www.Hominides.com
Contacts
  Références > Livre > Violence(s) de la Préhistoire à nos jours
Livre - Violence(s) de la Préhistoire à nos jours - plusieurs auteurs - Errances

Violence(s) de la Préhistoire à nos jours
Les sources et leur interprétation.


Sous la direction de Marie-Claude Marandet
Collectif : Jean Guilaine, Pascal Semonsut...



Violence de la préhistoire à nos jours

Présentation de l’éditeur : Cet ouvrage constitue la publication d’un colloque, tenu en novembre 2009 à l’université de Perpignan. Les diverses communications émanant d’historiens, d’archéologues et de juristes traitent de la violence, sujet particulièrement au goût des médias. On peut y suivre l’évolution des notions de normes sociales et d’infraction à celles-ci (par la violence) au cours des siècles. Sont évoquées les violences privées à partir de sources narratives, normatives, de traités juridiques, d’archives judiciaires (justices seigneuriales, ecclésiastiques). La criminologie est abordée : répartition des infractions, types de délinquants, formes de la violence, y compris la violence judiciaire. Les violences collectives, visant une catégorie, apparaissent (violence anti-juive dans l’espace aragonais à la fin du Moyen Âge, massacre de harkis). Quelques communications traitent des rapports entre l’État et la violence, rapports qui peuvent être éclairés par le droit pénal, la répression des violences collectives, les lois d’exception (pendant la guerre d’Algérie en particulier…) Les pratiques actuelles de l’État fixant des limites juridiques au travail des historiens sont aussi abordées. L’espace méditerranéen est privilégié : Catalogne, Corse, Toulousain, république de Gênes....


Presses universitaires de Perpignan, collection Études, 2011.
N° ISBN : 978-2-35412-127-3.
Prix : 22 euros.


Sommaire Violence(s) de la Préhistoire à nos jours

MARIE-CLAUDE MARANDET
Avant-propos

JEAN GUILAINE
La violence dans la Préhistoire

PASCAL SEMONSUT
Quand la violence est messianique.
La représentation de la violence préhistorique dans l'enseignement et la fiction du second XXe siècle français

ARBIA HILALI
L'État romain et les violences collectives dans les provinces de l'Afrique du Nord

JEAN-CHRISTOPHE ROBERT
La rébellion dans le traité de gouvernement islamique d'Al-Mâwardî

AYMAT CATAFAU
Deux documents à propos des violences aristocratiques dans les comtés nord-catalans au XIe et au XIIIe siècle

CLAIRE SOUSSEN
Victimes, auteurs, témoins : la production de violence anti-juive dans l'espace aragonais à la fin du Moyen Âge, entre dit et non-dit .

PIERRE PRÉTOU
Entre tyrannie et malfaisance : de l'état dangereux à l'État dangereux à la fin du Moyen Âge français .

ISABELLE MATHIEU
La violence à l'aune d'un corpus d'archives judiciaires seigneuriales (Anjou-Maine, XIVe-XVIe siècles)

MARIE-CLAUDE MARANDET
Violence redoutée, violence réelle en Toulousain, à la fin du Moyen Âge

DAMIEN BROC
Aux sources des violences lignagères dans le nord de la corse entre Moyen Âge tardif et période Moderne (1483-C. 1540)

OLIVIER CAPOROSSI
La production de la violence dans l'Espagne du Siècle d'Or.
Le témoignage du juge de cour Juan de Quiñones (1643)

ELENA TADDIA
Violences physiques et violences verbales : le « prêtre criminel » d'après les archives ecclésiastiques du diocèse de Gênes

EMMANUEL BERGER
Les mesures de haute police sous le 1er Empire (1804-1814) État des sources et questions méthodologiques

OLIVIER BERGER
Comment écrire l'histoire de la violence de guerre allemande pendant la guerre de 1870-1871

CÉLINE REGNARD-DROUOT
Étudier la violence à partir des archives judiciaires : quelques remarques appliquées au cas de Marseille au XIXe siècle .

