www.Hominides.com
Contacts
  Références > Livre >Baudouin et Brosseau >Enquête sur les créationnismes
Livre - Enquête sur les créationnismes - Baudouin - Brosseau - Belin Littératures et revues

Enquête sur les créationnismes
Réseaux, stratégies et objectifs politiques
Belin
Cyrille Baudouin et Olivier Brosseau


Sans être alarmiste il faut avoir conscience que les créationnistes sont toujours présents en France et que leur pouvoir de nuisance n’est pas neutre.


Enquête sur les creationnismes
Acheter

Présentation par l'éditeur
Au-delà de leur diversité, tous les créationnismes se caractérisent par leur volonté d’instrumentaliser la science pour justifier une vision du monde conforme à certains dogmes religieux. Leur démarche est donc politique.

Fruit d’une enquête minutieuse et riche d’interviews de spécialistes reconnus (biologistes, cosmologistes, sociologues, philosophes, etc.), cet ouvrage est à la fois un recueil d’informations sur les créationnismes et un outil indispensable pour exercer son esprit critique dès lors que la science est convoquée pour justifier des positions politiques.

Après avoir rappelé les spécificités de la démarche scientifique, Cyrille Baudouin et Olivier Brosseau explorent la diversité des mouvements créationnistes et les ressorts de leur mondialisation, en livrant une analyse inédite de leurs réseaux, de leurs stratégies et des contextes politiques dans lesquels ils émergent, y compris en France. Ils montrent ainsi combien le créationnisme est à la croisée de questions sociétales majeures, comme le rôle politique des religions, la privatisation de l’enseignement et la place de la science dans une démocratie.



336 pages
Belin Littératures et revues (7 mai 2013)
Collection : Regards
22,2 x 14,4 x 2,2 cm


Après Les créationnismes, une menace pour la société française, paru en 2008, les scientifiques Cyrille Baudouin et Olivier Brosseau, reprennent et enrichissent leur enquête.
Contrairement à ce que l’on pense généralement les créationnistes de tous poils sont bien implantés en France. Par rapport à d’autres pays ils sont beaucoup moins visibles dans l’hexagone. Ils ont su se fondre dans le paysage français et manipuler aussi bien certains média que des partis politiques ou le milieu de l’enseignement. Il est donc beaucoup plus difficile de les dénombrer que si nous étions face à une organisation comme on en trouve aux Etats-Unis.
Cette nouvelle enquête reprend les bases du premier livre et démontre, s’il en était besoin, que les mouvements et groupuscules créationnistes sont toujours établis en France.
Même s’ils se cachent parfois sous un costume scientifique ou universitaire, ils n’en restent pas moins des extrémistes religieux (église, mosquée, temple...) prêts à tout pour démolir la biologie et l’évolution.
Si l’habit ne fait pas le moine, le mensonge ne fait pas le scientifique.   

Sommaire du livre "Enquête sur les créationnismes"

PRÉAMBULE
Éclairages pour une lecture critique
PRÉFACE
Entretien avec Guillaume Lecointre
INTRODUCTION

CHAPITRE 1
La démarche scientifique et son instrumentalisation par les créationnismes
Qu’est-ce que la science ?
Différentes acceptions du mot science
La démarche scientifique
Encadré : Quelques notions au cœur de la démarche scientifique
L’élaboration et la validation institutionnelles des connaissances scientifiques
L’instrumentalisation du discours scientifique
Des interprétations hors science
Encadré : Le spencérisme selon Richard Monvoisin
Encadré : Le relativisme cognitif selon Jean Bricmont
Encadré : Le sophisme de l’historico-social selon Jean Gayon
Entretien avec Pascal Charbonnat :
L’abstinence métaphysique du scientifique
Entretien avec Jesús Mosterín : Le principe anthropique
Les relations entre science et religion
Entretien avec Jean Bricmont : Le comment et le pourquoi
Considérations sur quelques disciplines scientifiques Biologie et évolution
Entretien avec Jean Gayon :
Théorie darwinienne de l’évolution et darwinisme
Physique et cosmologie
Entretien avec Michel Paty :
Interprétations et scientificité de la physique quantique
Entretien avec Marc Lachièze-Rey :
Cosmologie, modèles du Big Bang et « fine tuning»

