www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News - Alimentation carnivore depuis 2 millions d'années
L'Homme, superprédateur et carnivore depuis 2 millions d'années ! (08/04/21)

Depuis 2 millions d'années, des homininés superprédateurs
Carnivore avant de devenir omnivore selon une étude regroupant 400 articles scientifiques


Un superprédateur est un animal qui, une fois adulte, est au sommet de la chaine alimentaire et n'a plus à craindre un autre prédateur. Aujourd'hui les superprédateurs ne sont pas très nombreux (c'est le principe), on peut citer le lion, l'orque, le Dragon de Comodo, le grand requin blanc, le hibou et... l'homme. Au paléolithique, d'autres animaux pouvaient prétendre au titre d'Apex prédator, l'ours des cavernes, le Tyrannosaurus, le smilodon...
Si un super prédateur consomme principalement de la viande ou du poisson, il peut également consommer d'autres types d'aliments , il reste un chasseur-cueilleur... Depuis 2 millions d'année les premiers représentants du genre Homo sont des superprédateurs qui ont peu à peu mis du végétal dans leur alimentation du fait de la disparition de la mégafaune... C'est en tout cas la conclusion des chercheurs de l'Université de Tel Aviv qui essayent de reconstituer le régime alimentaire des homininés du paléolithique. L'étude a été publiée dans American Journal of Physical Anthropology..
Dépecage éléphant Musée de l'Homme Paris, Photo Kroko pour Hominides.com

L'archéologue Miki Ben-Dor déclare « Jusqu’à présent, les tentatives pour savoir ce que mangeaient les humains de l'âge de pierre étaient principalement basées sur des comparaisons avec les sociétés de chasseurs-cueilleurs du XXe siècle». Pour le chercheur ces comparaisons ne sont pas suffisantes car il y a 2 millions d'années, l'environnement et la faune étaient totalement différents. Les sociétés de chasseurs-cueilleurs pouvaient chasser et consommer des animaux de grande tailles (comme les éléphants). Les chercheurs impliqués dans cette nouvelle étude ont employé d'autres méthodes pour déterminer les évolutions de notre alimentation : génétiques, biologiques, les traces laissées sur notre corps, notre métabolisme. Pour être le plus exhaustif les chercheurs ont compilé plus de 400 articles en provenance de 25 sources différentes. L'objectif était simple, les préhistoriques étaient-ils des carnivores exclusifs ou des omnivores généralistes ?

Notre corps, témoin vivant de notre évolution alimentaire
L'acidité de l'estomac humain est largement supérieure par rapport à celle des autres omnivores. L'acidité est un atout pour les carnivores car elle protège leurs corps des attaques bactériennes. Les bactéries peuvent être nocives, surtout si la viande est consommée crue, faisandée, plusieurs semaines après la chasse. Le maintien d'un fort taux d'acidité, très couteux d'un point de vue énergétique, est la preuve d'une longue période de consommation de produits d'origine animale.
La structure des cellules graisseuses de l'homme est similaire à celle des prédateurs : beaucoup de petites cellules. Chez les omnivores c'est le contraire, des grosses cellules en nombre restreint. Notre passé de prédateur carnivore est encore présent dans nos cellules graisseuses.
Le génome est également un indicateur de notre pré(histoire) de prédateur ! Les généticiens ont conclu que «des zones du génome humain ont été fermées pour régime riche en graisse, tandis que chez les chimpanzés, des zones du génome ont été ouvertes pour permettre une alimentation riche en sucre. 

Les différentes phases évolutives du régime alimentaire des hominidés
Image Dr. Miki Ben Dor

L'archéologie preuve notre instinct de prédateur
Les preuves issues de la biologie humaine ont été enrichies par par les études archéologiques.
La recherche des isotopes stables dans les ossements humains préhistoriques, montrent qu'ils consommaient de préférence des animaux à haute teneur en matière grasse. Cet aspect est conforté  par les pratiques de chasse spécifiques aux humains : ils préféraient chasser des animaux de grande et moyenne taille. Pour les chercheurs, cette spécialisation était une preuve supplémentaire qu'ils étaient des hyper carnivores : ils tiraient 70% de leur énergie de ressources animales. Le Dr Ben-Dor précise que «...la chasse aux animaux de grande taille n'est pas une activité de tout repos... ces pratiques nécessitent beaucoup de connaissances... selon toute évidence, les restes de grands animaux trouvés dans de nombreux gisements archéologiques sont les indices probants de la grande expertise des hominidés comme chasseurs de de grands animaux".
Plusieurs études imputent l'extinction de la mégafaune et des grands animaux à la chasse sans faille par les représentants du genre Homo. Cela serait la meilleure preuve de la spécialisation des humains carnivores dans la chasse aux gros animaux.
L'évolution des outils est également en prendre en compte et le Dr Ben-Dor indiquent que les outils spécialisés pour obtenir et traiter les aliments végétaux ne sont apparus que dans les derniers stades de l'évolution humaine, ce qui confirme le rôle central des grands animaux dans régime alimentaire des premiers Homo sapiens, dans la plupart des pays. 

