www.Hominides.com
Contacts
Références > Livre > Penser l'évolution - Hervé le Guyader > Théorie de l'évolution, preuves et explications
Livre - Penser l'évolution - Hervé Le Guyader - Editeur Xavier Barral

Penser l'évolution
Hervé Le Guyader


Simple hypothèse au début du XIXe siècle, l'évolution devient réalité cinquante ans plus tard...


Penser l'évolution

Existe également en format Kindle


La théorie scientifique de l'Evolution, niée aujourd'hui par le fondamentalisme religieux (Créationnisme, Intelligent Design), se soumet elle-même, comme toute théorie à valeur expérimentale, à un constant questionnement.
La "Logique du vivant", chère à la triade royale Lwoff-Monod-Jacob, dévoile aujourd'hui des interactions d'une infinie complexité entre milieu extérieur, phénotype et génotype. Penser l'évolution, c'est retracer la genèse et le cheminement d'une idée combattue d'emblée par la religiosité exclusive comme par les tenants d'un rationalisme pur, héritiers de Lamarck et de Pasteur, qui, tous, nient le "hasard" de Darwin faute d'en affiner le concept. Voici le livre fondamental sur l'histoire d'une idée majeure et son contexte culturel.

560 pages
Imprimerie Nationale
Collection : Fondamentales


Sommaire "Penser l'évolution"


Prologue TRANSFORMISME ET CRÉATIONNISME : LE COMBAT CONTRE L'ABSURDE
Chapitre 1 - DU FIXISME DE LA GENÈSE AU « DESSEIN INTELLIGENT »
Chapitre 2 - WILLIAM PALEY ET CHARLES DARWIN, DU « DESSEIN INTELLIGENT » À LA SÉLECTION NATURELLE
Chapitre 3 - SCIENCE ET RELIGION : LE NŒUD DU PROBLÈME
Chapitre 4 - UNE DÉSACRALISATION DE LA NATURE
Chapitre 5 - LA SCIENCE EST-ELLE « NON-NATURELLE » ?
Chapitre 6 - LA RELIGION EST-ELLE « NATURELLE » ?
Chapitre 7 - À L'HORIZON DE LA SCIENCE, UNE DOUBLE « NATURE »
Chapitre 8 - « SCRITTA IN LINGUA MATHEMATICA… »
Chapitre 9 - MENDEL, WEISMANN : À LA RECHERCHE DES « DEUX CORPS » DU VIVANT
Chapitre 10 - LA GÉNÉTIQUE REJOINT LE DARWINISME
Chapitre 11 - SÉLECTIONNISTES CONTRE MUTATIONNISTES
Chapitre 12 - « DARWIN EST UN NATURALISTE, LAMARCK ÉTAIT UN PHYSICIEN »
Chapitre 13 - À LA DÉCOUVERTE DU GÈNE
Chapitre 14 - LA TSE ET LE MYTHE DU PROGRÈS
Chapitre 15 - SCIENCE DE LA NATURE OU SCIENCE DE LA CULTURE ?
Chapitre 16 - POURQUOI DES PHYSICIENS SE SONT-ILS INTÉRESSÉS À LA BIOLOGIE ? À LA RECHERCHE DES VRAIES RAISONS…
Chapitre 17 - DE L'ADAPTATION À L'INDUCTION
Chapitre 18 - D'UNE ADAPTATION L'AUTRE…
Chapitre 19 - L'ÉTRANGE BOUCLE DE L'AUTORÉFÉRENCE
Chapitre 20 - MATHÉMATIQUES ET BIOLOGIE AUTOUR DE L'AUTORÉFÉRENCE
Chapitre 21 - BOUCLES À L'INFINI…
Épilogue « NANI GIGANTUM HUMERIS INSIDENTES… »
NOTES ET BIBLIOGRAPHIE


Extrait de "Penser l'évolution"
Prologue
Transformisme et Créationnisme : le combat contre l'absurde

Comment, aujourd'hui, parler de l'évolution biologique ? Le premier mouvement est de donner les résultats récents de cette discipline complexe, de décrire ce que l'on sait de nos jours sur l'évolution des espèces, puis de commenter les dérives actuelles, commises par de petits groupes et non justifiées scientifiquement. Il m'a semblé plus pertinent d'attirer immédiatement l'attention du lecteur sur les approximations compréhensibles d'avant la publication, en 1859, par Charles Darwin, de L'Évolution des espèces et de les comparer aux propos actuels des anti-darwiniens.

