www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News - L'étude chimique des dents renseigne sur le climat, l'alimentation, les maladies...
L'étude des dents de néandertaliens permet de découvrir la vie quotidienne il y a 250 000 ans ? (06/11/18)

Un morceau de vie néandertalienne dans une dent !
A partir de dents appartenant à de très jeunes néandertaliens du site de Payre, des scientifiques ont reconstitués des morceaux de vie il y a 250 000 ans...

L’étude
C’est sur le site de Payre (vallée du Rhône, France), lors des fouilles effectuées entre 1990 et 2002, que des restes néandertaliens ont été mis au jour. La datation des fossiles est estimée à - 250 000 ans. Parmi ces ossements les dents de deux jeunes néandertaliens ont été étudiées à nouveau en utilisant des technologies plus récentes.
Des chercheurs dirigés par Tanya Smith (Centre de recherche de l’évolution humaine de l’Université Griffith, Australie), ont analysés et comparées 2 dents avec celle d’un enfant Homo sapiens provenant de la même région, mort il y a seulement 5 000 ans.
Au fur et à mesure de son développement, une dent grandit en superposant les couches, comme on le trouve sur une coupe de tronc pour un arbre : des anneaux de croissance journaliers. L’analyse chimique de ces « anneaux » permet de reconstituer le régime alimentaire de l’individu, ses carences, certaines maladies et même l’ingestion de substances inattendues… En effet, lors de la création de chacun de ces «anneaux de croissance», les produits chimiques circulant dans le corps sont capturés dans chaque couche, ce qui fournit un « enregistrement chronologique » de l'exposition de tel ou tel produit. Les coupes d’échantillonnage ont été réalisées avec un laser.
Les résultats de ces nouvelles études ont été publiés dans la revue Science Advance.

Des résultats qui donnent un aperçu du mode vie néandertalien il y a 250 000 ans.
Les analyses confirment que les deux appartenaient à de jeunes enfants âgés de 7 ans environ. Ce ne sont donc pas des dents de lait et les petits néandertaliens ont dû les perdre de manière subite : mort accidentelle ou maladie. L’archéologue James Cole (Université de Brighton), qui n’a pas participé à cette étude, a déclaré que l’un des deux enfants (Payre 6) est tombé gravement malade vers l’âge de 2 ans.
Les chercheurs ont pu déterminer que les périodes hivernales il y a 250 000 ans étaient plus dures que maintenant : les couches dentaires correspondant à l’hiver montrent un développement moins rapide, signe de maladie et de stress. Pour Tanya Smith «Un certain nombre de facteurs différents peuvent modifier légèrement la croissance des dents, mais le fait qu'ils coïncident avec l'hiver suggère que le froid a probablement entraîné des problèmes tels que fièvre, carence en vitamines et maladie... »
Autre résultat très intéressant, le taux de barium retrouvé indique que l’un des deux jeunes, né au printemps, a été allaité jusqu’à l’âge de 2 ans et demi.
Photo Tanya Smith et les découpes laser des dents en lamelles.

Un empoisonnement involontaire
Le plus inattendu dans les analyses est la présence de plomb. D’après les analyses des cercles de croissance, cet empoisonnement ne s’est pas fait en continu mais sur plusieurs périodes distinctes. Le professeur Tanya Smith a indiqué que les études montrent que «Les deux Néandertaliens ont été exposés au plomb au moins deux fois au cours d'un hiver rigoureux ou au début du printemps. Sachant que des mines de plombs se trouvent à proximité de la grotte de Payre (environ 25 kilomètres) il est possible que les enfants aient consommé de l’eau ou de la nourriture contaminée au plomb ou tout simplement qu’ils aient inhalé la fumée de produits contenant du plomb. La distance de 25 kilomètres du lieu contaminé correspond aux estimations des distances de recherche de nourriture habituelles pour les Néandertaliens.
Pour l’instant les scientifiques ne se prononcent pas sur la possibilité que la mort de ces enfants soit consécutive à l’ingestion de plomb. C’est une hypothèse parmi d’autre. Tanya Smith indique également "Nous ne pouvons pas savoir si ces expositions (au plomb) ont eu un effet sur leur développement cérébral ou leur cognition."
Photo Au cours du développement du fœtus et de l’enfance, une nouvelle couche de dents se forme chaque jour. Lors de la création de chacun de ces «anneaux de croissance», certains des nombreux produits chimiques circulant dans le corps sont capturés dans chaque couche, ce qui fournit un enregistrement chronologique de l'exposition.

