www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - Une maladie génétique au Paléolithique due à la consanguinité.
Un crâne d'hominidé adulte en Chine présente une anomalie des os pariétaux (23/03/13)

Des soupçons de consanguinité au Paléolithique
Le fossile d’un hominidé découvert en Chine présente, au niveau des os pariétaux, une anomalie probablement due à la consanguinité.

Le fossile
Foramen parietaux elargie - Xujiayao 11  - Une preuve de Consanguinité ?Les restes crâniens ont été découverts en 1977 sur le site de Xujiayao (Houjiayao), dans le bassin de Nihewan, au nord de la Chine. Les deux pariétaux, partiels, appartiennent à un adulte. Ses caractéristiques morphologiques indiquent que l’individu n’appartenait ni à l’espèce Homo erectus, ni aux Homo sapiens. Il fait probablement partie des « hommes archaïques » précurseurs d’Homo sapiens.

Les paléoanthropologues de l'Institut de Paléontologie des Vertébrés et de Paléoanthropologie, Académie chinoise des Sciences (IVPP), et l’Université de Washington à Saint-Louis, ont rapporté une anomalie crânienne jamais encore décrite dans l’étude des fossiles humains du Pléistocène.  Le fossile Xujiayao 11  présente, en effet, un foramen pariétal élargie (FPE) au niveau des os pariétaux. L’étude a été publiée dans la revue PlosOne.
Photo : Exocrâne (A) Endocrâne (B) Détail de l'orifice vu de l'exocrâne (C) et de l'endocrâne (D) Image: Wu Xiujie

L’anomalie
Les lobes pariétaux présentent un orifice au niveau de la suture sagittale postérieure. Chez un adulte normal les sutures du foramen se rapprochent à l’âge adulte. Chez l’homme moderne cette anomalie (présente dans une naissance sur 25 000) est due à une malformation congénitale suite à une mutation génétique, souvent associée à des problèmes de consanguinité. [Pour les spécialistes cela concerne les gènes ALX4 et MSX2…]
Sur le fossile, l’étude des bords de l’orifice montre que ceux-ci  sont arrondis et biseautés. Ils semblent avoir été connectés avec le système veineux endocrânien. Pour les chercheurs, cette pathologie paléolithique est identique à celle de l’homme moderne.

Les implications de cette découverte
Cet hominidé ancien (daté entre - 104 000 et - 125 000 ans) était donc biologiquement semblable à l’espèce Homo sapiens et sujet aux mêmes pathologies, du moins en partie ! C’était un individu adulte qui a vécu relativement longtemps malgré (ou avec !) cette pathologie qui rend le cerveau très accessible, et donc vulnérable. « L’étude indique que l’orifice est dû à une malformation congénitale, un foramen pariétal élargi, souvent associée à des anomalies sur les veines cérébrales et la voûte crânienne. Cela n'était pas mortel compte tenu de l'âge de l’individu au moment du décès, mais il peut avoir été associé à des déficiences neurologiques secondaires», explique l’un des auteurs, Wu Xiujie (IVPP).

Une pathologie courante ?
"Ce fossile constitue le plus ancien témoignage, dans l'évolution humaine, de cette maladie très rare (un foramen pariétal unique élargie). En association avec des anomalies dégénératives du développement relevées chez d'autres restes humains du Pléistocène, cela  suggère, chez l’homme du Pléistocène, des pratiques de survie démographiques qui ont conduit à une forte fréquence de ces anomalies et qui sont beaucoup plus rares chez les humains récents », explique le co-auteur Erik Trinkaus, professeur d'anthropologie (Université de Washington à St. Louis).
Le fait de trouver cette pathologie sur un fossile peut indiquer qu’elle n’était pas si exceptionnelle que cela. En effet, les fossiles d’hominidés étant eux-mêmes assez rares, trouver une pathologie spécifique sur l’un deux peut montrer que celle-ci était relativement courante. Un problème résultant d'une consanguinité fréquente ?

C.R.  

Référence : Wu X-J, Xing S, Trinkaus E (2013) An Enlarged Parietal Foramen in the Late Archaic Xujiayao 11 Neurocranium from Northern China, and Rare Anomalies among Pleistocene Homo. PLoS ONE 8(3): e59587. doi:10.1371/journal.pone.0059587 PlosOne

D'autres articles en rapport
- Structures crâniennes internes de l'enfant fossile de Mojokerto
- Homo sapiens avait un cerveau de taille plus importante il y a 30 000 ans
- Le crâne de l'homme de Cro-magnon
- 2012 Des asymétries du cerveau communes aux Hommes et aux grands singes





 

Sur Hominides

Paléopathologie

La paléopathologie


La taille du cerveau humain

Le cerveau des hommes préhistoriques


Maladies des hommes préhistoriques
Les maladies
à la préhistoire


A lire
La Préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient
Marcel Otte
La Péhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient, nouvel ouvrage du préhistorien Marcel Otte sur une zone géographique rarement décrite en préhistoire. Espèces d'hominidés (Homo erectus, Homo florresiensis, Homo sapiens), cultures lithiques
En savoir plus sur le livre Préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient.
La préhistoire de la Chine
Amazon


La Préhistoire
Sophie A.de Beaune
Antoine Balzeau

Que vous soyez un amateur éclairé de la Préhistoire, ou un néophyte, vous serez étonné de la grande richesse de cet ouvrage et des très nombreuses illustrations qu'il renferme.
A conseiller, pour tous !
En savoir plus sur le livre La Préhistoire
La Préhistoire