www.Hominides.com
Contacts
Références > Livre > Marcel Otte > Les gravettiens
Livre - Les gravettiens - sous la direction de Marcel Otte - Editions errances

Les gravettiens
Sous la direction de Marcel Otte
Collection Civilisation et Culture
Editions errances


"La civilisation gravettienne traverse l’Eurasie. Dès 30 000 ans, elle émerge
des steppes immenses étendues au-delà de l’Oural, partout associée aux hommes modernes, surnommés Cro-Magnon. "



Les gravettiens

Présentation de l'éditeur
Le Gravettien est la deuxième grande culture européenne depuis l'arrivée de l'Homme moderne en Europe. Datée d'entre 29 000 et 22 000 ans environ, elle succède à l'Aurignacien. Depuis le Portugal jusqu'à la Sibérie, de l'Europe du Nord jusqu'à l'Andalousie, les Gravettiens forment une entité culturelle homogène, dont le symbole le plus marquant sont les fameuses "Vénus ", des représentations féminines aux formes généreuses, statuettes, bas-reliefs, peintures ou gravures qui accompagnaient et nourrissaient l'imaginaire de ces chasseurs-cueilleurs, en compagnie de formes animales au style varié et polymorphe (Arcy-sur-Cure, Cussac, Pech-Merle). Appartenir à la même culture ne signifie pas pourtant une identité des productions. Une grande variété régionale est perceptible, ainsi qu'une grande diversité dans le choix du mode de vie. Les progrès de la recherche actuelle autorisent aujourd'hui une plus grande finesse dans l'analyse. Les meilleurs spécialistes analysent ici les ossements, les outils et les oeuvres d'art laissées par les Gravettiens. Ils dressent pour nous le portrait d'une société élaborée, aussi bien dans sa vie de tous les jours, ses techniques, que dans ses rêves et ses bouleversements.


351 pages
18 x 25 x 2 cm
Collection Civilisations et Cultures



Hominides.com

Un ouvrage destiné à devenir une référence sur l'une des cultures préhistoriques majeures.
La collaboration de plusieurs spécialistes permet d'obtenir une vue globale sur tous les aspects du Gravettien : habitat, outillage, art, partiques funéraires...
La qualité des articles, suivis des multiples références, montrent que cet ouvrage est destiné aux étudiants ou chercheurs. Toutefois, la clarté du propos et les différentes entrées de l'ouvrage permettent aux non spécialistes et aux curieux de trouver toutes les informations souhaitées.
Non, le Gravettien ce n'est pas que la Vénus de Brassempouy !


Sommaire de "Les gravettiens"

Introduction,
Marcel Otte

L'origine du Gravettien,
Janusz Kozlowsk

De quoi Gravettien est-il le nom ?
Pierre Noiret

Le Gravettien existe-t-il ? Le prisme du système technique lithique,
Damien Pesesse

De Brassempouy À Kostienki : l'exploitation technique des ressources animales dans l'Europe gravettienne,
Nejma Goutas

Les structures d'habitat du Gravettien en Europe,
François Djindjian

L'art pariétal gravettien en France,
Jacques Jaubert et Valérie Feruglio

L'art des Gravettiens, continuité et originalité,
Stéphane Petrognani

L'art pariétal gravettien du nord de la France,
Dominique Baffier et Michel Girard

L'art mobilier du Gravettien,
Lioudmila Iakovleva

Spiritualité d'un chasseur de mammouths gravettien,
Martin Oliva

La céramique du Gravettien d'Europe Centrale,
Estelle Bougard

Les populations gravettiennes. Biologie et comportements funéraires,
Dominique Henry-Gambier

Conclusion, Marcel Otte

Carte des sites du Gravettien
Carte des principaux sites (DAO Alice Redou)

L'introduction de "Les gravettiens"