CHAPITRE 2
Le combat politique des créationnismes contre la science
Historique des croisades créationnistes aux États-Unis
Le procès du singe de 1925
Le créationnisme « scientifique »
Le dessein intelligent
Entretien avec Armand de Ricqlès :
La complexité des organismes et des organes
Des mouvements toujours très actifs
Au-delà des clivages religieux : naissance et propagation d’un créationnisme musulman
Un antidarwinisme idéologique
L’enseignement de la théorie darwinienne de l’évolution et du créationnisme en Turquie
L’idéologie d’Harun Yahya
La diffusion internationale du créationnisme musulman
Le mouvement Gülen
L’œcuménisme des créationnismes
L’offensive politique du créationnisme sur le continent européen
Une prise de conscience au niveau du Conseil de l’Europe
Entretien avec Guy Lengagne :
Pressions et lobbying au Conseil de l’Europe
Des musées créationnistes en Europe
Entre privatisation de l’école et prosélytisme : une situation inquiétante outre-Manche
L’ancrage de l’anti-évolutionnisme en Allemagne
Les Pays-Bas, « Kansas » de l’Europe ?
En Italie, une vague anti-évolutionniste
Essor des mouvements anti-évolutionnistes en Russie, Pologne et Roumanie, pays de l’ancien bloc soviétique
Les multiples enjeux du créationnisme

CHAPITRE 3
La diversité des créationnismes en France
Le spiritualisme de l’Université interdisciplinaire de Paris
Un bref historique de l’association
Un chef d’orchestre protéiforme et prosélyte
Diversité des membres et des conférences et colloques organisés
Une science spiritualisée
Des sources de financements diverses
Des activités qui dépassent nos frontières
Les ambiguïtés de l’Église catholique
Prise de position contre un rapport du Conseil de l’Europe
Un discours de référence de Jean-Paul II
Ballons d’essai vis-à-vis du mouvement du dessein intelligent
La mobilisation des académies pontificales
Des associations créationnistes françaises proches des traditionalistes
La nébuleuse des Églises protestantes évangéliques
Les évangéliques en France : une diversité de positions vis-à-vis de l’évolution
Entretien avec Sébastien Fath : Les évangéliques en France
L’ambiguïté des approches conciliatrices
Encadré : Le Réseau des scientifiques évangéliques selon Sébastien Fath
Des positions anti-évolutionnistes
Encadré : André Eggen et l’association « Au commencement » selon Sébastien Fath
La diffusion des idées évangéliques en France
Les Témoins de Jéhovah

CHAPITRE 4
Convergences et stratégies de communication des mouvements créationnistes
Des stratégies rhétoriques et médiatiques
Sophismes en tous genres
Entretien avec Philippe Janvier :
Réponses à quelques affirmations anti-évolutionnistes
Impostures épistémologiques
Sur le terrain de l’idéologie et des valeurs
La recherche d’une caution médiatique
Le spiritualisme englobant : l’offensive de la John Templeton Foundation
Le prix Templeton : du « progrès de la religion » à la « découverte des réalités spirituelles »
La mystification d’une nouvelle discipline « science et religion »
Flirt avec le dessein intelligent
L’illusion du débat
Bas les masques : les enjeux de société
L’imposture du dialogue entre science et religion en France
Tableau synthétique des créationnismes

CHAPITRE 5
Créationnismes, science, médias et société en France
Le terreau sur lequel se développent les créationnismes
La réception de la théorie darwinienne de l’évolution par les français

Un extrait de "Enquête sur les créationnismes"