L'histoire commence au xviiie siècle et, comme toutes les belles histoires, elle est peuplée de bonnes et de mauvaises rencontres.

Y seront qualifiés de « transformistes » les chercheurs qui travaillent dans le cadre défini par Jean-Baptiste Lamarck (1744-1829), puis Charles Darwin (1809-1882), lequel s'est prodigieusement enrichi au cours du temps. Ces chercheurs démontrent, de manière de plus en plus précise, que l'origine de la vie sur terre correspond à un phénomène unique, et que les espèces ont évolué – et évoluent – par mutations, c'est-à-dire par des changements aléatoires des caractères héréditaires. Le hasard joue donc un rôle déterminant dans les transformations des espèces. au contraire, les diverses écoles anti-transformistes, qui, maintenant, se qualifient elles-mêmes « d'anti-darwiniennes », défendent l'idée que les êtres vivants ont été créés par un « Grand architecte », qui a décidé du tout en une seule fois ou par de multiples interventions. elles seront qualifiées également de « créationnistes», même si elles ne forment pas un groupe homogène de pensée.

Cette opposition est difficile à apprécier par ceux qui connaissent mal la biologie : il faut souvent de longs développements, reposant sur des faits solides et convergents, pour répondre à des remarques simplistes qui apparaissent au premier abord de « bon sens ». en fait, implicitement ou explicitement, les recherches sur l'évolution biologique répondent petit à petit à l'argument principal – voire unique – des créationnistes : « les êtres vivants sont trop compliqués pour être le fait du simple hasard ».

Novembre 2007 : la communauté biologique française se met à bruire comme une ruche : appels téléphoniques, courriels collectifs… La cause ? L'envoi massif aux universités, aux lycées, aux collèges, d'un ouvrage, très particulier, L'Atlas de la création, sous la signature du Turc Harun yahya. Cet auteur n'est pas un inconnu pour celui qui s'intéresse au problème du « créationnisme ». Il a déjà publié divers fascicules critiquant les positions scientifiques classiques en biologie évolutive mais, cette fois, le volume impose et attire : 6 kg de papier glacé d'une taille imposante (38 × 28 cm), une très belle iconographie… il est annoncé comme le premier d'une série de sept ! Le registre change : on n'a plus affaire à de simples pamphlets ronéotypés mais à une édition de luxe, tirée à des milliers d'exemplaires expédiés de manière ciblée, avec un grand professionnalisme. ainsi, les destinataires – présidents d'université, proviseurs ou directrices de lycée, professeurs de biologie – les reçoivent en leur nom propre, et non suivant leur titre, ce qui suppose l'élaboration d'un fichier important. Tout prouve, dès le premier coup d'oeil, l'existence d'une équipe copieuse et compétente, qui ne semble pas avoir de problèmes de financement.

