le sol serait jonché de vestiges moustériens.. il nous reste à fouiller les grottes ornées de façon plus systématique et plus approfondie, et il nous reste à approfondir l'étude de leurs  parois , par exemple à retrouver les rénovations  et adaptations qu'ont connues les figurations pendant les longs millénaires du Paléolithique supérieur .
Heureusement des équipes performantes sont en train de fouiller les habitats de transition paléo moyen - paléo supérieur qui éclairent le contexte dans lequel l'art des grottes s'est mis en place.

   Rien n'était impossible à l'homme de Néandertal, puisque depuis deux millions d'années au moins, dès son origine, l'homme est un "homo estheticus". Nous avons toujours  pensé que la rencontre de l'homme de Néandertal et de l'homme moderne a été  une période d'émulation culturelle et spirituelle qui a permis l'émergence du grand art des parois en continuité avec les créations de 2 millions d'histoire de l'art...  nous écrivions en 2006 "l'homme moderne est bien l'auteur de l'art des cavernes, mais l'homme de Néandertal a contribué à l'exaltation de ses capacités d'artiste; il se peut d'ailleurs que l'homme de Néandertal n'ait pas dit son  dernier mot en matière d'archéologie : bien  des choses restent à connaître sur le Paléolithique supérieur ancien et sur la paternité des cultures qui cohabitaient à l'aurore de cette ère nouvelle.. L'acculturation s'est produite dans les deux sens... Neandertal dont les capacités cognitives étaient affirmées depuis longtemps a pu aller très loin dans l'imitation du nouvel arrivant, et ses capacités d'artiste ont pu s'épanouir dans ce contexte. Il n'est pas impossible que la recherche conduise un jour à accepter qu'il soit l'auteur d'une forme d'art pariétal ; en effet n'a-t-t-il pas, à tout le moins,  précédé les Aurignaciens dans la réalisation très symbolique des cupules sur bloc de rocher ?" (Lorblanchet , "Les origines de l'art"  Editions du Pommier 2006, p.43)

Les  dates UT qui viennent d'être publiées, jalonnent  donc une nouvelle étape dans l'étude de l'art rupestre en confirmant certaines de ses orientations actuelles : elles sont un encouragement pour la plupart d'entre nous.

Michel Lorblanchet (directeur de recherches honoraire au CNRS/ 25-06-2012)


Rock art in the old world - Michel Lorblanchet


Rock art in the old world
Papers presented in Symposium A of the AURA Congress, Darwin (Australia) 1988.
Edited by Michel Lorblanchet

Rock Art in the Old world is an invaluable documentation of what is probably the first manifestation of the creative urge of man. Il consists of selected papers from the World Congress of Rock Art held in Darwin in 1988. For the first time rock art of very broad geographical regions covering the continents of Africa, Asia and Europe have been dealt with in one book. Little know traditions such as the panorama of Chinese art and that of the former Soviet Union hhave been studied. samples of rock art identified only recently have been described.
The papers presented in this volume are convincing proof of the importance of the study of Rock Art, both for archeology as also ethnology and lifestyle studies.

The vast spectrum shows that although there has been a history of research on Rock Art, as a young discipline it is exploring various avenues of growth. Several of the papers indicate the extensive research carried out in India.The Indira Gandhi national Center for the Arts (IGNCA) is a premium institution pursuing Rock Art research in a universal context. One important component of this programme is the establishment of the gallery of primeval sight called Adi Drsya, dedicated to everything that is understood by the word paleo-art. This unique volume is the first in the IGNCA series of Rock Art Studies. It is mean for wide ranging specialists and students interested in human history and art.

A lire également
2017 Une présence humaine prouvée en Australie il y a 65 000 ans
2014 : Nouvelles datations de l'art pariétal en Indonésie... à - 40 000 ans

Les livres de Michel Lorblanchet sur Amazon


Sur Hominides

Art préhistorique
L'art pariétal


A lire
La naissance de l'art
Genese de l'art préhistorique
Michel Lorblanchet

Reliant les observations réalisées et les connaissances accumulées par lui-même et par ses collègues, ce chercheur tente dans ce livre de mieux comprendre comment l'Homme est devenu artiste. Il commence par un exposé des théories successivement émises par les préhistoriens pour expliquer la naissance de l'art.
Puis il place l'origine de l'art dans le contexte général de l'origine de l'Homme...
La naissance de l'art Michel Lorblanchet
Aamazon

Les origines de l'art
Michel Lorblanchet
Dans la collection Les origines de la culture, Michel Lorblanchet présente les différentes théories pour expliquer l'art préhistorique. Un petit livre pour tout comprendre, simplement !
Les origines de l'art - Michel Lorblanchet


Art Pariétal
Grottes ornées du Quercy

Michel Lorblanchet

Le Quercy compte à lui seul 28 grottes ornées (sur 150 sites d'art pariétal paléolithique connus en France) et une quarantaine de sites d'art mobilier. Etudes, photographies et relevés sont le fruit de 40 années de travail de l'auteur. Un travail et un livre énormes !
Art pariétal, Michel Lorblanchet Art pariétal, grottes ornées - Michel Lorblanchet
Aamazon


Comparatif de credits, prets personnels, rachats de credits