Introduction

« Aucune autre espèce sur Terre ne fait de science. Pour autant que l’on sache, c’est une construction humaine permise par l’évolution du cortex cérébral sous l’effet de la sélection naturelle, et ce pour une simple raison : ça marche. La science n’est pas parfaite. Elle peut être dévoyée. Ce n’est qu’un outil. Mais c’est de loin le meilleur outil dont nous disposions, capable d’autocorrection, évolutif, praticable dans tous les domaines. La science suit deux règles. Tout d’abord, il n’y a pas de vérité intangible : toutes les assertions doivent être examinées de manière critique ; les arguments d’autorité sont nuls et non avenus. Ensuite, toute idée qui n’est pas en cohérence avec les faits doit être abandonnée ou révisée. Dans cette perspective, nous devons comprendre le cosmos tel qu’il est, et non tel que nous souhaiterions qu’il fût. Car si l’évidence peut être fausse, l’inattendu est parfois vrai. »
Carl Sagan,
Cosmos

D’où vient l’Univers ? Pourquoi existons-nous ? Pourquoi le  monde est-il tel que nous l’observons ? L’existence a-t-elle un  sens ? Toutes les cultures et sociétés humaines ont élaboré et continuent d’élaborer des histoires, des mythes, des religions  qui tentent de dire quelque chose sur les origines du monde  et sur les origines de l’être humain. Ces discours sont appelés cosmogonies
. La tradition biblique, par exemple, porte en elle l’idée d’un Dieu pensé comme créateur, préexistant et cause première. Ainsi, la doctrine de la Création est une conception religieuse qui stipule que l’Univers, la Terre et tous les organismes qu’elle porte ont été créés à partir du néant par une puissance surnaturelle.
L’évocation du mot « créationnisme » renvoie immédiatement à la doctrine de la création du monde en six jours telle qu’elle est racontée dans la Genèse. Pourtant, avant la fin du XIXème siècle, il n’est pas question de créationnisme. Ce mot apparaît à la fin du XIXe siècle pour désigner des mouvements anti-évolutionnistes nés dans des Églises évangéliques du sud des États-Unis. Ces oppositions se sont développées parallèlement à l’acceptation de plus en plus large, au sein de la communauté scientifique, de la théorie de l’évolution des espèces proposée en 1859 par le naturaliste Charles Darwin (1809-1882) dans L’Origine des espèces, et à sa diffusion dans la société. Dans un sens premier, les créationnistes sont ceux qui affirment que le récit de la Création, tel qu’il apparaît par exemple dans la Genèse, doit être accepté à la lettre : le créationnisme est alors qualifié de littéraliste. Ses partisans considèrent la théorie de l’évolution comme une remise en cause de leurs croyances et de leur conception du monde. Leur objectif principal est l’interdiction de l’enseignement de la théorie de l’évolution.
Les États-Unis, en tant que foyer initial des mouvements créationnistes, constituent un modèle pour comprendre leur cheminement dans un contexte d’opposition idéologique aux transformations profondes de la société. En effet, pendant le XXe siècle, les discours créationnistes vont subir des reformulations et des adaptations au sein de trois mouvements majeurs motivés par les mêmes objectifs politiques. L’élaboration de discours créationnistes de plus en plus sophistiqués correspond d’une part à une adaptation à des avancées de la science qui ne pouvaient plus être ignorées ou rejetées et, d’autre part, aux conséquences des affrontements juridiques qui se sont succédé outre-Atlantique. Ainsi, le créationnisme littéraliste de la première moitié du XXe siècle, qui tente d’interdire l’enseignement de l’évolution, devient-il un créationnisme dit « scientifique » dans les années 1970-1980, en se parant d’un costume scientifique pour imposer une conception religieuse
dans l’enseignement des sciences. La science n’est alors plus seulement une cible. Elle devient, en lien avec la place qu’elle occupe dans les sociétés modernes, un instrument pour légitimer objectivement la vision du monde de ces créationnistes.
Au début des années 1990, le mouvement du « dessein intelligent » (Intelligent Design) émerge. Ce dernier accepte de larges pans du corpus scientifique contemporain, notamment l’idée d’évolution. Il s’agit d’un créationnisme évolutionniste qui témoigne d’ores et déjà que créationnisme et évolutionnisme ne s’opposent pas nécessairement (contrairement à une opinion courante ; voir notre entretien avec Dominique Guillo p. 235). Tout en acceptant l’évolution, le dessein intelligent refuse les processus proposés par la biologie contemporaine à l’intérieur du cadre théorique de la théorie darwinienne de l’évolution. La démarche scientifique est alors instrumentalisée pour imposer, dans l’enseignement des sciences, l’idée d’une évolution guidée par une intelligence supérieure, indéfinie et transcendante. L’objectif est d’imprégner toute la société de cette idée grâce à une légitimité scientifique usurpée.
