www.Hominides.com
Contacts
Art préhistorique > Les signes tectiformes pariétaux
Les tectiformes dans l'art pariétal

Les tectiformes
Signes indéchiffrés de l'art pariétal préhistorique

TectiformesParmi les différents signes de l'art pariétal préhistorique, le tectiforme a une place un peu à part. C'est une figure assez travaillée, construite graphiquement, qui provoque immédiatement chez le « lecteur » un besoin de comprendre et de comparer. Les traits qui constituent le tectiforme, droits ou courbes, évoquent toujours une structure géométrique complexe. On recherche alors une analogie et l'on retombe assez rapidement sur des formes connues.
C'est en 1902 que les premiers tectiformes gravés sont identifiés dans la grotte des Combarelles par Henri Breuil et Louis Capitan. La forme générale évoquant « la charpente d'un toit de maison ou une hutte », les préhistoriens les nomment tectiformes (en forme de toit). En 1903, les mêmes découvrent avec Denis Peyronydes signes semblables, mais cette fois-ci, dans la grotte de Bernifal, ils sont peints ou gravés à côté, ou sur, des représentations d'animaux.
Dossier Art préhistorique
- Explication de l'art préhistorique.
- Art pariétal - chronologie.
- Techniques utilisées - art pariétal
- Représentations - art pariétal
- Les signes géométriques, introduction
- Les tectiformes
- Les mains dans la préhistoire
- Outils, armes et parure
- Les Vénus dans la Préhistoire
- Art rupestre
- La grotte Chauvet
- La grotte Cosquer


Définition et structure du tectiforme
Ethymologiquement le tectiforme est un signe en forme de toit ou de toiture. Pour certains chercheurs d'autres signes géométriques sont parfois englobés dans le terme tectiformes, mais sans avoir une forme de toit. Ces figures « associées » sont  les quadrangulaires, les pectiformes, les penniformes, les scalariformes, les scutiformes... (Ces formes dérivées ne seront pas décrites dans cet article).
D'un tectiforme à l'autre on peut  retrouver des caractéristiques de base communes. Le tectiforme a toujours un mat (pilier) central au centre du signe. A sa base, un sol perpendiculaire, et à son sommet des lignes obliques d'un «  toit » qui descendent à droite et à gauche de la figure. Ensuite, chaque tectiforme peut présenter des compléments sous forme de tracés verticaux ou obliques qui remplissent ou délimitent la structure.

Diféfrentes sortes de tectiformes
Présentation des trois types de tectiformes du Périgord (modèles simples, d'après Capdeville, 1986)

Relevé tectifomeOù trouve-t-on des tectiformes ?
Le motif des tectiformes se retrouve uniquement dans l'art pariétal et est totalement absent  des supports mobiles. Le signe est donc forcément associé à une cavité rocheuse. Il est présent dans seulement 4 grottes en France et plus particulièrement dans un rayon de 8 kilomètres autour des Eyzies-de-Tayac (Périgord) : les Combarelles, Font-de-Gaume, Bernifal, et Rouffignac.
Des  figures tectiformes ont été décrites à Bara-Bahau, La Mouthe, El Castillo, Pasiega ou Kapova, mais la structure est  finalement trop différente des tectiformes originaux des 4 grottes de la région des Eyzies. A propos des signes retrouvés au Portel, La Pasiega,  Enlène.. .André Leroi-Gourhan indique (L'art parietal : le langage de la préhistoire)  « ...Ils ont souvent été qualifiés de "tectiformes, terme hautement qualificatif qu'il vaudrait mieux réserver aux vrais tectiformes du groupe des Eyzies ...".

On s'étonne cependant de ne retrouver aucun de ces signes sur des objets d'art mobilier qui auraient pu être réalisés au sein des groupes humains qui ont peint ou gravé les parois des grottes. Cela ne fait qu'ajouter un peu plus de « mystère » à ces signes dont on ignore encore le sens profond.

tectiforme bernifal Tectiforme bernifal
Bernifal Bernifal
Tectiforme Fond de Gaume tectiforme et mammout bernifal
Font-de-Gaume Bernifal

Techniques utilisées pour les tectiformes  
Les tectiformes n'ont pas fait l'objet d'une technique particulière pour s'afficher sur les parois. Chaque tectifome de chaque grotte a ses particularités.

Dans la grotte des Combarelles I (figures 1 à 3), comme pour le reste de la cavité, c'est la gravure qui a été utilisée pour 2 des 3 tectiformes recensés. Un dernier tectiforme peint en rouge a été découvert par Claude Barrière.

