www.Hominides.com
Contacts
Références > Les premiers outils de l'homme
Les premiers outils de l'Homme - Article en partenariat avec Historia

Les premiers outils de l'Homme
Frédéric Belnet


Quelques pierres sommairement ‘dégrossies’ au début, des ordinateurs aujourd’hui… L’humanité – ou les humanités ? – ont mis au point l’outil, première matérialisation des cultures. Quelles en sont les caractéristiques, et que sait-on des premières étapes – essentielles – de ce long enfantement ?

    
L’outil n’est pas le propre de l’Homme
Un passereau qui, saisissant une brindille dans son bec, s’en sert pour déloger d’une fissure d’appétissants insectes… Un chimpanzé qui, plus astucieux encore, confectionne une boule de végétaux en guise d’éponge, pour récupérer l’eau d’une flaque peu accessible… L’outil prolonge la main ou le corps, démultiplie les ressources naturelles. Ces exemples, parmi tant d’autres, montrent que l’outil n’est pas le propre de l’Homme.

Fabrication d'un outil préhistoriqueIl y a outil et outil
Mais il s’agit là d’objets naturels utilisés tels quels, ou, au mieux, après une simple manipulation : des outils dits primaires.
Les outils secondaires, eux, résultent d’un façonnage à l’aide d’un autre outil, parfois appelé, lui, méta-outil.  Un couteau de silex est un outil secondaire, créé en taillant une pierre avec un percuteur, lequel est « un outil à faire des outils », pour reprendre la formule du philosophe français Henri Bergson, également inventeur du terme Homo faber (« l’homme industrieux ») pour caractériser cet aspect de la nature humaine. Car les Homininés sont, effectivement, les seules créatures, sur Terre, à atteindre ce stade.
Les outils composites, enfin, constitués de plusieurs éléments (une pointe de silex emmanchée sur une hampe de bois, par exemple), ne sont connus que chez les espèces les plus ‘récentes’ du genre Homo.

Des outils… et ce qu’il en reste
Les matériaux organiques (bois, bambou, os, ramure de cervidé) se dégradant au fil du temps, les préhistoriens ne disposent, à de rares exceptions près, que des vestiges de pierre (silex, …) pour reconstruire l’évolution de l’outillage paléolithique : ce qu’on appelle les industries lithiques (industrie au sens de ‘production’, et lithique, ‘en pierre’).  Une vision forcément partielle, donc, des capacités de nos ancêtres. Et une histoire difficile à tracer.

Traces de découpe avec outillage attribuées à Australopithecs afarensisUne origine incertaine

Une histoire qui remonterait à 3,4 Millions d’années, selon Zeresenay Alemseged, de l’Académie des Sciences de Californie : en 2009, à Dikika, en Éthiopie, son équipe met au jour non pas des outils mais des os d’animaux datant de cette époque, qui portent apparemment des traces de découpe par des tranchants de pierre. Australopithecus afarensis (‘Lucy’), seul homininé connu dans cette région à cette époque, serait alors le premier artisan de la famille. Les résultats de cette étude sont toutefois contestés par certains chercheurs, qui voient là plutôt les marques laissées par les dents des prédateurs. A gauche des ossements retrouvés Dikika qui présentent des traces de découpes.  

Outils et cultures

Bien plus consensuelles dans leur interprétation, les fouilles menées sur des sites aussi anciens que -2,7 Ma livrent les premiers outils incontestés : à Gona Hadar (Éthiopie), sur les bords du lac Turkana (Kenya) ou à Olduvaï (Tanzanie), site qui donne son nom à cette culture dite oldowayenne, qui durera jusqu’à -1,3 Ma, nos ancêtres Homo habilis puis Homo ergaster, ainsi, peut-être, que nos cousins les Paranthropes, produisent de rudimentaires galets aménagés (on parle aussi de pebble culture, culture du galet). Ce sont des Choppers  (hachoirs à un seul côté tranchant), ou des chopping tools (à deux tranchants), tous créés par percussion (pierre sur pierre). Avec déjà, selon le paléoanthropologue Pascal Picq, "une grande connaissance des propriétés physiques de la matière, (…) une capacité à opter pour des modes de débitage idoines en fonction du résultat escompté". 