L’appellation de « néocréationnisme », souvent attribuée au dessein intelligent, illustre bien la filiation entre les créationnismes antérieurs et celui-ci. Pourtant, ce qualificatif « néo » ne décrit pas un type de créationnisme, mais uniquement le fait qu’il soit nouveau à un instant donné. C’est pourquoi il nous semble préférable de ne pas utiliser cette notion de néocréationnisme, plus problématique qu’éclairante. En revanche, le polymorphisme du créationnisme justifie pleinement l’utilisation d’un pluriel. Dans ce livre, nous parlerons donc « des créationnismes » dans leur diversité.
Selon les auteurs et spécialistes du sujet, le mot créationnisme est souvent suivi de qualificatifs (théiste, évolutionniste, scientifique, littéraliste, jeune Terre, vieille Terre, philosophique, mimétique, etc.) qui traduisent des classifications différentes. Peut-on trouver une définition qui engloberait toute la diversité des créationnismes (diversité dont nous n’avons ici donné qu’un échantillon) ? Oui, il est possible d’identifier un socle commun aux différentes formes de créationnismes et cela est d’autant plus nécessaire que les créationnismes les plus sophistiqués présentent leur doctrine comme non créationniste et scientifiquement légitime. Brouillant la perception des formes diverses que peuvent adopter les créationnismes, leurs partisans affirment le plus souvent – pour mieux imposer leurs propres positions – que seuls ceux qui croient aux espèces fixes et immuables devraient être qualifiés de créationnistes.
L’anti-évolutionnisme ne constitue qu’une forme de créationnisme parmi d’autres. Ainsi, toute tentative d’explication du monde naturel visant à prouver de manière active qu’une force surnaturelle et décisionnelle élabore le monde est, au sens large, un créationnisme. Toutes les doctrines créationnistes – qui émanent de conceptions religieuses – reposent sur quatre présupposés :
– le monde a été conçu par une intelligence surnaturelle visionnaire (pour les religions monothéistes, il s’agit de Dieu) ;
– l’esprit est une réalité distincte de la matière (spiritualisme) ;
– l’être humain est intrinsèquement différent de l’ensemble des êtres vivants, ce qui lui confère un statut spécial dans la Création (anthropocentrisme) ;
– tout processus historique lié au monde physique et au monde vivant est nécessairement dirigé ou a une direction prédéterminée (finalisme*).
Pour les créationnismes, ces présupposés supportent une conception du monde et un projet de société. Tous les champs de la connaissance ainsi que la construction politique de la société y sont englobés, ce qui porte atteinte au principe de laïcité. En conséquence, les créationnismes se caractérisent par deux types d’actions ayant un impact sur la société dans son ensemble :
– lorsqu’elles ne rejettent pas simplement les résultats scientifiques en contradiction avec leur croyance, les doctrines créationnistes redéfinissent la démarche scientifique pour légitimer objectivement leur vision du monde ;
– l’enseignement, et plus particulièrement l’enseignement des sciences, constitue une cible privilégiée des créationnistes dans le but d’imposer durablement leurs conceptions à l’ensemble de la société.*
Pour aider les citoyens à comprendre qui sont les créationnistes et quels sont les enjeux politiques de leur démarche, nous proposons dans cet ouvrage des clés pour détecter et déconstruire les discours créationnistes. Tout d’abord, pour comprendre en quoi les créationnismes sont extérieurs à la science, nous consacrons la première partie du livre à définir la démarche scientifique et bien préciser la ligne de démarcation entre le discours scientifique et les discours religieux.
Dans un deuxième temps, nous présentons un historique des mouvements créationnistes américains, un état des lieux des offensives créationnistes dans de nombreux pays européens, ainsi que de la propagation d’un créationnisme musulman d’origine turque. Nous décrivons ensuite les structures créationnistes actives en France, avant d’aborder les stratégies de communication communes à ces mouvements, ainsi que les stratégies développées par une forme particulièrement élaborée de créationnisme, que nous nommons le spiritualisme englobant. Enfin, nous nous intéressons aux terreaux social, culturel et politique sur lesquels les créationnismes peuvent se développer en France, avant de proposer quelques pistes de réflexion pour limiter leur incidence.

