www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News - Ucayalipithecus perdita, comment a-t-il traversé l'Atlantique ?
Des singes sur des « radeaux » il y a 34 millions d’années ... (15/04/20)

Ucayalipithecus perdita, une même espèce de singe des deux côtés de l'Atlantique ?

Des dents de singes découvertes au Pérou montrent des concordances avec une espèce de primates africains aujourd'hui disparue. Comment expliquer cette présence simultanée à plusieurs milliers de kilomètres et avec un océan au milieu !


C’est au Pérou, au fin fond de l’Amazonie, que des dents de singe avaient été découvertes en 2015. Les auteurs argentins de cette première étude avaient trouvé des points de similitudes avec certains singes africains, mais sans faire de projection. Une expédition sur le même site péruvien en 2016 a conduit à la découverte de deux nouvelles dents. Ces molaires supérieures cassées proviennent d'une espèce nouvellement découverte appartenant à une famille éteinte de primates africains connue sous le nom de parapithécides.
Les chercheurs ont nommé le singe disparu Ucayalipithecus perdita. Le nom vient d'Ucayali, la région péruvienne de l'Amazonie où a eu lieu la découverte, de pithikos, le mot grec pour singe, et perdita, le mot latin pour perdu.
Les quatre dents fossiles issues du même site péruvien appartiennent donc à une seule et même espèce de primate. Ils s’assemblent pour fournir une preuve concrète que ces singes d'Amérique du Sud sont issus de primates africains et plus particulièrement égyptiens.

Photo : Molaires du singe parapithécide Ucayalipithecus de l'Oligocène trouvées au Pérou.
Crédits: Erik Seiffert

"Il s'agit d'une découverte tout à fait unique", a déclaré le professeur Erik Seiffert, auteur principal de l'étude (Keck School of Medicine – University of Southern California). "Cela montre qu'en plus des singes du Nouveau Monde et d'un groupe de rongeurs (connus sous le nom de caviomorphes)   il existe une troisième lignée de mammifères qui a en quelque sorte fait un voyage transatlantique très improbable pour aller de l'Afrique à l'Amérique du Sud."

Traversée de l’Atlantique ?
Les chercheurs pensent que le site d'Ucayali où les dents ont été trouvées date d'une époque géologique, l'Oligocène, comprise entre -34 millions et -23 millions d'années. Sur la base de l'âge estimé du site et de la proximité d'Ucayalipithecus avec ses origines égyptiennes, les chercheurs estiment que la migration aurait pu se produire il y a environ 34 millions d'années.
Pour expliquer la présence d’une même espèce de singe des deux « côtés » de l’Atlantique, les chercheurs ont mis en avant qu’il y a 34 millions d’années le niveau de la mer était très bas et que la distance entre les deux continents était moins grande.
Lors d’une tempête, des arbres auraient été déracinés par les flots, emportant avec eux des habitants arboricoles, comme des petits singes. Ces radeaux flottants auraient parcouru les 1 500 à 2000 kilomètres qui séparaient alors les deux continents.
"Nous suggérons que ce groupe aurait pu se rendre en Amérique du Sud juste à la période que nous appelons la limite Éocène-Oligocène, une période entre deux époques géologiques, lorsque la calotte glaciaire de l'Antarctique a commencé à se constituer et que le niveau de la mer a baissé.", a déclaré Seiffert. Il rajoute "Cela aurait pu jouer un rôle en facilitant un peu la traversée de l'océan Atlantique par ces primates."

"La chose qui me frappe le plus dans cette étude plus que toute autre à laquelle j'ai participé, c'est à quel point tout cela est improbable", a déclaré Seiffert. "Le fait que ce site soit isolé au milieu de nulle part, que les chances de trouver ces pièces soient extrêmement faibles, et que, de plus, nous expliquons que ce voyage incroyable qui a été fait par ces premiers singes, c'est tout à fait remarquable. "

Si les preuves de similitudes entre les espèces semblent pertinentes, l’hypothèse d’une traversée de l’Atlantique sur des « radeaux » naturels est pour le moins étonnante. Ce n’est qu’une hypothèse mais pour l’instant c’est la seule qui peut expliquer la présence de la même espèce de singe de chaque côté de l'Atlantique ! 

C.R.

Sources :
A parapithecid stem anthropoid of African origin in the Paleogene of South America
Science
Scitechdaily
Eurekalert

A lire également :

Saadanius un nouvel ancêtre des primates il y a 29 millions d'années


Ganlea megacanina il y a 38 millions d'années

La découverte de Pierolapithecus catalaunicus , un autre ancêtre des grands singes découvert en Espagne en 2004.

Lluc un nouvel hominoïde datant de 12 millions d'années

La lignée des grands singes (bonobos, chimpanzés, gorilles) s'est séparée de celle de l'homme il y a 7 à 9 millions d'années.

Nous sommes tous des africains ! Cette origine de l'homme en Afrique est confortée par les restes d'hominidés découverts et les études génétique.

2010 Découverte d'un nouvel ancêtre des primates datant de - 29 millions d'années. Saadanius hijazensis

2017 Des empreintes de pas retrouvées à Trachilos en Crête, datée de 5,7 Ma !




Sur Hominides

Grands singes

Les grands singes


- Origine africaine de l'homme.

A lire
Grands singes / Hommes : quelles origines ?
Brigitte Senut
Parmis les hominoïdes, l'homme s'est séparé des autres grands singes il y a plusieurs millions d'années... Brigitte Senut montre par l'étude des restes fossilisés (dents, crâne, squelette post-crânien) le mode de vie de ces ancêtres communs entre l'homme et les grands singes.
En savoir plus sur Grands singes / Hommes : quelles origines ?
Grands singes Hommes : quelles origines ? Brigitte Senut
x

Le singe, l'embryon et l'homme
Jean Chaline
Une synthèse critique des principales découvertes apportées par la paléontologie permet de retracer l'histoire globale des primates. Une véritable encyclopédie des ancêtres de l'homme mais aussi de ceux des autres grands singes.
En savoir plus sur Le singe, l'embryon et l'homme.
Le singe l'embryon et l'homme



Comparatif de credits, prets personnels, rachats de credits