La tracéologie, l’étude fine des traces – entremêlées – d’utilisation, montre un usage multiple de ces premiers outils : cassage de noix, découpe de branches, raclage d’os (ces homininés étant volontiers charognards, et parfois chasseurs). En 2008, de tels outils, vieux de 1,6 Ma, sont trouvés en France, dans l’Hérault, par une équipe mixte Muséum national d’Histoire naturelle / CNRS : une des plus anciennes traces d’occupation pré-humaine en Europe.
A droite, un chopping-tool daté de - 1 million d'années trouvé dans la grotte du Vallonnet. Exposé au Musée de Préhistoire de Menton
Choping-tool
Biface acheuléen - La Baume Bonne
En Afrique, à nouveau, à partir de  -1,6 Ma, puis en Europe et au Proche-Orient entre -0,5 et -0,3 Ma, se développe une culture lithique plus élaborée, l’Acheuléen (du nom de Saint-Acheul, site de la Somme recelant de tels vestiges). Des percuteurs souples (en os, bois ou corne) permettent d’obtenir des artéfacts plus finis, tels l’emblématique biface, symétrique, en forme d’amande, aux tranchants obtenus par enlèvements successifs d’éclats d’un bloc de pierre initial (appelé nucléus). Toujours des outils à tout faire, non emmanchés. Homo ergaster en Afrique, ses descendants Homo heidelbergensis en Europe et Homo erectus en Asie, sont les artisans de ces superbes objets.
A gauche, outil acheuléen exposé au Musée de Quinson
Les cultures lithiques se suivent (se chevauchent, souvent) et ne se ressemblent pas… Première à naître hors du berceau africain, celle du Moustérien nous laisse,  dans l’abri du Moustier (Dordogne), comme partout en Europe et au Moyen-Orient, les premiers outils composites, attestés par des traces d’emmanchement et de colle. Des outils à usage unique : pointes, grattoirs, racloirs, lames…, tous faits à partir d’éclats savamment obtenus : c’est la technique dite Levallois. L’œuvre de l’Homme de Néandertal, puis, au Proche-Orient, des premiers Homo sapiens archaïques – nos ancêtres, ceux-là. Cela dure de - 300 000 à - 30 000 ans environ.
A droite, éclat et pointe Levallois du Moustérien exposés au Musée de Préhistoire de Nemours
Eclat et Pointe Levallois

À partir de là, tout se précipite : désormais, la culture évolue plus vite que l’espèce. L’homme anatomiquement moderne va faire se succéder, entre -35 000 et -5 000 ans, Aurignacien, Gravettien, Solutréen et Magdalénien. Des cultures certes lithiques, mais bien plus que cela !

Frédéric Belnet,
journaliste scientifique


 



Sur Hominides
En partenariat avec
Historia
Article Les premiers outils, paru dans la revue Historia numéro 782 de février 2012.

Les premiers outils à la préhistoire
Les premiers outils
à la préhistoire



Cultures et industries lithiques
Les industries lithiques

A voir

Musée de préhistoire de Menton
Musée de préhistoire
de Menton



Musée de préhistoire de Quinson
Musée de préhistoire
de Quinson


A suivre...
Encyclopédie pratique des outils préhistoriques
Jean-luc Piel-Desruisseaux
Un vrai dictionnaire... 150 entrées par ordre alphabétique à partir de Aiguilles à chas jusqu'a Typologie en passant par percuteur, bâton percé ou encore débitage Levallois...
Chaque outil est illustré simplement avec un dessin permettant de comprendre sa forme, sa fabrication et la manière dont il était utilisé.
Un ouvrage pour tous ceux qui s'interessent aux outils préhistoriques : étudiants, curieux, passionnés...

En savoir plus sur l'Encyclopédie pratique des outils préhistoriques
Encyclopédie pratique des outils préhistoriques


Aux origines de l'humanité
Les 3 documentaires de Jacques Malaterre sur l'évolution de l'homme à la préhistoire avec la caution scientifique d'Yves Coppens.
En savoir plus sur la trilogie "Aux origines de l'humanité"
Origines de l'humanité
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall




 

 
Mise en ligne le 26/07/12