Les auteurs
Olivier Brosseau et Cyrille Baudouin, respectivement docteur en biologie et ingénieur en physique, se sont spécialisés dans la diffusion de la culture scientifique. Ils enquêtent sur les créationnismes depuis plusieurs années et sont les auteurs de divers travaux sur le sujet (www.tazius.fr/les-creationnismes/).

Guillaume Lecointre (préfacier) est systématicien, professeur au Muséum national d’histoire naturelle, directeur du département Systématique et évolution

 


Le créationnisme - Les livres



Sur Hominides

Théorie de l'évolution - Arbre dessiné par Charles Darwin
Evolution des espèces


Evolution de l'homme - Schéma - présentation -image
Une image fausse de l'évolution de l'homme


Les idées fausses sur la théorie de l'évolution
Les idées fausses sur l'évolution

- Charles Darwin

- Les théories de l'évolution

- L'évolutionnisme

- Stephen Jay Gould, grand spécialiste de l'évolution qui sut également présenter ces théories de manière simple et accessible à tous.

A lire aussi...
L'évolution des espèces - les preuves
Tome 1
Maxime hervé - Denis Poinsot
Non seulement il y a des libellules géantes dans le charbon mais les serpents ont en réalité des pattes et c'est de l'eau de mer diluée qui coule dans nos veines. À première vue, tous ces faits véridiques sont ahurissants mais on les comprend très facilement à condition de poser cette question : les espèces vivantes évoluent-elles ? En suivant pas à pas les étapes de la démarche scientifique, les auteurs y répondent avec une constante simplicité.
Moins de 10 euros
Pour tous publics
En savoir plus sur L'évolution des espèces - Les preuves Tome 1
Evolution des espèces - Les preuves
 
Guide critique de l'évolution
Sous la direction de Guillaume Lecointre
Ce livre ne critique pas la théorie contemporaine de l’évolution, mais la façon dont nous en parlons. Il présente le cadre scientifique, épistémologique et historique dans lequel on peut comprendre l’évolution, et donne les clés pour déjouer les pièges que notre langage et nos réflexes premiers nous tendent.
Au-delà du cadre théorique, l’évolution est documentée par d’innombrables faits, et l’ouvrage en propose les meilleurs morceaux choisis. Avec plus de deux cents reconstitutions d’animaux (dont le Coelacanthe) et de paysages, il convie son lecteur à un formidable voyage dans l’histoire de la vie et lui fournit des données récentes concernant la sélection naturelle, l’adaptation, l’apparition des espèces, etc. Là aussi, les idées reçues sont mises à mal...
Pour publics ayant déjà des connaissances
En savoir plus sur le Guide critique de l'évolution
Guide Critique de l'évolution - Guillaume Lecointre


La Boutique
En partenariat avec Amazon, retrouvez la sélection des meilleurs livres ou documentaires sur la préhistoire, les évolutions de l'homme, les découvertes de fossiles...
Livres, documentaires sur la préhistoire
 



 
 
 
 
Comparatif de credits, prets personnels, rachats de credits  

 
Mise en ligne le 25/06/14