NICOLAS KRAUTBERGER
Domanialiser l'exceptionnel. L'État français et la propriété foncière en Algérie et dans les Alpes au XIXe siècle

MARIE GOUPY
Les législations d'exception et la violence d'État.
Le cas de l'utilisation de la torture durant la guerre d'Algérie

ABDERAHMEN MOUMEN
Violences de fin de guerre. Les massacres des harkis après l'indépendance algérienne (1962-1965)

NICOLAS LEBOURG ET DOMINIQUE SISTACH
Le droit de l'archive et la morale de l'histoire. Les limites juridiques de l'écriture de l'histoire présente : le cas François Duprat

MICHEL CADÉ
Conclusion du coloque

Un extrait de Violence(s) de la préhistoire à nos jours

Le préhistorien Jean Chavaillon, citant Platon et les quatre âges de l’humanité,  s’attarde sur l’âge d’or, « l’époque de la sérénité » d’un « paradis [où] s’épanouissent l’abondance, le bonheur, la liberté » pour faire la confession suivante : « l’esprit libre, et fort de cette utopie, je situerais volontiers l’âge d’or au début de la Préhistoire : au Paléolithique ancien » lorsque « notre ancêtre, j’en reste persuadé, était de tempérament pacifique ». On ne s’en étonnera pas : l’ouvrage duquel ces lignes sont extraites s’intitule L’âge d’or de l’humanité. Chroniques du Paléolithique. Cinquante ans auparavant Henri-Jacques Proumen propose une vision bien différente de la Préhistoire, une époque où « la haine a pris racine au terreau de l’amour », où « le progrès est né dans l’art de tuer mieux ». Son recueil de Poèmes sur les temps préhistoriques porte le titre évocateur d’Aubes cruelles. Alors, la Préhistoire : âge d’or ou de violence ? Quelle image en ont et donc s’en font les Français du second XXe siècle ? Pour répondre à cette question, nous essaierons de dépeindre l’ambiance prêtée à cette période en nous appuyant sur la représentation de l’environnement, la faune et les rapports sociaux dans l’enseignement (les manuels scolaires) et la fiction (les romans, les bandes dessinées et les films).

Biographie de Jean Guilaine sur Amazon



Sur Hominides
- Paléopathologie

- Pathographie

Sépultures de la préhistoire
- Premières tombes

- Préhistoire
 
A lire également...
Le sentier de la guerre
Visages de la violence préhistorique
Jean Guilaine
Jean Zammit

La Préhistoire n'est pas l'âge d'or que l'on a longtemps voulu imaginer. En s'appuyant avec rigueur sur toutes les découvertes archéologiques, les auteurs font un tableau saisissant de la violence présente dans toutes les sociétés préhistoriques : sujets blessés, armes retrouvées, traces de violences individuelles ou collectives, cannibalisme, supplices et massacres. Des origines jusqu'au Néolithique et jusqu'à l'émergence du guerrier et du héros, les preuves sont là, qui démontrent un peu plus que l'homme préhistorique n'était pas différent de nous-mêmes.
Le sentier de la guerre


Préhistoire de la violence et de la guerre
Marylène Patou-Mathis
Pour en finir avec les approches caricaturales, l'auteure mène une enquête qui croise les données de l'archéologie et de l'anthropologie. Explorant les raisons qui ont transformé les chasseurs-cueilleurs en sociétés guerrières – sédentarisation et changement d'économie, avènement du patriarcat, apparition des castes –, elle pointe aussi le rôle des croyances et met en évidence l'existence d'une violence antérieure à l'apparition de la guerre.
En savoirplus sur Préhistoire de la violence et de la guerre
Préhistoire de la violence et de la guerre


La Boutique
En partenariat avec Amazon, retrouvez la sélection des meilleurs livres ou documentaires sur la préhistoire, les évolutions de l'homme, les découvertes de fossiles...
Livres, documentaires sur la préhistoire
 




 
Mise en ligne le 10/04/11