A Font-de-Gaume (figures 4 à 15) les tectiformes sont peints avec des pigments rouges (oxyde de fer) et fortement associés aux figures de mammouths puisque le signe est peint sur l'animal !
La caverne de Font-de-Gaume nous fournira un dernier exemple: le thème du mammouth et du tectiforme, que nous retrouvons trois fois sur la même paroi. On a d'abord trois petits mammouths gravés et trois tectiformes rouges joliment alignés; un peu plus loin, un tectiforme est peint sur un mammouth gravé, et à quelques mètres de là, deux mammouths paraissent encore se diriger vers deux tectiformes. Il est d'autant plus improbable qu'un tel leitmotiv soit le fruit du hasard qu'on rencontre à nouveau dans la grotte voisine de Bernifal une série de tectiformes gravés sur des mammouths. Georges Sauvet, ESSAI DE SéMIOLOGIE PRéHISTORIQUE.

Dans la grotte de Bernifal (figures 16 à 19), l'un des tectiformes est très particulier car il est formé par la juxtaposition de centaines de points rouges mesurant moins de un centimètre de diamètre. Ce tectiforme pointillisme est donc présent à un seul exemplaire à Bernifal mais également dans l'ensemble des grottes ornées..." Les tectiformes gravés de Bernifal sont situés dans l'étroitesse située au centre de cette cavité-galerie de modestes dimensions (environ 90 mètres de longueur)." Denis Vialou.

A Rouffignac (figures 20 à 27) les tectiformes ont été tracés avec le doigt dans une paroi très molle. Pour Denis Vialou "plusieurs des tectiformes de Rouffignac sont identiques, mais faits de tracés au doigt sur des parois calcaires très tendres". Une récente étude effectuée par Frédéric et Jean Plassard a permis de trouver un 13ème, puis un 14ème tectiformes dans la cavité.
Tectiformes -représentationsTectiformes de style périgourdin
(dimensions : 30 à 50 cm en moyenne)
Source: " L'art préhistorique " - Alain Roussot - Editions Sud-Ouest.

« Les dispositifs pariétaux de ces grottes ont dû être en partie réalisés vers les 14e et 13e millénaires. Ceux de Rouffignac et de Bernifal offrent une forte homogénéité. Celui de Font-de-Gaume est au contraire hétérogène, en partie antérieur et en partie postérieur. Le dispositif des Combarelles s'est achevé par l'adjonction de représentations de la fin du Magdalénien.» Denis Vialou.

Tecniforme Bernifal Tectiforme Dond de gaume
Bernifal Font-de-Gaume
Tectiforme Rouffignac tectiforme Rouffignac
Rouffignac Rouffignac

Hypothèses sur la signification des tectiformes

Tectiforme Fond-de-GaumeUne forme de toit ou de maison, une structure très géométrique et élaborée... c'est suffisant pour éveiller l'intérêt et surtout l'imagination des chercheurs, mais aussi des simples visiteurs d'une grotte. La liste des hypothèses est longue et nous avons choisi les plus marquantes en éliminant les plus « fantaisistes »  et convenues, comme la comparaison entre un tectiforme et une soucoupe volante (selon Aimé Michel), ou une construction avec des murs et une cheminée...

Pour les découvreurs, en 1902, la première chose qui vient à l'esprit est la forme de toit et nous sommes donc face à une structure d'habitat , une sorte de hutte primitive avec son pilier de soutènement, sa charpente...

En 1903 Capitan, Breuil et Peyrony émettent une nouvelle hypothèse, le tectiforme pourrait être une marque, un signe de propriété apposé sur un animal (comme à Bernifal) pour signifier qu'il appartient à un clan, un groupe humain.  Cette hypothèse est reprise beaucoup plus tard par le préhistorien Denis Vialou qui y voit des « marqueurs identitaires privilégiés » (blasons ou enseignes).

Toujours en 1903, Gabriel de Mortillet croit voir la forme d'une tente avec un mat central supportant la couverture. Une hypothèse  qui ferait apparaûtre à la fois la structure intérieure et l'aspect extérieur sur un même plan.

tectiformes de RouffignacEn 1918, le préhistorien Hugo Obermaier voit dans ces représentations des sortes de pièges à mauvais esprits, comme dans les anciennes croyances de Malaisie. Thèse qui sera reprise en 1966 par l'abbé Glory, mais avec des croyances originaires de Sibérie.
Pour le préhistorien Gaetano Vinaccia, en 1926, le tectiforme est un filet de chasse constitué d'un tunnel dans lequel le gibier se glisse avant de tomber dans un trou.  En 1941, Kurt  Lindner reprend l'idée de piège et voit dans certains tectiformes (Bernifal, Font-de-Gaume, les Combarelles) des pièges à poids dont la structure de poutres et de pierres tombent sur l'animal une fois qu'il a déclenché le mécanisme. Cela paraût très sophistiqué pour le Paléolithique. Les hypothèses du piège de chasse ont également été abordées par Bégouen, en 1923, et  Kühn en 1929.