Le ministère de l'Éducation nationale – le ministre est alors Gilles de Robien – s'en émeut et sait réagir vite. après demande d'un rapport, les livres sont retirés des bibliothèques : d'un point de vue pédagogique, il était prématuré de laisser, sans précautions, un tel ouvrage à la disposition de jeunes élèves. Bien que le problème se trouvât, par là-même, vite résolu, la communauté des biologistes poursuivit son agitation. Le choc était rude : on pensait qu'à part quelques irréductibles, ce type de problème, classique aux États-unis, était mineur dans notre pays. Que contient donc de si scandaleux cet Atlas de la création ? La première partie se présente comme un livre classique de géologie ; on y explique ce qu'est un fossile et l'on y découvre le traditionnel déroulé des âges de la Terre, depuis sa formation – proposée à 4,6 milliards d'années –, jusqu'à l'actuel, en passant par le début du Phanérozoïque à 543 millions d'années. des illustrations et des encadrés explicatifs : une reconstitution de la faune cambrienne ; un bref, mais exact, exposé géologique de la tectonique des plaques, avec l'explication de l'origine des chaînes de montagnes, une photo de la forêt pétrifiée de l'arizona… Que reprocher ? rien a priori que du classique, même si l'esprit n'y est pas. Pourtant, certaines légendes d'illustrations mettent la puce à l'oreille : « un fossile de libellule, vieux de 150 millions d'années. Il est identique aux libellules de notre époque » ou encore : « un fossile de crevette vieux de 208 à 146 millions d'années. Il n'est pas différent des crevettes vivant aujourd'hui ». Les photos de fossiles remarquablement conservés, sont splendides ; les photos des animaux actuels (une libellule, une crevette), riches en couleurs. Mais il y a deux erreurs logiques, impardonnables pour tout biologiste. La libellule du Jurassique n'est pas « identique aux libellules de notre époque ». Tout le monde sait, en effet, qu'il y a actuellement de nombreuses espèces de libellules, souvent faciles à reconnaître. Comment une libellule ancienne peut-elle être « identique » à des libellules, réparties sur divers continents, sous de nombreuses espèces ? Certes, le fossile ressemble aux libellules, est une libellule. Mais le substantif « libellules » désigne un groupe d'animaux qui se ressemblent, présentant de nombreux caractères communs qui conduisent à les ranger dans une catégorie particulière, en l'occurrence l'ordre des Odonates. Le biologiste conclura de l'étude d'un tel fossile que les Odonates existaient déjà il y a 150 millions d'années mais certainement pas que leurs fossiles sont identiques aux libellules actuelles. « Identiques » pour les uns, «apparentés » pour les autres : c'est le coeur du problème. Subtilité de raisonnement, diront certains. Pourtant, qui oserait dire à un enfant qu'un zèbre et un cheval sont « identiques » ? Or les différences entre un zèbre et un cheval sont de même nature logique que celles existant entre deux espèces de libellules. L'enfant comprend immédiatement pourquoi le biologiste classe ces deux animaux dans la même catégorie – ici un même genre ; mais il saisit intuitivement qu'ils ne sont pas « identiques ». Si, dans cet exemple, les différences entre animaux paraissent évidentes pour tout un chacun, dans le cas des libellules, il faut souvent, pour les distinguer, être un biologiste de profession, ou tout au moins un amateur fort éclairé. Pourtant la logique de l'étude est du même ordre.

On peut se demander pourquoi Harun Hahya commet, dès le début de son ouvrage, une faute de biologie aussi grossière. L'explication est simple : avec beaucoup de finesse et de rouerie, il a parfaitement compris que, si l'on accepte que toutes les libellules sont identiques depuis toujours, au lieu d'être seulement apparentées, il n'y a plus d'évolution des espèces au cours des temps géologiques ! Il l'explicite d'ailleurs dans l'introduction de son ouvrage :
« L'ensemble des fossiles est certainement la preuve la plus explicite démolissant les allégations de la théorie de l'évolution. Les fossiles révèlent en effet que les formes de vie sur terre n'ont jamais subi le moindre changement et ne se sont jamais transformées en une autre. L'examen de ces fossiles nous permet de voir que les êtres vivants sont exactement les mêmes que ce qu'ils étaient il y a des centaines de millions d'années. en d'autres termes, ils ne furent jamais impliqués dans une quelconque évolution. Même dans les temps les plus reculés, les formes vivantes émergèrent soudainement dotées de structures complexes, hautement perfectionnées, telles qu'elles sont aujourd'hui encore. »

