www.Hominides.com
Contacts
  Références > Livre > La vénus de Lespugue révéle
Livre - La Vénus de Lespugue révélée - Nathalie ROUQUEROL Fañch MOAL - Editions Locus Solus

La Vénus de Lespugue révélée
Nathalie ROUQUEROL Fañch MOAL
Locus Solus












Présentation de l'éditeur

Le 9 août 1922, un coup de pioche dans le sol d'une grotte de Haute-Garonne met au jour une statuette d'ivoire préhistorique. Un personnage féminin apparaît. Âgée de 25 000 ans et baptisée "Vénus de Lespugue", du nom du site de sa découverte, elle suscite immédiatement passions et controverses.
L'aventure de cet emblème du musée de l'Homme à Paris est une histoire étonnante, racontée par Nathalie Rouquerol, préhistorienne référente sur la question. Son analyse très accessible croise ici celle, sensible, de Fañch Moal, artiste peintre et sculpteur.
Beaucoup citée, rarement comprise, c'est la première fois qu'une étude aussi complète est consacrée à la Vénus. Car c'est en portant sur elle un regard neuf, en suivant l'artiste et son geste, qu'ils parviennent à lever le voile sur sa vraie nature.
Une véritable révélation, livrée à l'appui des meilleures sources et illustrée, à côté de dessins originaux, de documents, schémas et photographies couleur.

248 pages ; 20,5 x 14 cm ; broché






Editions Locus Solus
248 pages
20,5 x 14 cm


L'auteur


Nathalie Rouquerol
Préhistorienne, diplômée de l'Ecole des hautes études en science sociales (EHESS), spécialisée en histoire d cela préhistoire, longtemps associée CNRS du laboratoire TRACES à Toulouse, a dirigé pendant 14 ans le Musée de Préhistoire d'Aurignac. Elle vit à Lespugue, en Haute-Garonne (31).

Fañch Moal
Fañch Moal est un peintre, sculpteur . Pour découvrir son travail, rendez-vous à la galerie d'art "La corne au Fer" à Confort-Meilars (29).


Hominides.com :


En cours de lecture

C.R.

Sommaire La vénus de Lespugue révélée

Avant-propos

La Vénus de Lespugue révélé
Lespugue, haut lieu de la préhistoire
La statuette féminine de Lespugue
"Vénus"
Un trouble immédiat
Quel est l'âge de la Dame de Lespugue ?
Des interprétations variées
Mathématique pour un secret
Le mystère de la Dame de Lespugue
Prestige rendu

Le passé inconditionnel
Préambule
Critique comparative
Regards du temps
De la théorie des passages à celle de Nathalie Rouquerol

Annexes

Un extrait de La vénus de Lespugue révélée


2 pages du livre

Une symétrie nécessaire pour deux être opposés
Otte remarque aussi que, généralement tridimensionnels (sauf les bas-reliefs), ces documents "donnent la possibilité de la mise en mouvement de l'image et ainsi de présenter des aspects multiples. A notre sens, cet aspect est particulièrement important [...] pour celles à double sens (homme/femme ; femme/animal). [...] La multiplicité des vues induites par le volume est donc un critère sémantique propre, à considérer à l'intérieur des lois générales".
C'est pourquoi, dans le cas de Lespugue, la symétrie autour de l'axe horizontal, incontestablement voulue, réfléchie, élaborée et harmonieuse grâce au talent de son auteur - ainsi la courbe douce des épaules répond à celle des cuisses -, est un argument fort en faveur du personnage double, vu au départ par Luquet, conforté par Coppens. Redevenue mobile, la petit sépulture étant tenue dans une main, ce retournement s'effectue par le passage d'une main à l'autre avec une rotation, c'est à dire une opposition haut-bas. Culturellement, cette opposition ne pose aucun problème aux Paléolithiques dont l'exemple à priori le plus amusant est la statuette no6 de Gagarino en ivoire, ou un homme et une femme (?) sont opposés par la ...tête (Fig. 12, p. 90).
Plusieurs autres figures doubles sont connues. Trois dans la série de Grimaldi : l'une est une femme à deux têtes, avec une perforation située entre les deux têtes opposées (2.75 cm), une autre présente une femme et un animal dos à dos raccrochés par la tête et les pieds (4.72 cm), une troisième enfin, une femme de face et de dos (6.2 cm).
L e retournement de la statuette de Lespugue rend au sillon interfessier sa disposition normale (Photo 22) et transforme le pagne en chevelure. La forme elle-même du pagne plaide pour cette rotation à cent quatre-vingts degrés : s'il s'agissait d'un vêtement ou ornement constitué de franges ou de tressages attachés en haut des cuisses, au moyen d’une méthode qui reste mystérieuse, les fibres en tomberaient verticalement, droites, mais ne suivraient pas le creux poplité, pour se plaquer ensuite plus bas sur les mollets...


Un très grand nombre d'illustrations de grande qualité


Recherche Femme Préhistoire sur Amazon



Sur Hominides

Femmes de la préhistoire
Femmes de la préhistoire


La venus de Brassempouy
Dame de Brassempouy


Venus de Laussel

Vénus de Laussel

A lire également...
Femme - Naissnce de l'homme
Berrouet
Entre – 40 000 et – 15 000, les civilisations européennes préhistoriques nous ont transmis plus d’une centaine de petites statuettes et de gravures anthropomorphes. Curieusement, les hommes sont pratiquement absents. De fait, les femmes ont été presque exclusivement représentées. Souvent fortes en début de période, leurs silhouettes s’affinent et se simplifient au fil du temps. Mais que signifient-elles ? S’agit-il d’une ode à la fécondité ? Les femmes étaient-elles déjà prisonnières de leur représentation ? Ou avons-nous affaire aux vestiges d’un matriarcat des origines ?
En savoir plus sur Femmes : naissance de l'homme



Femmes
de la Préhistoire

Claudine Cohen
Chercher les femmes, au-delà des idées reçues et des stéréotypes échevelés qui ont régné des décennies durant : tel est le propos de ce livre. Aujourd'hui, de nouvelles découvertes et de nouveaux questionnements rendent enfin visibles ces femmes qui vécurent aux temps lointains de la Préhistoire, de l'aube du Paléolithique jusqu'aux confins de l'âge du fer.
Livre Femmes de la préhistoire
Femmes de la Préhistoire


Femmes sans tête
Gerhard Bosinski
Il y a 13 000 ans environ, dans toute l'Europe, du Portugal à la Sibérie et de la Belgique à l'Espagne, apparaissent des figures féminines schématiques.
Le plus souvent sans tête, réduites à quelques contours, gravées ou sculptées, sur la pierre, l'ivoire, l'os ou le bois de cervidé, elles traduisent une certaine communauté de pensée sur tout un vaste espace géographique, par ailleurs cadre d'un bouillonnement culturel qui annonce les grands changements de la fin de l'époque glaciaire. Que signifient ces figures, qui tranchent avec les statuettes aux formes opulentes des périodes précédentes ?
En savoir plus sur
Femmes sans tête
Femmes sans tête


 

Cultura.fr.


 
Mise en ligne le 05/07/18