www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - News -Préhistoire
Nouvelles datations du site libanais de Ksar Akil : Homo sapiens était présent il y a 42 000 ans (14/09/13)

Datation du site de Ksar Akil au Liban 
Les preuves directes de la présence d’Homo sapiens il y a 42 000 ans au Moyen-Orient actuel.  Une région qui a pu servir de lieu de passage pour les hommes modernes lors de leur sortie d’Afrique à la recherche de nouvelles ressources (vers Asie et l’Europe).

Ksar Akil, lieu de passage d'Homo sapiens il y a 42 000 ansLe site de Ksar Akil
La stratigraphie du site Ksar Akil, au nord de Beyrouth (Liban), s’échelonne sur une hauteur de 23 mètres. Il a été fouillé de 1937 à 1938 par des prêtres jésuites. Sous l’abri sous roche les chercheurs avaient dégagé des squelettes humains. Celui, relativement complet, d’une jeune fille de 7–9 ans  était positionné a coté des restes plus fragmentés d’un adulte. Ces deux fossiles ont malheureusement été perdus. Plus récemment, les chercheurs ont mis à jour un morceau de la mâchoire supérieure d’une femme. Ce dernier est exposé dans un Musée de Beyrouth.
Outre les restes humains le site a délivré des centaines de coquillages percés, des milliers d’outils en pierre et des ossement brisés d’animaux.
A droite Fouilles à Ksar Akil en 1938 à 17 mètres de profondeur. Photo Pitt Rivers Museum, University of Oxford.

L’étude
Les nouvelles datations sont le fruit d’une collaboration entre plusieurs chercheurs anglais, américains et néerlandais. Les travaux, dirigés par le Dr Katerina Douka ont été publiés dans la revue Plos One. Les nouvelles datations ont été réalisées sur les coquillages ayant servis de parure préhistorique mais également sur le seul reste humain encore disponible.

Datation du site de Ksar AkilDes datations qui confirment la présence humaine il y a 42 000 ans
Les premiers fossiles trouvés ayant été perdus, c’est leur emplacement dans les couches archéologiques qui a permis de calculer leur âge assez précisément. En effet les fossiles humains avaient été retrouvés dans la même couche stratigraphique que les coquilles de coquillages. Les 20 coquilles étudiées donnent au radiocarbone une datation comprise
entre – 40 800 et – 39 200 ans.
Par ailleurs la mâchoire de la femme ne contenant plus assez de collagène pour faire l’objet d’une datation radiocarbone c'est une modélisation statistique qui as permis de dater le fossile.  Cette étude confirme la période puisque l’âge de la mâchoire est compris entre –42 400
et – 41 700 ans.  
Photographie du crâne de la jeune fille de Ksar Akil associée aux coquilles d'un petit escargot marin (Nassarius gibbosulus / circumcinctus). La grande coquille de Glycymeris au centre n'a pas été percé, mais sa surface présente des traces importantes de pigmentation rouge vif.
(Photo: Katerina Douka et Musée d'Histoire Naturelle de Londres)


Implications
Il y a 42 000 ans la présence d’Homo sapiens est avérée sur différents sites en Europe : la grotte de Kent (Angleterre), la grotte del Cavallo (Italie). Les datations du site de Ksar Akil démontrent qu’à la même époque, l’homme moderne se trouvait également au Moyen-Orient, au Liban. Ces datations peuvent donner des indications aux chercheurs qui veulent déterminer les voies empruntées par Homo sapiens lors de ses sorties du continent africain. Jusqu’à maintenant on pensait que l’homme s’était d’abord dirigé vers l’Asie et avait ensuite bifurqué vers l’Europe.

Pour Keterina Douka, " Les fossiles humains à Ksar Akil semblent être d'un âge similaire aux fossiles des gisements européens. Il est possible que la région du Proche-Orient ne soit pas le seul point de passage de l'homme moderne se dirigeant vers l'Europe ; les Homo sapiens peuvent également avoir emprunté des routes alternatives. Une route maritime à travers la Méditerranée a été proposée bien que les preuves sont inexistantes. Une mine de données archéologiques maintenant identifie les plaines d'Asie centrale comme une région particulièrement importante, mais relativement inconnue, ce qui nécessite une enquête plus approfondie. "

C.R.

Source :
ScienceDaily
Plos One
DailyMail

A lire également
2012 Il a y 60 000 ans, Homo sapiens en Arabie ?
2010 Out of Africa via l'Arabie il y a 100 000 ans
2010 Les outils d'Homo sapiens au Moyen-Orient il y a 70 000 ans ?
2010 Une sépulture en Jordanie il y a 16 500 ans


 


 


Sur Hominides

Méthodes de datation
Méthodes de datations


Sortie d'Afrique à la préhistoire
Sortie d'Afrique - Out of Africa

- Out of Africa, la théorie est confirmée par la génétique

A lire
La paléodémographie
J.-P. Bocquet Appel, S.Prat,
M.-H. Moncel

99,99% de l'histoire démographique des hommes ou la démographie de la Préhistoire. L'un des rares ouvrages sur la démographie au paléolithique.
A lire en particulier les parties concernant la "première sortie d'Afrique" (Prat) et et l'expansion humaine en Eurasie (Moncel). 
La paléodémographie.


 
Comparer les credits