Voilà le pourquoi de la deuxième partie de L'Atlas de la création – la plus importante, 537 pages. elle dresse un catalogue de fossiles, avec, pour objectif affiché, la volonté de démontrer l'absence de « formes intermédiaires » entre organismes actuels et fossiles. Un catalogue à la Prévert : les espèces se succèdent sans ordre, sans classification, même la plus rudimentaire. Qu'on en juge : on commence par une orphie (vertébré), pour continuer par une
chenille (larve d'insecte), sans plus de précision ; une pastenague (vertébré) ; un crinoïde (échinoderme) ; un hareng (vertébré) ; un crabe (crustacé) ; une perche (vertébré) ; une feuille de sumac (plante à leurs) ; une truite-perche (vertébré) ; deux harengs (vertébrés) ; un trilobite (arthropode fossile, disparu). Les harengs ! Même eux sortent en ordre dispersé11 ! Chaque double page se présente toujours de la même manière : une photo de fossile (souvent
belle), une photo d'un organisme vivant (avec, souvent, des erreurs grossières de zoologie), un texte d'une pauvreté insigne, confondant ressemblance et identité des organismes passés et présents et airmant, sans démonstration aucune, l'absence d'évolution. Ne soyons pas naïfs, ne doutons pas un seul instant que ce capharnaüm ne soit pas organisé ! un brin d'histoire des sciences permet de montrer que le concept de transformisme a émergé surtout grâce aux classifications (principalement en botanique), lesquelles, au fur et à mesure des tentatives échelonnées du xvie au xviiie siècle, devinrent de plus en plus « naturelles », i.e. capables de rendre de mieux en mieux compte de l'ordre de la nature. La confusion est voulue de telle manière qu'un lecteur peu vigilant perde ses repères : confusion entre ressemblance et identité ; désinformation sur la variabilité des organismes vivants et sur la structure de la classification actuelle du vivant.

Il faut cependant attendre la dernière partie de l'ouvrage pour cerner le véritable but de l'auteur, dévoilé dans le titre évocateur du chapitre : « La réelle source idéologique du terrorisme : darwinisme et matérialisme ». Ici, encore une fois, il s'agit d'impressionner les esprits en se situant dans le contexte classique de la désinformation : prendre quelques données factuelles a priori exactes, les biaiser, puis les présenter de manière erronée et ciblée. Ce chapitre commence par la présentation du « conflit », en interprétant la maxime « combat pour la vie » de la manière la plus extrême, le conflit perpétuel. ainsi, les idées de Thomas Malthus (1766-1834)14 sont caricaturées en une « loi de la jungle » qui, à travers le darwinisme, mène, tout d'abord, au fascisme et aux horreurs commanditées par l'auteur de Mein Kampf, puis au communisme, avec celles de la période stalinienne ; enfin, aboutit au terrorisme contemporain. une photographie de l'attentat du 11 septembre sur les Twin Towers de New York illustre cette page, avec comme légende : « Quelle que soit l'idéologie qu'ils épousent, ceux qui perpétuent la terreur dans le monde sont en réalité des darwinistes. Le darwinisme est la seule philosophie qui valorise et donc encourage le conflit. » La lecture du texte principal nous apprend que ces terroristes islamistes ont en réalité été pervertis par le darwinisme, et que « le terrorisme qui sévit dans notre planète n'émane d'aucune des trois religions divines, mais plutôt de l'athéisme, son expression de nos jours étant le darwinisme et le matérialisme », étant donné que « l'islam n'est pas la source du terrorisme mais sa solution ». Là encore, on ne peut imaginer que l'auteur pense réellement ce qu'il écrit. Comment croire – même en étant un bien piètre historien – qu'il ait fallu attendre 1859 pour voir apparaître des guerres et des atrocités ? et comment ne pas oublier que beaucoup de ces atrocités « prédarwiniennes» l'ont été au nom des « trois religions divines » ?

Après ces propos, une « étude historique » de la théorie de l'évolution est esquissée ; elle tente d'expliquer comment la science aurait forgé, à la suite d'erreurs répétées, de telles idées. Curieusement, les jalons historiques majeurs paraissent assez bien connus de l'auteur mais, à chaque fois, les résultats – en anatomie comparée, génétique, biochimie, biologie moléculaire – sont biaisés, puis, évidemment, portés en faux. Parfois, l'interprétation
paraît suffisamment subtile pour pouvoir tromper un nonbiologiste. enfin, certaines citations correctes, enlevées de leur contexte, prêtent à confusion, comme la légende de la photographie de Francis Crick : « Le professeur Francis Crick : l'origine de la vie semble être un miracle », citation sans référence. Il est très vraisemblable que Crick ait prononcé ces mots, mais, en l'occurrence, dans un contexte classique. C'est le cri de désespoir du scientifique qui n'y comprend rien, et rien d'autre !