En 1958, le préhistorien Leroi-Gourhan émet une théorie complète sur la signification de l'art pariétal.  Dans ce cadre il existe deux classes de signes : les signes pleins (triangles, rectangles, tectiformes...) qui représentent la féminité, et les signes minces (bâtons, flèches, traits...) qui représentent, quant à eux, la masculinité. Cette dualité entre les idéogrammes se retrouve donc dans les cavernes. Cette hypothèse est partagée par  Madame Laming-Emperaire.

Tectiforme Combarelles relévé BreuilEn 1959, C. Zervos pense que les tectiformes sont des sortes d'images magiques de l'habitation. La représentation d'une hutte indiquerait l'image d'une opération magique destinée à placer l'habitation sous la puissance tutélaire de la divinité, et à mettre ainsi à l'abri des innombrables périls ceux qui y logeaient.

Pour l'instant aucune des interprétations ne fait l'unanimité, mais le fait que ces tectiformes ne se retrouvent que dans un périmètre géographique très restreint peut indiquer que l'explication est probablement régionale. 
A droite un relevé d'un tectiforme des Combarelles effectué par l'abbé Breuil.

Les signes complexes inventés par les Paléolithiques, sur les parois et sur les objets, révèlent directement les significations symboliques propres des groupes : la cinquantaine de signes tectiformes, présents dans quatre grottes du Périgord, Font-de-Gaume, Rouffignac, Bernifal et Combarelles, sont inconnus dans les autres régions magdaléniennes. Ils le sont aussi dans tous les ensembles pariétaux antérieurs. En d'autres termes, la (ou les) significations inhérentes au signe "tectiformes" est à intégrer l'analyse des dispositifs pariétaux incluant le signe, et non aux autres.
Marcel Otte.

C.R.

Références utilisées
Palaeolithic Art.  New York: McGraw-Hill Book Company Inc.
Reliquiae Aquitanicae. London: Williams and Norgate. Lartet, E. and Christy, H. (1865-1875). 
The Dawn of European Art: An Introduction to Palaeolithic Cave Painting. Cambridge: Cambridge University Press. Leroi-Gourhan, A. (1982). 
Préhistoire de l'Art Occidental.  Citadelles et Mazenod, Paris. Leroi-Gourhan, A., Delluc, B. and Delluc, G. (eds). 1995. 
La Signification de l'art rupestre paléolithique : Méthodes et applications. Annette Laming-Emperaire
L'Art des Cavernes: Atlas des Grottes Ornées Paléolithiques Françaises.  Imprimerie Nationale, Paris. Ministère de la Culture (France) (Ed.) (1984). 
Art et comportements symboliques au Paleolithique : quelques points de vue actuels, Patrick Paillet.
La grotte de Font-de-Gaume Centre des monuments nationaux
“Les Signes Prehistoriques” in L'Art pariétal paléolithique. Techniques et Méthodes d'étude (GRAPP), éd. du CTHS, 219-234. Sauvet, G. (1993). 

Images préhistoriques : écritures par défaut ?, Denis Vialou.
Figures inédites de la grotte de Rouffignac, Frédéric et Jean Plassard.


Où voir des tectiformes ?
Grotte de Bernifal Grotte des Combarelles Font-de-Gaume Grotte de Rouffignac

A lire


Les magdaléniens
amazone
Les magdaléniens art et civilisation
Enrico Pozzi
L'ouvrage d'Enrico Pozzi, qui contient une abondante iconographie, nous présente un exposé clair et détaillé des multiples aspects du monde magdalénien.
La Préhistoire
Denis Vialou
Initialement publié en 1991, La Préhistoire de Denis Vialou a joué un rôle novateur dans l'analyse descriptive des représentations préhistoriques sur les cinq continents.
Art préhistorique Alain Roussot

L'art préhistorique
Alain Roussot
Au format de poche, cet ouvrage fait un tour d'horizon de l'art préhistorique ! En 128 pages l'auteur balaye les grandes thématiques de l'art pariétal, l'art rupestre et l'art mobilier...
Art préhistorique Alain Roussot
           
400 siècles d'art pariétal

400 siècles d'art pariétal
Henri Breuil
Un livre monument qui a permis au préhistorien Henri Breuil de faire une synthèses de ses travaux et ses recherches au siècle dernier...

art pariétal, langage de la préhistoire


Art pariétal, langage de la préhistoire
A. Leroi-Gourhan
Leroi-Gourhan, par la place centrale qu'il lui a accordée tout au long de son itinéraire scientifique, peut apparaûtre à juste titre comme l'un des fondateurs de la discipline.

Art des cavernes - Clottes


L'art des cavernes
Jean Clottes
Panorama scientifique mais accessible des 85 principales grottes ornées au monde dont Chauvet, Lascaux, Niaux, Pech-Merle... Chaque photo fait l'objet d'un long descriptif.
Pour tous.
   
Mise en ligne le 01/11/15