www.Hominides.com
Contacts

Actualités > Le climat est-il à l'origine de la disparition de la mégafaune africaine ?

Disparition de la mégafaune : la lignée Homo disculpée ? (04/12/18)

Disparition des grands mammifères africains, y-a-t-il un responsable ?
La majorité des études désignaient jusqu’à présent  Homo sapiens comme principal responsable de la disparition de la mégafaune. Une nouvelle étude américaine remet en cause ce paradigme.  

L’étude « Plio-Pleistocene decline of African megaherbivores: No evidence for ancient hominin impacts” a été publiée le 23 novembre 2018 dans la revue Science. Elle a été menée par l’archéologue Tyler Faith (Muséum d'histoire naturelle de l'Utah, accompagné par  John Rowan  (Université Massachusetts Amherst),  Andrew Du (Université de Chicago)  et Paul Koch (Université de Californie).

Une équipe de chercheurs américains conteste l’idée que les ancêtres de l’homme, utilisateurs d’outils, ont contribué à la disparition des grands mammifères en Afrique au cours des derniers millions d’années. Les chercheurs soutiennent que ce sont plutôt des changements environnementaux à long terme qui ont entraîné les extinctions, principalement sous la forme d'une expansion des prairies probablement causée par la baisse des niveaux de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère. Le déclin des mammifères géants se serait déroulé sur près de 4,6 millions d’années.
A gauche Dent de Ceratoterium simum

Pour tester les impacts des anciens hominidés, les chercheurs ont compilé un bilan de 7 millions d'années d'extinctions d'herbivores en Afrique orientale, en se concentrant sur les très grandes espèces, les «méga herbivores» (espèces de plus de 900 kg).  Par rapport à l’Afrique contemporaine, la diversité de la faune  était beaucoup plus grande dans le passé. Par exemple,  l’Australopithecus afarensis «Lucy», âgée de trois millions d'années, partageait son environnement  (Hadar, Ethiopie) avec trois girafes, deux rhinocéros, un hippopotame et quatre espèces semblables à des éléphants.
Quand et pourquoi ces espèces ont disparu a longtemps été une problématique pour les archéologues et les paléontologues. Il était facile de mettre en rapport ces disparitions et le développement croissant des hominidés utilisateurs d'outils et carnivores, qui devenaient des responsables tout désignés ! 

Des extinctions sur le long terme à partir de 4,6 millions d’années…
"Nos analyses montrent un déclin constant et sur une longue période de la diversité des mégaherbivores à partir de 4,6 millions d'années. Ce processus d'extinction a débuté il y a plus d'un million d'années avant les toutes premières preuves de la fabrication d’outils par nos ancêtres capables de chasser comme Homo erectus ", indique TylerFaith.
Les chercheurs ont quantifié les changements à long terme des mégaherbivores d'Afrique de l'Est en compilant des études concernant plus de 100 fossiles sur une période de 7 millions d'années. Parallèlement, l’équipe a examiné les données concernant les tendances climatiques et environnementales. En particulier, elle a analysé les effets du CO2 atmosphérique global, des enregistrements d'isotopes de carbone des végétaux ainsi que les isotopes de carbone des dents d'herbivores fossiles d'Afrique de l'Est.
A droite Dent d'Hippoptamus amphibius

Leur analyse révèle qu’au cours des sept derniers millions d’années, d’importantes extinctions de mégaherbivores ont eu lieu : 28 lignages se sont éteints.  La majorité des communautés actuelles ne comprennent plus de grands animaux.