Le bilan paraît simple : les seuls scientifiques qui ne se trompent pas sont les géologues ; les fossiles des paléontologues sont reconnus, mais pas leurs véritables interprétations. Les organismes animaux et végétaux ont été créés « tels quels », et rien n'a changé jusqu'à nos jours :
« Il est évident que "le fait de la création", qui se révèle dans chaque aspect de l'univers, ne peut être un aboutissement de l'univers lui-même. Par exemple, un insecte n'a pas pu se créer lui-même. Le système solaire n'a pas pu se créer ou s'organiser lui-même. Ni les plantes, ni les êtres humains, ni les bactéries, ni les érythrocytes, ni les papillons n'ont pu se créer par eux-mêmes. La possibilité que tous ces êtres se soient produits "par hasard" ne peut pas être
imaginable. »


La question subsidiaire qui arrive immédiatement à l'esprit concerne évidemment le « moment » de cette création. est-ce un moment unique comme dans la Genèse ? Ou plutôt des créations multiples ? Ici encore, l'auteur présente une explication ahurissante, fondée à la fois sur une vision très personnelle de la perception (« tout est subjectif ») et sur une interprétation de la physique de la relativité générale qui, dans un autre contexte, pourrait prêter à sourire. Sur la perception : « Les informations que nous avons de la vitesse de l'écoulement du temps sont basées sur des références qui changent selon la personne qui la perçoit. »
Les paléontologues ne sont peut-être pas les bons scientifiques que l'on imaginait, car, si le temps est cette variable subjective, on peut se mettre à douter de l'intérêt des dates des fossiles ! Tout de suite après, on peut lire, en effet :
« La relativité du temps est un fait scientifique prouvé aussi par la méthodologie scientifique. La théorie de la relativité générale d'Einstein maintient que la vitesse du temps change selon la vitesse de l'objet et sa distance du centre de gravité [sic]. Quand la vitesse augmente, le temps est raccourci – comprimé – et se ralentit jusqu'à ce qu'il approche le point de s'arrêter entièrement. »

Nous sommes subitement ravis de savoir que la méthodologie scientifique peut amener des preuves… Maintenant la Transformisme et créationnisme : le combat contre l'absurde « solution » apparaît : le temps des géologues n'a effectivement pas d'importance :
« La relativité variable du temps élucide une question très importante. une période de temps qui nous paraît durer des milliards d'années, peut durer seulement une seconde dans une autre dimension. de plus, une période de temps énorme qui pourrait durer du début du monde jusqu'à sa fin, peut ne durer même pas une seconde mais juste un instant dans une autre dimension. »

On apprend donc que la question du « moment » de la création n'a pas d'intérêt, car :
« Une fois que l'on comprend que dieu créa l'univers entier du néant, les questions relatives à où et comment perdent leurs sens ; parce qu'il n'existera plus de temps ni d'espace. […] Si la notion de l'intemporalité est comprise, l'on comprendra également que tous les événements ont lieu au même moment : rien n'est attendu et le temps ne s'écoule pas, parce que tout est déjà arrivé et tout est révolu. »

Le tour est joué : les dates de la paléontologie n'étaient pas critiquées car, en réalité, elles ne sont d'aucun intérêt ! Cette confusion de pensée mérite-t-elle quelques secondes d'attention ? Plus prosaïquement, doit-on ignorer cet imbroglio scientificométaphysique, et se contenter de présenter les vraies données scientifiques, sans mensonges ni tromperies ? en un tout autre domaine Daniel Pennac développe une analyse singulière dans Chagrin d'école. Il interroge la relation maître – élève dans le cas du cancre qu'il a été : « Quelle que soit la matière qu'il enseigne, un professeur découvre très vite qu'à chaque question posée, l'élève interrogé dispose de trois réponses possibles : la juste, la fausse et l'absurde. […] un des malentendus de ma scolarité tient sans doute à ce que mes professeurs notaient comme étant fausses mes réponses absurdes. » Cette remarque fascinante peut s'appliquer sans peine à notre propos : on dit toujours que les thèses créationnistes sont fausses : or, aujourd'hui, compte tenu de tous les travaux scientifiques concordants, elles ne sont pas seulement fausses, elles sont foncièrement absurdes ! Mais allons plus loin.
Prenons Harun yahya sur son terrain : un tel ouvrage se trouve inscrit dans une assez longue histoire qui remonte au début du xixe siècle et que ce livre va analyser. Cette histoire, Harun yahya feint de l'ignorer : pourquoi ? Plus fondamentalement, il convient également de s'interroger sur ce jeu de l'absurde : pourquoi, au nom de la religion, certains jouent-ils le rôle du cancre de Daniel Pennac ?...