Comme un vol d'oiseau, la civilisation gravettienne s'est étendue à toutes les régions européennes, les couvrant tel un voile neigeux. Partout où l'Homme fut Homme, il devint gravettien et en conquis l'allure et la fierté : dans toute l'Europe, c'est-à-dire depuis son versant oriental jusqu'à l'encoignure portugaise. Ici ou là, des persistances attestent le plus naturellement du monde des pratiques héritées de l'Aurignacien. Mais bien plus profondément, arts et mythes se diffusent, dans ce vaste continent où les premiers hommes modernes avaient lentement pris la place des Néandertaliens,
entre 35 et 40 000 ans. Peu de mythes ont traversé cette frontière là, sinon les sépultures (Kostienki XIV, Mlade?), les cultes des ancêtres (cannibalisme) et le respect animalier (encornures). Mais la place revint à l'héritage plastique : entre statuettes du Vogelherd et celles de Moravie, peu de cortèges varient, la même approche du réel s'impose, et les espèces maîtrisent leur propre fantasme. L'Homme dut donner du sens à l'absurde, inspiré des perpétuelles craintes à l'animal, à la mort, toutes deux aussi inexplicables qu'inévitables, telle la vie elle-même.
Les formules s'agencèrent pourtant tout autrement avec le Gravettien : les fresques colorées se métamorphosèrent en dessins aux silhouettes empreintes de sacralité et les formes s'y plièrent aux mythologies collectives, structurées par les mêmes rêves. D'Arcy (Bourgogne) à Gargas (Pyrénées) aux âpres aspérités de Pair-non-Pair (Gironde), tout y indique la nouvelle voie tracée par les troubles de l'âme, aux sources des mythes. La femme, surtout, y tient les rôles des "Vénus" antiques : puissantes, adipeuses, innombrables sources de fantasmes, marqués par les poses autant que par le mystère du masque : impénétrable, comme si l'individualité se fût diluée dans sa fonction sacrée. Avec une scrupuleuse régularité, les repères s'y répètent : anonymes, génitrices, elles synthétisent l'esprit rendu solidaire par sa métaphysique : en perpétuelle lutte contre l'absurde qui ne l'a jamais quitté. L'invasion spirituelle de l'Europe gravettienne s'achève, mais d'autres l'attendent.
D'immenses habitats organisés entre divers foyers témoignent d'un succès, démographique autant que spirituel, sur l'adversité. Une multitude de témoignages traversent l'Europe par les peintures pariétales, les statuettes en toutes matières et de tous formats, rendus mobiles par leurs matériaux mêmes. Étendues aux steppes d'Europe moyenne, elles ne semblent plus terrassées par l'espace, ni par l'étendue gigantesque des steppes. Tout au contraire, elles rendent la nature solide, sensible, puissante et les accords prodigieux des formes n'auraient pas déplu à Michel-Ange. Les audaces
plastiques autant que la quête sacrée y auraient transmis, comme chez eux, la pureté des formes à l'audace qui les en ont chacune illustrée (Lespugue, Willendorf, Kostienki). Tout est féminité dans ces arts, de la vulve schématique à la souplesse des formes, tout parle au féminin, des mammouths gravides aux lionnes en rut. L'art gravettien est celui de la femme et de ses développements plastiques : statues hiératiques aux dames voluptueuses.
Jamais n'aurait-on pu concevoir un monde plus féminin, des statues antiques aux habitats décorés aux formes spécifiques, domestiques des avalanches de chairs à la Rubens, aux mysticismes des statues-colonnes de Reims ou de Cologne. Tout y est porté par la femme, comme si le mystère qui y plane encore fut le support de la civilisation gravettienne tout entière.
Vers 30 000 ans, on voit surgir des steppes d'Eurasie les formules nouvelles adaptées autant aux fonctions techniques qu'à la pensée mystique : la nouvelle audace s'approprie les calories de la steppe, les glissements d'infinies tentatives se métamorphosent en traditions millénaires : de 30 à
20 000 ans, on peut parler de civilisation gravettienne, aussi simplement que de celle de Byzance ou de la dynastie Ming. Cette perpétuité homogène, jamais atteinte jusque-là, forme la marque puissante d'une solidarité, collective et équilibrée, mais qui se métamorphose perpétuellement, selon les mêmes axes et les mêmes formules. Il s'agit bien là d'une "civilisation" au plein sens du terme.

Marcel Otte,
Professeur de Préhistoire,
Université de Liège, Belgique.

Marcel Otte
Marcel Otte, professeur de Préhistoire à l'université de Liège, s'est spécialisé dans les études des civilisations paléolithiques de l'Asie.
Il est l'auteur de nombreux articles et de nombreux livres. Il a publié des manuels pour étudiants comme La Protohistoire (de Boeck, 2008) et des synthèses à destination du grand public, comme Cro Magnon (Perrin, 2008). Son dernier ouvrage, Les hommes de Lascaux (Armand Colin, 2009) retrace l'évolution des cultures humaines dans la Préhistoire de l'Europe.

Les livres de Marcel Otte sur Amazon



La Boutique
En partenariat avec Amazon, retrouvez la sélection des meilleurs livres ou documentaires sur la préhistoire, les évolutions de l'homme, les découvertes de fossiles...
Livres, documentaires sur la préhistoire
Sur Hominides

Cultures et industries lithiques

Les différentes cultures de la préhistoire

A lire
Les Aurignaciens
Sous la direction
de Marcel Otte

Aux confins des terres émergées, l'Europe a longtemps constitué une aire marginale pour les populations humaines (Néandertal). Cette humanité en pleine expansion démographique élabora des systèmes de valeurs adaptés à ses contraintes internes. Elle déborda progressivement ses aires d'origine et s'étendit, vers l'ouest, à tout le continent.
Nous la reconnaissons à son anatomie, à ses traditions, à ses arts et à ses mythes. Pour vraiment tout savoir sur les Aurignaciens...
En savoir plus sur Les Aurignaciens

Les aurignaciens


Quand d'autres hommes peuplaient la terre
Jean-Jacques Hublin avec Bernard Seytre
Comment sommes-nous devenus humains ? Voici le livre qui manquait pour faire le point sur les dernières recherches. Plus de la moitié des fossiles humains connus ont été trouvés depuis moins de vingt-cinq ans. De nouvelles techniques permettent désormais d'explorer jusqu'au niveau moléculaire le squelette de nos ancêtres, de décoder leurs gènes, de retrouver leur régime alimentaire.
En savoir plus sur Quand d'autres hommes peuplaient la terre
Quand d'autres hommes peuplaient la Terre
 
Origine et évolution des populations humaines
Textes édités par O. Dutour, JJ. Hublin et B. Vandermeersch
Scientifique et complet, un tour d'horizon de nos connaissances sur l'évolution humaine.
Pour public averti.
Cliquez ici pour en savoir plus sur le contenu du livre Origine et évolution des populations humaines.
x
x
 

Comparatif de credits, prets personnels, rachats de credits


 
Mise en ligne le 30/01/13