www.Hominides.com
Contacts
Chronologie > Préhistoire > Industries lithiques
Les cultures lithiques de la Préhistoire

Les cultures lithiques

Cultures et industries lithiques

Moustérien, Magdalénien, Aurignacien, Solutréen...


La pierre, contrairement aux matériaux organiques, se conserve intacte au fil des millénaires. C’est donc principalement sur l’outillage en pierre que se basent les chercheurs pour définir et étudier les cultures successives, complexes et variées, des hommes préhistoriques.


Pourquoi des cultures lithiques ?
Si les ancêtres de la lignée humaine et ceux des chimpanzés utilisaient comme outils des objets naturels non modifiés, les outils en pierre taillée ne sont apparus qu’il y a 2,7 millions d’années, en Afrique. C’est le début de la Préhistoire, qui s’intéresse aux cultures pré-humaines et humaines, dont les outils en pierre ne sont que le noyau visible, les autres matériaux ne laissant pas de traces aussi durables. Au fur et à mesure de l’évolution, objets en bois, os, ivoire ou bois de cervidés, parures et manifestations artistiques s’associeront aux productions en pierre pour enrichir les cultures humaines.

Mais ce sont les vestiges des travaux sur minéraux (tels le silex), seuls disponibles aujourd’hui, qui fondent les différentes périodes de l’Age de pierre, ou Paléolithique : on parle d’industries lithiques (industrie au sens "d'activité humaine pour produire des objets", et lithique signifiant "de pierre"), émanations de cultures lithiques (façons de percevoir son environnement, et donc de travailler la pierre).
Gabriel de Mortillet
Gabriel de MortilletC'est le préhistorien Gabriel de Mortillet qui va le premier classer les époques du Paléolithique en fonction des types d'outils et des sites. En 1869, il publie "Essai d'une classification des cavernes et des stations sous abri, fondée sur les produits de l'industrie humaine"

Une expertise scientifique
La réalisation de ces outils demandait une connaissance des matériaux, une grande dextérité, et parfois une grande intelligence conceptuelle. Pour tirer tout le parti de ces vestiges, archéologues et préhistoriens doivent donc non seulement décrire l’outil, mais aussi s’attacher à comprendre les différentes étapes de sa conception et de sa réalisation, afin de le Conception d'un outil préhistoriquemettre en perspective dans l’évolution des cultures lithiques. La fabrication d’un outil témoigne d’une chaîne opératoire souvent complexe.

Les scientifiques ont élaboré tout un vocabulaire pour qualifier les caractères d’une pierre taillée et les indices qu’elle donne : sur un nucléus (bloc de roche de départ), l’endroit où manque un éclat (prélevé) s’appelle le négatif d’enlèvement, les arêtes formées après l’impact sont les nervures, etc.


Des techniques variées

Différents vestiges peuvent être trouvés : outils (ou armes) finis, nucléus, éclats résiduels ou intentionnels de diverses formes et tailles…Deux techniques fondamentales ont été utilisées par les hommes préhistoriques : le façonnage (pour donner forme à un bloc de départ, les éclats étant alors des déchets), et le débitage (pour obtenir des éclats utilisables).

Le débitage en éclats peut être obtenu par pression, mais il l’est le plus souvent par percussion, avec un percuteur dur, en pierre, ou plus tendre, en bois végétal ou de cervidé (ce qui donne des éclats plus fins). La technique dite "débitage Levallois" est une étape essentielle des cultures du Paléolithique moyen. Le débitage peut être également laminaire. Les éclats obtenus par débitage peuvent être ensuite retouchés (c’est la confection ou retouche ou réaffutage) sur un ou plusieurs bords, pour obtenir des racloirs ou des grattoirs, par exemple. Les éclats fins et allongés, produits en série, sont appelés lames ou lamelles, selon leurs dimensions.

Outils et espèces humaines
Fabrication d'un outil préhistoriqueOssements humains et outils se trouvent parfois sur un même site, permettant d’associer une culture et une espèce humaine. Ce n’est pas toujours le cas. En l’absence de fossiles humains, on hésite parfois sur l’auteur – ou le détenteur - de certains objets, certains d’entre eux pouvant appartenir à des cultures voire à des espèces différentes.

La datation des ossements fossiles donne la succession - et souvent la contemporanéité - des différentes espèces pré-humaines ou humaines. Il en va différemment pour les industries. Certains objets sont présents au cours de "super-périodes" culturelles et perdurent avec plusieurs espèces (surtout au Paléolithique ancien). D’autres, en revanche, ne sont présents qu’au cours de phases culturelles plus courtes et ne caractérisent qu’une partie de la durée d’une espèce (notamment au Paléolithique supérieur, au cours duquel Homo sapiens a inventé plusieurs cultures).