L'auteur Hervé Le Guyader
Hervé Le Guyader, professeur de biologie évolutive à l'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI) y dirige l'unité "Systématique, Adaptation, Evolution" (UMR-CNRS 7138) et l'école doctorale "Diversité du Vivant". Auteur de nombreux articles dans des revues internationales spécialisées, il publie aussi des articles dans des mensuels comme Pour !a Science et dirige, aux éditions Belin, la collection "Belin Sup Sciences". II fait ou a fait partie de nombreuses instances, comme le conseil scientifique du Genoscope ou le Comité d'éthique et de précaution de l'INRA et de l'Ifremer. Il a codirigé l'expédition Santo 2006, mission internationale d'étude de la biodiversité au Vanuatu.

D'autres livres sur la théorie de l'évolution sur Amazon


 



La Boutique
En partenariat avec Amazon, retrouvez la sélection des meilleurs livres ou documentaires sur la préhistoire, les évolutions de l'homme, les découvertes de fossiles...
Livres, documentaires sur la préhistoire
Sur Hominides

Evolution de l'homme - Schéma - présentation -image
L'évolution de l'homme
ce n'est un singe
qui se transforme
en homme...



Les idées fausses sur la théorie de l'évolution
Les idées fausses sur la théorie de l'évolution

- Une preuve de l'évolution

- Les théories de l'évolution


Théorie de l'évolution - Arbre dessiné par Charles Darwin
Darwinisme

- Stephen Jay Gould, grand spécialiste de l'évolution qui sut également présenter ces théories de manière simple et accessible à tous.

A lire également...
L'évolution, question d'actualité ?
Guillaume Lecointre
Cet livre propose une découverte inédite et passionnante de l’évolution du vivant où les questions se mêlent aux dernières découvertes scientifiques. L’homme a-t-il inventé l’évolution ? La sexualité a-t-elle accéléré l’évolution ? Qu’est-ce qui est le mieux pour l’évolution ? Etre parent, cela s’apprend-il ? Un monde sans violence est-il viable ? Guillaume Lecointre spécialiste des questions d’évolution au muséum national d’histoire naturelle répond à vos questions...
Pour tous
L'évolution,
une question d'actualité ?
L'évolution, question d'actualité


Classification phylogénétique
du vivant

Guillaume Lecointre et
Hervé Le Guyader

Savez-vous que vous êtes plus proches d'un bolet que d'une pâquerette? Que les crocodiles sont plus proches des oiseaux que des lézards? Que les dinosaures sont toujours parmi nous? Que les termes - "poissons" "reptiles" , ou "invertébrés" , ne sont pas scientifiques ? C'est là le résultat des bouleversements de la classification, dont les méthodes ont été totalement repensées au cours de ces trente dernières années...Ce livre présente tous les tous les organismes vivants (dont l'homme) classés suivant leur place dans l'arbre évolutif. Unique ouvrage du genre !
3ème édition !
Pour étudiants et passionnés.

Classification phylogénétique du vivant
Achat Amazon

Lucy et l'obscurantisme
Pascal Picq
Pascal Picq fait le point sur les origines du créationnisme, le pourquoi de son opposition au darwinisme, les récents évènements qui prouvent une renaissance de cette idéologie...En savoir plus sur
Lucy et l'obscurantisme

Lucy et l'obscurantisme
Acheter

Evolution
Jean-Baptiste de Panafieu
Le propos développé dans ce livre est de rendre compte de cette réalité scientifique. Il offre un vastepanorama du monde des vertébrés, le groupe zoologique dont nous faisons nous-mêmes partie.
Cette parenté, évidente lorsque l'on observe la structure profonde des animaux, nous aide àcomprendre les mécanismes de l'évolution et à en saisir toutes les facettes.

Evolution


Darwin et les grandes enigmes de la vie
Stephen Jay Goud
Stephen Jay Gould passe par la petite histoire pour vous faire découvrir la théorie de l'évolution.
Pour adolescents et adultes
Acheter
Acheter
 
 
 
 
 

 
Mise en ligne le 18 novembre 2012