www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News - Le chaînon manquant entre australopithèques et ardipithèques ?
Découverte de fossiles d'Australopithecus anamensis (Nature Avril 2006)

Un lien entre australopithèques et ardipithèques ?

Des fossiles d'Australopithecus anamensis vieux de 4,2 millions d'années ont été mis au jour dans le nord-est de l'Éthiopie.Dents d'Australopithecus anamensis

Ils sont situés à 1000 kilomètres de la zone où leur existence était attestée jusqu'à présent.
Ces restes découverts et étudiés par une équipe dirigée par le paléoanthropologue américain Tim White, de l'université de Californie à Berkeley, comprennent notamment la plus grosse canine d'hominidé jamais découverte et le premier fémur de cette espèce d'australopithèque.

Plusieurs espèces dans un même lieu
Les fossiles précédents provenaient uniquement du Kenya, de la région du lac Turkana.
Les nouveaux fossiles ont été trouvés sur le site d'Asa Issie, dans le Moyen-Aouache, dans une partie de l'Afrique qui, à en juger d'après les ossements décrits avant cette découverte, semblait habitée à la même époque par un autre hominidé, beaucoup plus primitif, Ardipithecus ramidus, déjà découvert par Tim White, en 1992. Cet hominidé était apparu il y a 5,8 millions d'années et les derniers représentants étaient contemporains des premiers «australopithèques du lac».

L'existence, en Éthiopie, de ces Australopithecus anamensis parmi les plus anciens et présentant, pour leur part, des traits également primitifs mais spécifiques, fait d'eux des intermédiaires entre les ardipithèques et les australopithèques. Cela suggère, selon les chercheurs, un «passage relativement rapide» entre les deux genres.

Relance de la polémique sur l'autralopithèque : ancêtre ou non de l'Homo sapiens ?
Restes fossiles d'Australopithècus anamensis : fémur et dentsL'origine et la place des australopithèques dans l'évolution demeurent toutefois un sujet de polémique au sein de la communauté anthropologique. Après avoir été considérés comme des ancêtres de l'homme, ils divisent aujourd'hui cette communauté entre ceux qui continuent à voir, du moins dans certains d'entre eux, nos ancêtres potentiels et ceux pour qui ils ne représentent qu'une branche morte de l'arbre généalogique des hominidés.

C'est notamment le cas de la célébrissime Lucy, une Australopithecus afarensis découverte en Éthiopie en 1974 et vieille de quelques 3 millions d'années. Elle était présentée comme la «mère» de l'humanité jusqu'au jour où un examen plus poussé de son anatomie a révélé que, tout en étant bipède au sol, elle était probablement plus à l'aise dans les arbres, comme les singes...

En fait, soulignent Tim White et ses collègues, les différents australopithèques «se distinguent remarquablement», aussi bien des grands singes africains actuels (gorilles, chimpanzés et bonobos) que des candidats aux «postes» d'ancêtres de l'homme. Parmi ces derniers, les auteurs de l'article citent d'abord Ardipithecus, qui est pourtant plutôt un grand singe pour d'autres chercheurs.

Viennent ensuite Orrorin tugenensis, vieux de 6 millions d'années, découvert en 2000 au Kenya par Brigitte Senut, du Muséum National d'Histoire Naturelle à Paris, et Martin Pickford, du Collège de France, et Sahelanthropus tchadensis, dit Toumaï, de 6 à 7 millions d'années. Mis au jour en 2001 dans le désert tchadien sous l'autorité de Michel Brunet, de l'université de Poitiers, ce dernier est également un grand singe aux yeux de certains scientifiques.

Source : Revue Nature et AFP



Sur Hominides

- Australopithecus anamensis

- Homo sapiens

- Lucy

- Australopithecus afarensis

- Orrorin

- Toumaï

- Histoire du chaînon manquant

- Les grands singes

- Le Gorille

- Le bonobo

- Le chimpanzé
Nouveau !