Des études qui pourraient ouvrir de nouvelles perspectives
Le Dr Smith a déclaré que l'un des principaux obstacles à de futures études de dents d’hominidés était l’acharnement nécessaire pour convaincre des chercheurs de laisser couper les fossiles. Ce qui parait assez logique lorsque l’on sait que ces restes humains sont rarissimes et même uniques dans certains cas. "C'est une sorte d’acte politique de convaincre un conservateur de partager des restes de fossiles et de les soumettre à des tests semi-destructifs", rajoute le Dr Smith.
"Mais ce que nous avons montré ici, c'est que vous pouvez apprendre une quantité incroyable d'informations à partir d'une seule tranche de dents."

Le plomb chez l’un des nourrissons peut provenir de l’eau consommée au bout de deux mois et demi environ, qui a augmenté avec la prise de nourriture solide en hiver à partir de neuf mois, puis de nouveau en fin d’hiver et au début du printemps de l’année suivante.

Sources
National Geographic
Abc.net
SciencesMag

Lire également
2010 Une étude sur le développement comparé du cerveau entre Sapiens et Néandertal
2010 Néandertal un développement plus rapide que Sapiens
2011 Une étude sur le sens olfactif de Néandertal
2013 Datation plus précise de la grotte d'El Sidron
2017 Developpement des enfants néandertaliens à El Sidron
2018 Néandertal au menu de grands carnivores







Sur Hominides

Disparition et extinction de neandertal
Disparition de Néandertal

A lire
Néandertal mon frère
Sylvana Condemi François Savatier
Mais alors qui est Néandertal ? Moins un singe repoussant qu’un roux à la peau diaphane ? Moins un charognard qu’un chasseur génial qui maîtrisait le langage et vénérait déjà ses morts ? Se pourrait-il qu’il soit encore parmi nous ? Bouleversée par l’irruption de méthodes inédites, notre histoire ancienne se récrit très vite, avec des surprises de taille. Dans cette passionnante enquête, les auteurs dressent le portrait le plus actuel de notre étrange ancêtre et passent en revue les multiples hypothèses sur sa disparition présumée.
Néandertal mon frère
Néandertal, mon frère - Condemi


Néandertal
Lui et nous
Sous la direction de Marylène Patou-Mathis et Pascal Depaepe
Qui était Néandertal? Où et comment vivait-il? Pourquoi a-t-il disparu? Que nous a-t-il transmis? Autant de questions auxquelles Marylène Patou-Mathis, Pascal Depaepe et une vingtaine de chercheurs répondent dans une passionnante synthèse, illustrée de nombreux témoignages matériels, de fossiles et de représentations artistiques. Ils brossent le portrait de chasseurs-cueilleurs nomades, qui ont exploité avec talent les ressources naturelles nécessaires à leur quotidien, et parcoururent, entre -350 000 et - 35 000 ans, de vastes territoires en Eurasie continentale et au Proche-Orient.
Néandertal - Lui et nous



Les dents de l'homme
De la préhistoire à l'ère moderne
Florie Duranteau
A travers un glossaire illustré extrêmement précis et développé, de Toumaï à l'homo sapiens, en passant par les australopithèques, cet ouvrage détaille et explique les diverses mutations de la dent, de la mandibule et de la face, en s'attardant sur les conséquences générées par ces transformations sur la posture et le régime alimentaire de chacun.
Les dents de l'homme à la préhistoire
Les dents de l'Homme de la préhistoire à l'ère moderne
livre

 
 
Cultura.fr.