www.Hominides.com
Contacts

Lieux > Exposition > L'identité retrouvée > Musée de Préhistoire d'Ile-de-France à Nemours - Région Parisienne

Exposition - L'identité retrouvée, Reconstructions anatomiques - Musée de Préhistoire - Nemours

L’identité retrouvée
Reconstructions anatomiques d’Elisabeth Daynès
Exposition au Musée départemental de Préhistoire d'Ile-de-France
Nemours
Du 1er octobre 2011 au 23 septembre 2012


>>> Cette exposition est maintenant terminée. Retrouvez-la à Quinson...
L'identitée retrouvée - Elisabeth Daynes - Musée de préhistoire de Quinson


L'identité retrouvée - Exposition Daynes au Musée de Préhistoire de Nemours



Pour la première fois, le Musée départemental de Préhistoire d’Ile-de-France présente une exposition consacrée à la paléo-artiste Elisabeth Daynès, dont les sculptures, d’un réalisme saisissant, sont exposées dans le monde entier.
L’artiste combine art, science et technologie afin de redonner un visage à nos ancêtres disparus depuis plusieurs millions d’années.

Pour cette exposition, le musée départemental de Préhistoire d’Ile-de-France a commandé à l’atelier Daynès la reconstitution d’un personnage issu des collections du Département de Seine-et-Marne. A partir du crâne et des ossements provenant d’une sépulture néolithique découverte sur le site des "Réaudins", à Balloy (sud Seine-et-Marne) et datée des environs de 4 300 avant J.-C., Elisabeth Daynès a redonné un visage au défunt, nommé pour la circonstance l’homme du Cerny.





Visite de l’exposition
À l’entrée du musée, l’exposition s’ouvre par une rencontre directe avec l’homme du Cerny qui, dans une semi-pénombre, fait face à son squelette. Dans la rampe d’accès aux salles du musée, le visiteur est accompagné par les photographies Homme du Cerny - reconstitution 2011 des ateliers Daynèsgrandeur nature de plusieurs reconstructions d’Elisabeth Daynès. Dans la salle d’exposition temporaire, la découverte se poursuit par une immersion dans l’atelier de la paléo-artiste – comme elle se définit elle-même –, sorte de cabinet de curiosité où se côtoient les objets les plus surprenants et les plus hétéroclites.
Après ce capharnaüm improbable, l’atmosphère change du tout au tout pour devenir inquiétante. Nous voici au coeur du laboratoire, de l’univers "froid" des anatomistes et des criminologues. Le visiteur traverse ensuite une galerie d’anatomie où les échantillons de nez, de bouches, d’yeux, de crânes et d’ossements en tous genres nous disent la variabilité des individus, y compris au sein d’une même espèce. À la galerie d’anatomie succèdent des moules de corps, des vêtements et des accessoires qui habillent et parent les individus qu’Elisabeth Daynès fait renaître. Puis vient le moment d’une nouvelle rencontre « dans le blanc des yeux » avec l’humanité d’hier, ou plutôt d’avant-hier, car c’est notre ancêtre « Lucien » que nous regardons désormais droit dans les yeux. Ce regard si vivant, si familier, n’a pas moins de trois millions et demi d’années !


À propos de l’homme du Cerny
Le personnage reconstitué par Elisabeth Daynès pour le musée départemental de Préhistoire d’Ile- de-France à la demande du Département, provient du site de Balloy « Les Réaudins », en Bassée (sud de la Seine-et-Marne), site sur lequel une quarantaine de sépultures a été reconnue et fouillées entre 1987 et 1992. À proximité des sépultures, un vaste espace fermé par un fossé discontinu et une palissade a livré de très nombreux vestiges de probables repas (faune, céramique, objets en pierre, etc.). Cette enceinte était peut-être un lieu cultuel en relation avec la nécropole toute proche. Aucun vestige d’habitat contemporain des sépultures n’a été identifié sur le site ou à proximité.

