www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News
Découverte de sépultures sur le site néolithique de Buchères dans l'Aube (11/01/13)

Des tombes du Néolithique en Champagne-Ardenne

Des fouilles préventives menées par l’Inrap sur un site proche de Troyes que compte aménager le Conseil Général de l’Aube ont permis de mettre au jour, fin 2012, de nombreux vestiges d’occupation datant du Néolithique, notamment une étonnante sépulture collective.  

Sépultures sur le site de BuchèresLa découverte
C’est dans le cadre de l’aménagement du Parc logistique de l’Aube, près de la ville de Troyes, qu’une équipe de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), dirigée par l’anthropologue et archéologue Cécile Paresys, a découvert à Buchères (Aube) une véritable mine de vestiges du Néolithique. Les découvertes faites lors d’une campagne de fouilles menée sur 1,2 ha depuis septembre 2012 sont venues compléter celles faites précédemment sur le site. L’ensemble comprend des éléments d’habitat (avec une partie ‘étable’), un bûcher funéraire et surtout des tombes.    

Des sépultures individuelles
Datant d’environ 5 000 avant J.-C. (Néolithique ancien), une douzaine de tombes individuelles, dont l’emplacement est marqué par un monument en terre, contiennent les restes de plusieurs adultes et d’un enfant, avec parfois des objets tels que pointes de flèches en silex, colliers en dents de cochon ou en coquillages.

Un tombeau collectif
Moins ancienne (Néolithique récent, environ 3 500 avant J.-C.) et plus imposante, une sépulture collective présente une structure complexe, rarement observée, et unique dans la région. Imaginez une construction rectangulaire en torchis de 8,30 m x 3,20 m, soutenue par des poteaux, dont l’entrée se situe dans un angle. À l’intérieur, une zone restreinte couverte de graviers pour circuler et, au centre, sur 2 m x 3 m, une fosse contenant une vingtaine de défunts alignés en trois ‘couches’ superposées, en position fléchie. 2léments de parure en coquillages


Bien sûr, les archéologues n’ont retrouvé que les vestiges de cette structure : traces des poteaux, alignements de pierres au niveau de l’entrée, squelettes - portant des traces de combustion - parfois incomplets, avec les os généralement en connexion mais parfois manifestement déplacés et ‘regroupés’ (notamment des crânes), objets accompagnant les défunts (perles, manche de hache en bois de cerf…), et enfin tâche rougeâtre de 20 m2 laissée sur le sol par un grand feu. Des éléments qui ont permis aux chercheurs de reconstituer  l’ensemble. A droite, éléments de parure en coquillages © Simon Loiseau, Inrap.

Un rite funéraire étonnant

Tout ceci correspond en effet à un rite funéraire connu ailleurs, mais constaté pour la première fois en Champagne-Ardenne. Appartenant probablement au même groupe social ou à la même famille, « [les Fouilles sur le site de Buchères morts] ont été déposés les uns sur les autres au fil des années. (…) On observe des regroupements d'os avec un système d'entrée et de rangement. Quand la fosse était remplie, on mettait le feu et les parois s'effondraient (…) pour ne pas que d'autres personnes viennent s'installer dans ce caveau ; c'était comme pour le condamner », explique Cécile Paresys, spécialiste des rites funéraires.

Un site de référence
Des échantillons d’ossements de ces défunts - de taille et de corpulence moyenne - seront évidemment prélevés et analysés à Châlons-en-Champagne, afin de mieux cerner les caractéristiques physiques et, le cas échéant, pathologiques de cette population. Même si l’ensemble de ces découvertes « apporte plus de questions que de réponses », comme le souligne Cécile Paresys, tous ces éléments  « font de Buchères un site majeur de l’occupation humaine régionale à la période néolithique », conclut un communiqué de l’Inrap.

F. Belnet

Sources :
Inrap,
troyes.lhebdoduvendredi.com,
l’Est Eclair

Images : Inrap

A lire également :

2010 Sépultures du Néolithique à Gougenheim

Habitat préhistorique

Découverte en Autriche, à proximité de la ville de Krems, d'une tombe contenant deux petits squelettes, sur les bords du Danube.

Découverte d'une tombe au Néolithique où toute une famille a été enterrée il y a 4600 ans.

2007 : Une sépulture du Néolithique avec un couple enlacé

 

Sur Hominides

- Tombe couple enlacés du Néolithique


Le néolithique

- Le Néolithique

Paléopathologie
- Paléopathologie

A lire
Sépultures et sociétés
Collectif - Jean Guylaine
Le présent ouvrage clôt le cycle des séminaires de la chaire "Civilisations de l'Europe au Néolithique et à l'Age du bronze" tenus au Collège de France de 1994 à 2007. Il traite des sépultures du Néolithique, mais la Protohistoire récente occidentale y tient aussi une large place..
En savoir plus sur Sépultures et Sociétés
Sépultures et Sociétés


Les premieres sépultures
Bruno Maureille

Les restes fossiles humains exhumés lors de fouilles témoignent de pratiques funéraires très variées, qui peuvent être analysées selon des critères biologiques ou culturels. Pour établir les relations qui existaient entre les vivants et les morts des méthodes scientifiques précises ont été mises au point, qui se fondent essentiellement sur l'analyse de la disposition des restes humains et sur leurs relations avec les contextes archéologiques et sédimentaires.


 
Comparer les credits