Le régime alimentaire des paléolithiques depuis 2,6 millions d'années
Image Dr. Miki Ben Dor

Du superprédateur carnivore à l'omnivore
Le Dr Ben-Dor précise toutefois "que les preuves archéologiques montrent que les humains du paléolithique consommaient également des plantes", Il ajoute : "Mais selon les résultats de cette étude, les plantes ne sont devenues une composante majeure de l'alimentation humaine que depuis 85 000 ans. Ce qui relativement récent par rapport aux 2 millions d'années de présence du genre Homo".
Les preuves de changements génétiques et l'apparition d'outils en pierre spécifique ont conduit les chercheurs à conclure que, commençant il y a environ 85 000 ans en Afrique et environ 40 000 ans en Europe et en Asie, une augmentation progressive de la consommation d'aliments végétaux s'est produite. de ce fait les homnidés ont bénéficié d'une plus grande diversité alimentaire. Ces modifcations sont à moduler en fonction des conditions écologiques variables.
Leur étude conclut à l'inverse que pendant preès de 2 millions d'années, les êtres humains, superprédateurs ont eu une alimentation presque exclusivement carnivore.

C.R.

Sources :

Humans were apex predators for two million years
Eurekalert
ONlinelibrairy


https://www.eurekalert.org/pub_releases/2021-04/tu-hwa040421.php

A lire également
2010 Déterminer l'alimentation des hommes préhistoriques par l'usure et les marques sur les dents
2010 Dents de Néandertal en Pologne
2010 Néandertal mangeait des plantes et des légumes qu'il avait cuits
2011 Analyse des dents d'Australopithèques
2011 Néandertal mangeait des coquillages
2013 Le sevrage des enfants chez Néandertal et Sapiens
2014 Alimentation Néandertal et Sapiens identique
2015 Homo erectus chassait l'éléphant il y a 500 000 ans
2016 Des restes de sang d'animaux sur des outils de 250 000 ans !
2016 Le régime alimentaire enrichi des hommes du Mésolithique
2016 Pas d'aliments cuits il y a 800 000 ans à Atapuerca
2016 Néandertal consommait 80% de viande et 20% de végétaux
2018 Néandertal carnivore presque exclusif ?
2019 Néandertal chassait le lapin
 

Alimentation dans la Préhistoire sur Amazon

 

Sur Hominides

- Alimentation au Paléolithique, une étude de Brigitte et Gilles Delluc.



Chasse à la préhistoire



Les hommes préhistoriques
Les hommes préhistoriques

A lire
Mangeurs de viande
Marylène Pathou-Mathis
Indispensable à l'équilibre du corps humain, la quête de la viande, en ce qu'elle nécessite la traque du gibier, a contribué à l'organisation de la société et stimulé l'esprit du genre humain : en favorisant la stratégie, la cohésion, le partage et même la division du travail ! L'homme est un mangeur de viande. Par nécessité physiologique, par goût ; de la viande animale, mais aussi de la chair humaine lors de repas cannibales. Certains chercheurs affirment que la consommation de viande a déclenché l'hominisation ; pour d'autres, c'est la chasse et ses rituels très hiérarchisés qui auraient favorisé l'émergence de l'homme sociétal...
Marylène Patou-Mathis remonte à nos origines pour découvrir comment notre alimentation s'est modifiée depuis la Préhistoire. Nous sommes tous des carnivores... des mangeurs de viande.
En savoir plus sur Mangeurs de viande.
Mangeurs de viande - Patou-Mathis
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall

Néandertal mon frère
S. Condemi F. Savatier
Mais alors qui est Néandertal ? Moins un singe repoussant qu’un roux à la peau diaphane ? Moins un charognard qu’un chasseur génial qui maîtrisait le langage et vénérait déjà ses morts ? Se pourrait-il qu’il soit encore parmi nous ? Bouleversée par l’irruption de méthodes inédites, notre histoire ancienne se récrit très vite, avec des surprises de taille. Dans cette passionnante enquête, les auteurs dressent le portrait le plus actuel de notre étrange ancêtre et passent en revue les multiples hypothèses sur sa disparition présumée.
Néandertal mon frère
Néandertal, mon frère - Condemi


Les dents de l'homme
De la préhistoire à l'ère moderne
Florie Duranteau
A travers un glossaire illustré extrêmement précis et développé, de Toumaï à l'homo sapiens, en passant par les australopithèques, cet ouvrage détaille et explique les diverses mutations de la dent, de la mandibule et de la face, en s'attardant sur les conséquences générées par ces transformations sur la posture et le régime alimentaire de chacun.
Les dents de l'Homme de la préhistoire à l'ère moderne
livre

 
Comparatif de credits, prets personnels, rachats de credits