www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News - Découverte d'une vénus gravetienne à Amiens
Une statuette de calcaire trouvée à Amiens, dans le quartier de Renancourt

Une nouvelle vénus datée de - 23 000 ans
Les morceaux d'une statuette en  craie représentant une femme ont été retrouvés à Amiens.

La Venus de Renancourt... telle qu'elle a été découverteLa découverte
Un petit amas de morceaux de calcaire a été découvert en juillet 2014 sur un chantier de fouilles (Renancourt 1) mené par le service régional de l'archéologie, l'INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) et le service d'archéologie préventive d'Amiens métropole. Ce chantier est situé dans le quartier Renancourt  au sud-ouest d'Amiens.

Au Paléolithique, le site de Renancourt 1 était un campement de chasseurs qui ont laissé derrière eux différents artefacts :
- des objets en silex (pointes de projectiles de chasse, couteaux, grattoirs),
- des ossements  de chevaux qui avaient servi de repas,
- des éléments de parures (rondelles percées en craie).
Avec la vingtaine de fragments calcaire, les archéologues ont pu reconstituer une statuette féminine (génériquement  appelée vénus préhistorique) d'une taille de 12 centimètres. Elle était située à 4 mètres de profondeur sous la surface du sol actuel.
Photo Détail de la Vénus lors de sa découverte en 2014. On remarque son état très fragmenté à cause du gel. © Clément Paris

Venus de RenancourtLa vénus préhistorique

Reconstituée, la statuette représente une femme  assez opulente (comme la majorité des vénus préhistoriques, mais pas toutes non plus...).  La poitrine, forte, retombe sur le ventre.  Les fesses sont extrêmement bombées, comme tirées vers l'arrière. Nommée vénus callipyge le terme est inapproprié car, si la statuette a effectivement un arrière-train remarquable, c'est plus par sa démesure et ses proportions que par sa beauté qu'elle se remarque.
Comme de nombreuses vénus préhistoriques, la statuette a donc des attributs sexuels très marqués, alors qu'à l'opposé ses membres et son visage sont juste esquissés.  Pour le préhistorien Clément Paris, « Cette statuette constitue probablement l'expression symbolique de la femme, et plus particulièrement de la fécondité ».
La statuette n'est pas complète ; un morceau de la partie inférieure à droite est manquant (voir photo) de face.
Retrouvée en 19 morceaux, la statuette a peut-être éclaté tout simplement sous l'effet du gel.

Photo La Vénus de Renancourt, datée de 23000 ans avant le présent. Vue de profil et de face. © Stéphane Lancelot, Inrap


Fouilles surle site de Renancourt
Une datation précise

La méthode de datation au carbone 14 a permis de préciser la période à laquelle la désormais fameuse  «Vénus de Renancourt» a été taillée. Nous nous retrouvons en fin de culture gravettienne dans un laps de temps compris entre – 29 000 ans et – 21 000 ans.  A cette époque, dans la région, c'est donc un Homo sapiens qui a taillé cette vénus et les silex.  


Une découverte géographiquement atypique
Pour les chercheurs, la découverte est exceptionnelle car c'est la première vénus qu'on trouve dans le nord de la France. Il n'existe actuellement au monde qu'un peu plus de 240 vénus préhistoriques et néolithiques. Les statuettes de ce type ont majoritairement été retrouvées dans le grand quart sud-ouest de la France (Aquitaine, Périgord...) ou à l'étranger (Autriche, Sibérie en Russie). Comme le rapelle Nicole Phoyu-Yedid (Directrice régionale des affaires culturelles de Picardie), la dernière découverte d'une vénus gravettienne en France remonte à une cinquantaine d'années, en 1959, à Tursac.

"Rarissime, inattendu, les superlatifs manquent » déclare Pascal Depaepe (Directeur interrégional de l'INRAP). Il ajoute qu'au cours de cette période glaciaire, il y a 23 000 ans, la Picardie étant sous la neige : "Je n'avais jamais imaginé une découverte de ce genre dans la région ».

Pour le préhistorien Clément Paris, découvreur de la vénus «  Il n'existe en France que 15 statuettes féminines de cette époque. Elles proviennent du Sud-Ouest  ». Il indique que les hommes du Paléolithique « ont dû profiter d'une micro-période d'amélioration du climat pour remonter vers le Nord. Ces chasseurs se déplaçaient sur de très longues distances. Les silex, les parures trouvés sur les chantiers de fouilles du Sud-Ouest montrent qu'ils parcouraient 200 à 300 km ».

Après les études de la statuette, cette vénus trouvera naturellement sa place au Musée de Picardie, à Amiens.

C. R.

Sources :
Amiens
Culture Box

Equipe de fouilles : Clément Paris, responsable de la fouille, Paule Coudret, Jean-Pierre Fagnart, Alain Boucher, Pierre Antoine, Olivier Moine, Sylvie Coutard, collaborateurs scientifiques.

Sur le même sujet

La vénus de Zaraysk
La vénus de Hohle Fels

 



Sur Hominides
- Art préhistorique

- Découverte en 2008 des deux Vénus de Zaraysk

- Représentations humaines et animales dans la Préhistoire


femmes de la préhistoire
Femmes de la Préhistoire

A lire
Femmes sans tête
Gerhard Bosinski
Un ouvrage superbe présentant des représentations féminines à la préhistoire, mais également des représentations humaines ou animales. De très nombreux relevés, photos et plans permettent d'avoir un aperçu global des figures représentées dans l'art préhistorique européen.
Un très beau livre, pour tous
En savoir plus sur
Femmes sans tête
Femmes sans tête


Le sexe au temps des Cro-Magnons
Gilles et Brigitte Delluc
Les hommes, les femmes, au temps préhistoriques. Modes de vie, relations...
En savoir plus sur le livre Le sexe au temps des Cro-Magnons
Sexe au temps des Cro-Magnons
amazon
 
 
 
AbeBooks.fr - 110 millions de livres neufs, d'occasion, anciens et rares.