Crâne de l'homme de Cerny en cours de reconstitutionLe site de Balloy est daté du début du Néolithique moyen (de - 4 700 à - 4 300 environ) et appartient à un groupe humain que les archéologues qualifient de Cerny, du nom d’un site de cette période situé dans l’Essonne. Les sépultures que l’on y rencontre sont des inhumations en fosses, disposées à l’intérieur d’enclos fossoyés de forme allongée. Rien ne permet de savoir si ces fossés étaient doublés de structures en élévation (tertre ou palissade).
L’homme reconstitué par Elisabeth Daynès provient de la sépulture n°7, à l’intérieur du monument II. Il a été choisi du fait de la bonne conservation de son squelette, ce qui est relativement rare pour le Néolithique de la région. Inhumé dans une fosse de grande dimension, il avait été placé sur le dos, la tête relevé et les pieds croisés, le corps sans doute placé dans un contenant rigide. Le mobilier funéraire qui l’accompagne est peu abondant : trois pointes de flèches en silex et un bracelet composé d’une griffe et d’une dent de canidé. L’étude de son squelette par Jean-Noël Vignal, anthropologue médicolégal nous indique que ce personnage était âgé d’environ 30 à 40 ans au moment du décès. Les mesures effectuées indiquent que sa taille était d’environ 1 mètre 60.
Quelle était la position sociale de cet individu ? Quelles étaient ses activités ? Peu d’éléments permettent de répondre à ces interrogations. Peut-être avait-il un statut particulier au sein de son groupe pour avoir été inhumé à l’intérieur d’une enceinte.
Les objets déposés auprès de sa dépouille sont peu signifiants. Les trois flèches nous rappellent que la chasse était encore une activité bien présente dans la société de l’époque. À moins qu’il ne faille y voir l’indice de faits guerriers ? Une des rares certitudes que nous avons quant à ce groupe de Cerny, c’est que l’élevage (du boeuf surtout) et le travail des champs – activités encore relativement nouvelles à cette époque – sont largement pratiqués.
L’homme du Cerny était-il un agriculteur ? Nous ne le savons pas. Néanmoins, l’activité qui caractérise sans ambigüité l’économie de cette période et de notre région est bel et bien l’agriculture. Le parti pris de remise en contexte historique de cet homme du Néolithique est donc de le représenter appuyé sur une hache, outil servant par excellence au défrichement de la forêt primaire pour la mise en culture des champs ou pour la création de pâtures.
Enfin, la présence de haches dans plusieurs tombes du groupe de Cerny atteste que cette population accordait à cet objet une signification suffisamment forte pour qu’il accompagne le sommeil éternel de certains membres de la communauté.

Elisabeth Daynès et l'Homme du Cerny
Elisabeth Daynès et la reconstitution de l'Homme de Cerny
Crédit : Photographe E. Daynès – Reconstruction : Atelier Daynès Paris

Prix d’entrée 3 euros, tarif réduit 2 euros (19 à 25 ans et plus de 60 ans), gratuit pour les jeunes de moins 19 ans)

Le billet d’entrée au musée comprend :
- l’accès aux collections permanentes
- l’accès à l’exposition temporaire «L'identité retrouvée »

Photos : Crédit : Photographe E. Daynès – Reconstruction : Atelier Daynès Paris

En pratique
L'exposition "L'identité retrouvée"

Horaires :
ouvert tous les jours sauf le mercredi
> de septembre à juin : de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30
> en juillet et août : de 10h à 12h30 et de 14h à 18h
Fermé les 25 décembre, 1er janvier et 1er mai

Tarif : 3 €
Tarfi réduit : 2 € (plus de 60 ans, personnes en situation de handicap et leur accompagnateur)
Gratuité : moins de 26 ans, bénéficiaires du RMI, de l’allocation parent isolé, de l’APA et de la CMU, demandeurs d’emploi.
Réservations pour les groupes auprès du service des publics du musée : 
Yann Emery, Jean-Luc Rieu et Delphine Tuzi au 01.64.78.54.83
Lieu de l'exposition :
Musée départemental de Préhistoire d'Ile-de-France
48 avenue Étienne Dailly
77140 Nemours
Tél. 01 64 78 54 80

Site officiel

<h2>L'identité retrouvée</h2> <p><p>Le <a href="http://petitlien.fr/5us7" target="_blank">musée de préhistoire d'Ile-de-France</a> à Nemours présente jusqu'au 23 septembre 2012 l'étonnant travail de <a href="http://www.universcience-vod.fr/nom-reconstitution.html">reconstitution</a> physique de nos ancêtres par la paléo-artiste Elisabeth Daynès. On peut y découvrir le travail qu'elle mène en collaboration avec des anthropologues de médecine légale. <br /><br />Interview : Christine Warin</p></p>  


Sur Hominides


Musée départemental de préhistoire
à Nemours

- Le Musée de Préhistoire aux Eyzies-de-Tayac

- Musée de Préhistoire de Solutré

A lire...
L'identité retrouvée
Les reconstructions anatomiques d'Elisabeth Daynès
Collectif

Les scientifiques les plus éminents lui apportent leurs précieux concours et les technologies nouvelles lui offrent des outils exceptionnels en matière d’imagerie et de conception assistée par ordinateur.
Ce travail qui mêle recherche scientifique, innovation technologique et démarche artistique permet d’illustrer et de rendre accessible, à un large public, la synthèse des connaissances actuelles sur l’évolution de l’homme. En savoir plus sur le livre l'identité retrouvée
L'identité retrouvée
Amazon

La révolution néolithique en France
Jean-Paul Demoule
La France, ultime péninsule de l'Eurasie, sera néolithisée par des migrants arrivant par le Nord et par des marins-paysans colonisant peu à peu les rives de la Méditerranée.
En savoir plus sur
La révolution néolithique en France
La révolution néolithique en France


L'Atlas des origines de l'Homme
Douglas Palmer
Un grand livre qui présente l'ensemble des hominidés et des ancêtres de l'homme. Richement illustré avec de nombreux schémas, il permet une première approche de notre arbre généalogique. Pour tous .
En savoir plus sur L'atlas des origines de l'Homme.
Atlas des origines de l'Homme
Amazon





Mise en ligne le 29/09/11