www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News - Une tuerie au Néolithique
Découverte de 6 corps presque complets dans un silo néolithique (10/06/16)

Tuerie au Néolithique, à Achenheim, il y a 6 000 ans  
L’une des équipes de l’INRAP vient de découvrir les restes d’un massacre humain datant du Néolithique en Alsace, à Achenheim : corps jetés dans une fosse, membres mutilés, os brisés… une vraie scène d’horreur…

Actes de violence et tueries au NéolithiqueLe site néolithique d’Achenheim
Sur le site d’Achenhei, les archéologues ont mis à jour un village entouré d’un fossé (creusé en forme de V) qui servait probablement de défense, avec des fortifications et les premiers bastions. A l’intérieur de cette enceinte fortifiée les chercheurs ont dénombré plus de 300 silos dans lesquels les paysans du Néolithique protégeaient leurs récoltes. Après cette utilisation, les silos pouvaient servir de poubelle ou, selon certains chercheurs, de sépultures pour les membres importants de la communauté, voire de site de sacrifice à une divinité…  
Parmi les 300 silos, le numéro 124 a particulièrement intéressé les chercheurs puisqu’il contenait plusieurs squelettes. Les scientifiques de l’INRAP  estiment que les corps datent de 4 400 ou 4 200 av. J.-C. en se basant sur le style des tessons de poterie et des pointes de flèches trouvés sur le site, à proximité. Une datation radiocarbone est en cours afin de confirmer l’âge des corps exhumés. Les fouilles de l’INRAP ont débuté en mars et doivent se terminer à la mi-juin 2016.
Photo : un homme adulte gît sur le ventre et présente de multiples fractures © Michel Christen, Inrap.

Des victimes massacrées 
Les corps de 6 individus ont été identifiés dans le silo 124 (de 2,5 mètres de diamètre), tous des hommes : cinq adultes et un adolescent. Les individus sont disposés de façon informelle, parfois entremêlés les uns dans les autres, couchés sur le dos, sur le côté ou sur le ventre. Ils semblent avoir été jetés comme des sacs, sans égards ni soins particuliers.
Si les squelettes sont restés en connexion pour la plupart d’entre eux, une grande partie des os sont brisés : les fractures sont à la fois au niveau des membres, mais aussi des mains, des crânes, des mâchoires. Les traces de violence sont tellement nombreuses et variées qu’on peut parler d’acharnement. Certaines parties qui ont été écrasées pourraient signifier un acte de torture. Pour Philippe Lefranc, « les victimes ont été très brutalement exécutées et ont reçu des coups violents, presque certainement avec une hache de pierre ".

le silo 124 à Achenheim
Vue générale du silo 124 à Achenheim avec les corps entrelacés © Philippe Lefranc, Inrap
Nombreuses fractures aux jambes, mains, pieds, côtes, clavicules, crâne et mandibule

Avec les 6 squelettes complets, les archéologues ont trouvé les membres supérieurs gauches de 4 autres individus (comme à Bergheim). Les bras de 3 adultes et d’un adolescent ont été identifiés. Ce dernier n’étant constitué que de l’avant-bras et de la main, l’humérus étant coupé à mi-hauteur.  

Un crâne fracturé et écraséUne violence démesurée
Cette découverte d’un charnier néolithique n’est pas la première en Europe. Déjà en 2012 le site de Bergheim (Alsace)  avait délivré 8 squelettes et 7 bras gauche, ce qui indique que cette pratique répétée avait forcément une signification, comme par exemple des « trophées guerriers ».  Pour le néoliticien Philippe Lefranc « Cela fait beaucoup de bras gauches pour le Néolithique, beaucoup de violence en Alsace ».
Les découvertes sur ce charnier néolithique montrent que la violence collective s’est portée d’abord sur des êtres vivants, puis les actes de barbarie ont été perpétués avec acharnement sur des corps à terre, voire déjà morts. 
Photo : détail des nombreuses fractures visibles sur un crâne d'homme adulte © Michel Christen / Inrap.

