www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News - Néandertaliens...empathie et entraide entre membres du clan
Chez Néandertal on savait s'occuper des membres impotents ou infirmes (28/10/17)

Pour Néandertal, l'entraide c'est normal !
Sans l'aide de ses proches un Néandertalien souffrant de handicap(s) aurait été une proie facile pour les carnivores de l'époque paléolithique.

Crâne neandertal Shanidar 1La découverte
Les restes de 9 Néandertaliens avaient été découverts entre 1950 et 1961 dans la grotte de Shanidar (Kurdistan irakien). La datation de ces hominidés montrait une occupation du gisement entre – 45 000 et – 60 000 ans. Les dépôts forment une couche de 14 mètres d'épaisseur. Si une partie du groupe de Néandertaliens de Shanidar était inhumée intentionnellement dans des sépultures individuelles, les autres ont été retrouvés écrasés par des blocs effondrés du plafond de la cavité.
Parmi les fossiles, les chercheurs ont pu identifier deux femmes adultes (Shanidar VI et VII) ainsi que deux hommes adultes âgés de 30-40 ans, deux de 40 ans ou plus, un jeune adulte de 30 ans maximum, un enfant et un bébé de 9 mois (Shanidar VIII).
C'est en particulier le cas de de Shanidar I qui continue de passionner les scientifiques. Ce Néandertalien de 50 000 ans a été exhumé en 1957 par l'archéologue américain Ralph Solecki. Les études du fossile avaient permis de déterminer que le Néandertalien avait subi de nombreux dommages au crâne (oreille et orbites) mais également à la jambe et au bras. Les blessures étant en phase de reconstruction, les anthropologues avaient pu en déduire qu'elles n'étaient pas la cause du décès de l'individu. Fortement handicapé, le Néandertalien devait avoir des problèmes d'audition et de vue, aggravés par des difficultés à se déplacer.

Crane de Shanidar 1 : profil et face
Face et profil de Shanidar 1 / Photos Erik Trinkaus

Une nouvelle étude
Les anthropologues Erik Trinkauss (Département d'anthropologie Université de Washington) et Sébastien Villotte (Université de Bordeaux – CNRS) ont continué et affiné les études de Shanidar I. Leurs conclusions ont été publiées dans la revue PlosOne.
Les blessures, infligées a priori lorsqu'il était plus jeune, ont eu plusieurs conséquences : le Néandertalien avait probablement une déficience visuelle, un avant-bras amputé, et des problèmes d'audition. Il devait se déplacer avec difficulté du fait d'une colonne vertébrale peu mobile (arthrose dégénérative). A tous ces désavantages la nouvelle étude rajoute des excroissances osseuses dans ses conduits auditifs. L'ampleur des dommages démontre que l'individu était totalement sourd, ce qui était un handicap supplémentaire très important pour la vie au Paléolithique.

excroissance conduit auditif shanidar 1
Vues latérales du méat auditif externe gauche et droit illustrant les grandes excroissances osseuses externes dans les conduits auditifs de Shanidar 1 / Photos Erik Trinkaus

Une entraide néandertalienne
Les chercheurs sont persuadés que Shanidar I, privé de sens auditif, malvoyant, se déplaçant avec difficulté et ne pouvant utiliser qu'une seule main, n'était de ce fait pas du tout autonome. Il apparaît également que ces désavantages rendaient cet hominidé très vulnérable dans un contexte Pléistocène.
Comme le précisent les auteurs de l'étude, la survie en tant que chasseur-cueilleur au Paléolithique était un véritable défi permanent. Ces difficultés naturelles auraient été accentuées par les troubles sensoriels (auditifs et visuels) de l'homme. À l'instar d'autres Néandertaliens qui ont survécu à diverses blessures et à une utilisation limitée des bras, Shanidar 1 a probablement eu besoin d'un soutien sans faille de son entourage pour atteindre l'âge de 40-50 ans (un vieil homme selon les standards paléolithiques !).
Pour Erik Trinkaus "Plus que sa perte d'un avant-bras, d'une mauvaise boiterie et d'autres blessures, sa surdité aurait fait de lui une proie facile pour les carnivores omniprésents dans son environnement. Il était de ce fait très dépendant des autres membres de son groupe social pour survivre".

L'empathie et l'entraide qui découlent de cette étude indique que ces caractéristiques ne sont pas l'apanage d'Homo sapiens, mais que les Néandertaliens étaient aussi « humains » que notre espèce !
"Les infirmités de Shanidar 1, et en particulier sa perte auditive, renforcent ainsi l'humanité fondamentale de ces humains archaïques tant décriés, les Néandertaliens", a déclaré Trinkaus.

C.R.

Sources

Plos One
External auditory exostoses and hearing loss in the Shanidar 1 Neandertal

Science Daily
DailyMail


A lire également


2005 Croissance des dents de Néandertal 

2008 Néandertal, une vie pas si sédentaire que cela

2010 La compassion chez l'Homme préhistorique.

2015 Egalité des sexes à la préhistoire

2017 Le partage des taches chez Néandertal

 

Néandertal sur Amazon

 

Sur Hominides


Paléopathologie
La paléopathologie, l'étude des maladies de nos ancêtres

A lire
Néandertal mon frère
Sylvana Condemi François Savatier
Mais alors qui est Néandertal ? Moins un singe repoussant qu’un roux à la peau diaphane ? Moins un charognard qu’un chasseur génial qui maîtrisait le langage et vénérait déjà ses morts ? Se pourrait-il qu’il soit encore parmi nous ? Bouleversée par l’irruption de méthodes inédites, notre histoire ancienne se récrit très vite, avec des surprises de taille. Dans cette passionnante enquête, les auteurs dressent le portrait le plus actuel de notre étrange ancêtre et passent en revue les multiples hypothèses sur sa disparition présumée.
Néandertal mon frère
Néandertal, mon frère - Condemi


Les Néandertaliens, biologies et cultures
Sous la direction de Bernard Vandermeersch et Bruno Maureille
Cet ouvrage présente les principaux aspects de l'histoire biologique et culturelle des populations néandertaliennes. Complet et passionnant...
Une référence !
En savoir plus sur Les Néandertaliens, biologie et cultures
Les néandertaliens, biologies et cultures
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall

 
AbeBooks.fr - 110 millions de livres neufs, d'occasion, anciens et rares.