Les conditions climatiques en question   
Selon les analyses, il apparaît que le déclin des mégaherbivores a débuté il y a environ 4,6 millions d'années et que le taux de diminution de la diversité n'a pas changé depuis l'apparition d’Homo erectus (un hominidé à qui les extinctions étaient souvent imputées). Au contraire, l'équipe de Faith soutient que le climat est plus probablement le vrai responsable.
"Le facteur clé dans le déclin des mégaherbivores du Plio-Pléistocène semble être l'expansion des prairies, ce qui est probablement lié à une baisse globale du CO2 atmosphérique au cours des cinq derniers millions d'années", a déclaré John Rowan (Université du Massachusetts). "Les faibles niveaux de CO2 favorisent les herbes tropicales au détriment des arbres et, par conséquent, les savanes sont devenues moins ligneuses et plus ouvertes au fil du temps. Nous savons que beaucoup de mégaherbivores éteints se nourrissent de végétation ligneuse, de sorte qu'ils semblent disparaître parallèlement à leur source de nourriture."

Moeritheriem - Vue de l'artiste - Heinrich Harder

"Malgré des décennies de littérature affirmant que les premières hominidés avaient eu un impact sur les anciennes faunes africaines, peu de recherches ont été menées pour tester ce scénario ou explorer des alternatives", a déclaré Tyler Faith. "Nous pensons que notre étude constitue une étape majeure dans la compréhension de l'ampleur des impacts anthropiques sur les communautés de grands mammifères et constitue un contre-argument convaincant à ces idées reçues de longue date sur nos ancêtres."

CR

Sources :

Plio-Pleistocene decline of African megaherbivores: No evidence for ancient hominin impacts
J. Tyler Faith, John Rowan, Andrew Du, Paul L. Koch

ScienceDaily


Autres articles en rapport

2016 Les début de la préhistoire de l'Australie : 50 000 ans en arrière
2015
L'homme responsable de la disparition de la mégafaune en Australie
2012
Les chasseurs responsables de la disparition de la mégafaune en Australie
2011 La pêche à la préhistoire au Timor Oriental près de l'Australie
2011 Les premiers aborigènes originaires d'Afrique
2007 Homo sapiens à la conquête de l'Australie

 

Recherche "animaux préhistoriques" sur Amazon.fr

 



Sur Hominides

Méthodes de datation
Méthodes de datations

A lire
Les mammifères disparus
Loic Costeur
Apparus au Trias, les mammifères deviennent les maîtres sur Terre après l'extinction des dinosaures. Des premiers rongeurs aux ancêtres de l'homme, en passant par les paresseux géants, les tigres à dents de sabre et autres monstres fossiles, ce livre nous entraîne sur les traces de ces animaux et de leurs descendants actuels, à travers une histoire riche en rebondissements.
Le DVD : Remontons le temps à la rencontre des ancêtres des mammifères ! Voici plus d'un million d'années, Smilodon, le redoutable félin, règne en maître sur les plaines d'Amérique du Sud. La concurrence est rude cependant au sein du clan, et le vieux Dent de Sabre, qui a déà perdu une canine au combat, risque de devoir abdiquer... Bien plus tard en Europe, le froid de l'hiver glaciaire s'abat sur une horde de mammouths, qui se met en route pour sa migration annuelle : un long chemin semé d'embûches les attend.




Dernières nouvelles de sapiens...
Silvana Condemi
François Savatier
Homo sapiens est décidément une drôle d'espèce. On le pensait apparu quelque part en Afrique de l'Est il y a 200 000 ans, et voilà qu'on détecte sa présence bien plus tôt, et sur tout le continent. On le croyait sorti de son berceau il y a 80 000 ans, jusqu’à ce qu'on découvre, en Chine, des fossiles beaucoup plus anciens. Pire, ou mieux, comme on voudra : la génétique a montré qu'il y a peu, nous partagions cette planète avec d'autres espèces humaines désormais disparues et avec lesquelles nous nous sommes métissés! C’est dire l'urgence de faire le point sur nos ancêtres et d'écouter les dernières nouvelles de Sapiens. Des australopithèques au Néolithique, les auteurs nous content la fascinante saga d'un étrange primate, à jamais transformé par l'évolution et par notre bien le plus précieux : la culture.
Dernières nouvelles de sapiens



 


 
 

Mise en ligne le 04/12/18