Une pointe de flèche encore fichée dans le bassin Qui a attaqué qui ?
Etant donné que tous les individus sont de sexe masculin, l’équipe de l’INRAP estime que les victimes n’étaient probablement pas des habitants du village où ils ont été tués. Dans ces cas-là les morts sont des hommes, des femmes, des enfants… 
Ici l’exclusivité masculine laisse penser que c’était un groupe de reconnaissance ou de guerriers qui a affronté le village… avant de perdre et de finir jeté dans les silos.
Les raisons de cette tuerie ne seront pas forcément connues un jour, mais l’analyse génétique et biologique des ossements pourrait donner des indications sur la provenance géographique des victimes. Etaient-elles de la région ou d’ailleurs ? Cela permettra de déterminer si l’on est face à un conflit entre différents groupes humains ou d’un conflit intracommunautaire.
Photo bassin : armature de flèche retrouvée dans la région du bassin d'une homme adulte présent dans la fosse © Philippe Lefranc, Inrap.

D'autres "tueries" à la Préhistoire
Ce nouveau site de massacre préhistorique vient se rajouter à d’autres sites de tueries collectives qui se sont déroulées principalement au Néolithique et à la fin du Paléolithique :
- le Site 117, en Egypte, où les 59 corps retrouvés portaient des traces de violence ayant entraîné la mort pour la moitié d’entre eux. Ils ont bénéficié toutefois de tombes collectives (-12 000ans),
- le site de Nataruk, au Kénya, où l’on a retrouvé 27 individus dont une dizaine de corps présentaient des traces de violence et de mort violente  (-10 000 ans),
- Talheim, en Allemagne, où c’est toute une communauté qui semble avoir été décimée : 34 corps entassés dans une fosse commune. Tous présentent des traces de meurtre (-7000 ans),
- Asparn-Schletz, en Autriche, où 67 individus ont été retrouvés dans un fossé : les corps avaient été désarticulés, démembrés et montrent les traces d’une attaque surprise (- 5000 ans)…


CR


Sources
INRAP
Le Monde
Washington Post



A lire également :


2011 Violence humaine il y a 200 000 ans ?

2013
L'ADN des hominidés de la Sima de Los Huesos sont plus proche des Dénisoviens que de Néandertal

2014
Les ossements des hominidés de la Sima de Los Huesos présentent clairement des caractéristiques néandertaliennes.

2015 Un meurtre à la Sima de los Huesos ?

2016 Une guerre préhistorique entre clans il y a 10 000 ans ?

 




Sur Hominides

Maladies des hommes préhistoriques

Maladies et blessures
à la préhistoire


La Préhistoire, un monde de violence
La préhistoire
un monde de violence ?



Voi aussi La violence de la préhistoire à nos jours

A lire
Préhistoire de la violence et de la guerre
Marylène Patou-Mathis
Pour en finir avec les approches caricaturales, l'auteure mène une enquête qui croise les données de l'archéologie et de l'anthropologie. Explorant les raisons qui ont transformé les chasseurs-cueilleurs en sociétés guerrières - sédentarisation et changement d'économie, avènement du patriarcat, apparition des castes -, elle pointe aussi le rôle des croyances et met en évidence l'existence d'une violence antérieure à l'apparition de la guerre.
En savoirplus sur Préhistoire de la violence et de la guerre
Préhistoire de la violence et de la guerre


Le sentier de la guerre
Visages de la violence préhistorique
Jean Guilaine
Jean Zammit

La Préhistoire n'est pas l'âge d'or que l'on a longtemps voulu imaginer. En s'appuyant avec rigueur sur toutes les découvertes archéologiques, les auteurs font un tableau saisissant de la violence présente dans toutes les sociétés préhistoriques : sujets blessés, armes retrouvées, traces de violences individuelles ou collectives, cannibalisme, supplices et massacres. Des origines jusqu'au Néolithique et jusqu'à l'émergence du guerrier et du héros, les preuves sont là, qui démontrent un peu plus que l'homme préhistorique n'était pas différent de nous-mêmes.
Le sentier de la guerre


Survivants
Chris Stringer
L'Afrique passe aujourd'hui pour le berceau de nos premiers ancêtres humains ; est-elle également le lieu originel de notre espèce Homo sapiens et de ce qui lui est propre : le langage, l'art, la technologie complexe? L'hypothèse de cette double sortie d'Afrique, d'abord étayée par les restes fossiles, se nourrit des données archéologiques et génétiques, y compris, depuis peu, l'ADN des fossiles néandertaliens. 
En savoir plus sur Survivants
Survivants


 
Cultura.fr.