Difficulté de caractériser les cultures
Ces cultures lithiques ont des dates de début et de fin approximatives, souvent différentes d’un auteur à l’autre. Elles se chevauchent parfois (une culture pouvant être contemporaine d’une autre durant des milliers d’années), ou se fondent l’une dans l’autre (l’une évoluant « insensiblement » vers l’autre). Enfin, une même culture lithique peut s’épanouir à des époques différentes d’une région du monde à l’autre. D’où une certaine « élasticité » des dates et des durées, souvent minime au regard des échelles de temps impliquées.

Si certaines cultures lithiques, très localisées ou peu individualisées, ne sont pas reconnues par tous les spécialistes, ceux-ci s’accordent en revanche sur l’existence de huit grandes cultures, réparties sur tout le Paléolithique. Leurs noms dérivent des lieux géographiques où ont été trouvés les principaux gisements, ou les plus typiques. Ces sites sont appelés éponymes.

Les grandes étapes du Paléolithique

Chronologie des différentes cultures et indutries lithiques
Schéma Copyright Neekoo pour Hominides.com - Ne pas utiliser sans autorisation.

Au Paléolithique inférieur (2,8 millions d’années à 300 ou 200 000 ans, selon les auteurs), apparaît en Afrique de l’Est la culture dite de l’Oldowayen (2,7 à 1,3 Ma) qui donne les premiers galets aménagés ("Pebble culture"), utilisés par Homo habilis, Homo rudolfensis et Homo ergaster (ou Homo erectus africain), et peut-être aussi par les paranthropes. Puis vient l’Acheuléen (1,5 Ma à 200 000 ans), qui commence lui aussi en Afrique, avec des bifaces, et va jusqu’au début du débitage Levallois. Culture associée à Homo ergaster, à Homo heidelbergensis et à Homo erectus.

Au Paléolithique moyen (300 ou 200 000 à 35 000 ans), apparaît une certaine standardisation du débitage et de la retouche, ainsi que l’apogée de la technique Levallois : c’est le Moustérien, associé à Homo neanderthalensis et, dans une moindre mesure, à Homo sapiens, en Europe et au Proche-Orient.

Au Paléolithique supérieur, enfin (40 ou 35 000 à 10 000 ans), le Châtelperronien (38 000 à 30 000 ans), associé à Néandertal, est la dernière déclinaison du Moustérien. Parallèlement, l’Homme de Cro-Magnon (Homo sapiens), venu du Moyen-Orient, développe en Europe l’Aurignacien (40 000 à 25 000 ans), avec notamment une importante industrie sur os. Puis cet Homo sapiens, désormais la seule espèce humaine, fait naître différentes cultures, caractérisées par un éventail de matières premières (pierre, os, bois de renne, ivoire), de formes, de tailles, d’utilisations très diversifiées : ce sont le Gravettien (- 28 000 à - 22 000 ans), le Solutréen (22 000 à 17 000 ans) et le Magdalénien (17 000 à 10 000 ans).

F. Belnet

Cultures lithiques

Hominides.com remercie Brigitte et Gilles Delluc pour leur participation à la rédaction de ces pages.

Vous cherchez un article spécifique sur Hominides.com, utilisez le moteur de recherche Google


Utilisation des textes ou schémas du site :
En dehors du cadre personnel, vous devez impérativement soumettre à la rédaction d'Hominides.com une demande d'utilisation des textes et/ou schémas figurant sur le site, en précisant vos motivations.
Particulièrement, la reprise d'articles, de dossiers ou de schémas, pour une publication sur internet doit obligatoirement faire l'objet d'une demande d'autorisation préalable.


Notre sélection d'ouvrages sur la préhistoire et les cultures lithiques

Pour tous
Pour amateurs
Pour passionnés
       
Préhistoire -généralités La Préhistoire
Sophie Archambault de Beaune
Antoine Balzeau
La France préhistorique
Collectif sous la direction de
Jean Clottes
Encyclopédie pratique
des outils préhistoriques

Jean-Luc Piel-Desruisseaux
 
La Préhistoire
En savoir plus sur le livre La préhistoire
La France Préhistorique
En savoir plus sur La France préhistorique
 
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall
       
Les outils Les premiers outils
Pascal Picq
Les éclats de Néandertal
Jean-Luc Piel-Desruisseaux
Outils préhistoriques
Jean-Luc Piel-Desruisseaux
 
Premiers outils
Les éclats de Néandertal
Outils préhistoriques
 
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall
 

Pour tous

Pour amateurs

Pour passionnés