www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités - Des restes humains découverts au Lazaret, datés de - 170 000 ans et attribués à H. heidelbergensis
Un fragmant de mandibule et la dent de lait d'un enfant découverts dans la grotte du Lazaret (30/07/12)

Plusieurs restes humains vieux de 170 000 ans...
Patricia Valensi

La grotte du Lazaret est l'un des plus importants gisements européens qui retrace le mode de vie des derniers Homo heidelbergensis.

Depuis plus de 50 ans de fouilles, sous la direction d'Henry de Lumley, des équipes de chercheurs et d'étudiants internationaux se succèdent pour mettre au jour les niveaux d'occupations humaines successifs constituant les 6 mètres d'épaisseur de sédiments de la grotte.

Mandibule avec dent d'un jeune enfant découvertes au Lazaret en 2012
En 2012, c'est un sol d'occupation exceptionnel qui vient d'être mis au jour. Ce 28ème niveau d'occupation humaine (UA 28) avait livré, en août 2011, le frontal d'un hominidé (Lazaret 24). Depuis, les découvertes de restes humains se sont succédé : diaphyse de fémur, fragment de mandibule portant une molaire de lait et début juillet, une molaire de lait aux racines résorbées soulignant une chute naturelle de la dent chez l'enfant. Les quatre restes humains ont été retrouvés dispersés sur le sol, de l'entrée vers le fond de la grotte, mélangés aux restes d'animaux et aux outils lithiques. Ils témoignent de l'installation d'un groupe humain composé d'hommes, de femmes et d'enfants.

Les datations radiométriques ESR/U-Th réalisées par Véronique Michel (Géochronologue) sur l'émail dentaire de dents de cerf provenant de tout le remplissage sédimentaire du site, montrent que l'ensemble des dépôts archéologiques sont datés de 190 000 ans à 120 000 ans. De part la position stratigraphique, le sol UA28 peut être daté de 170 000 ans environ.

Le sol UA28, fouillé sur près de 90 m², extrêmement riche en matériel, comprend plusieurs aires d'activités anthropiques : zone à bifaces, atelier de taille, aire de déchets, zone de fracturation des os et, près du porche de l'entrée, un petit foyer. Ce foyer d'environ 35 cm de diamètre a été découvert sans aménagement particulier. Peu riche en charbons de bois, il contient en revanche des fragments de coquilles marines et terrestres (Samir Khatib, Géologue).

L'industrie est très abondante et se rapporte à l'Acheuléen. Près de 40 bifaces ont été retrouvés sur ce niveau, ce qui est considérable. Parmi le petit outillage, ce sont les racloirs qui dominent largement comme le souligne Dominique Cauche (Préhistorien).

D'après Patricia Valensi (Archéozoologue), la faune de grands mammifères se compose essentiellement de cerf (Cervus elaphus) (70 % des restes), de bouquetin (Capra ibex) (20 % des restes) et d'aurochs (Bos primigenius), et de quelques restes de chevreuil (Capreolus capreolus) et de chamois (Rupicapra rupicapra). Ces espèces correspondent aux restes alimentaires des hommes, comme en témoignent les nombreuses traces de découpe et les marques de fracturation osseuse. La présence de nombreux bois de chute de cerf situe l'occupation de la grotte à la fin de l'hiver et/ou au début du printemps. Cette occupation apparaît néanmoins d'assez longue durée, c'est-à-dire de plusieurs mois, compte tenu de la présence de jeunes individus d'âges différents. La présence du chevreuil et l'abondance exceptionnelle de l'aurochs dans ce niveau soulignent l'installation de forêts tempérées et peut être d'un adoucissement climatique au sein de la glaciation du MIS6.
On note également le passage de quelques carnivores comme le loup (Canis lupus), l'ours des cavernes (Ursus spelaeus), le lynx des cavernes (Lynx spelaea) et le chat sauvage (Felis silvestris).

Les lapins (d'après Khalid El Guennouni, Paléontologue) sont également très abondants et témoignent d'un apport anthropique ou par d'autres prédateurs.

Enfin ce sol d'occupation UA28 a livré de nombreux restes de micromammifères (Emmanuel Desclaux et Constance Hanquet, Paléontologues), d'herpétofaune (Alaric Manzano, doctorant en paléontologie) et d'oiseaux (Thierry Roger, Paléontologue).

Patricia Valensi
Docteur en Préhistoire, Paléontologue, spécialiste des grands mammifères. Patricia Valensi est également conservatrice du musée de Préhistoire de Tourrette-Levens.
Laboratoire de Préhistoire du Lazaret
33 bis, Boulevard Franck Pilatte,
F-06300 Nice


Quelques références bibliographiques

Lumley H. de, Echassoux A., Bailon S., Cauche D., de Marchi M.-P., Desclaux E., El Guennouni K., Khatib S., Lacombat F., Roger T., Valensi P. (2004). Le sol d'occupation acheuléen de l'unité archéostratigraphique UA 25 de la grotte du Lazaret, Nice, Alpes-Maritimes. Edisud, 493 p.

Michel V., Shen G., Valensi P., Lumley H. de (2009) - ESR dating of dental enamel from Middle Palaeolithic levels at Lazaret cave, France. Quaternary Geochronology, 4 : 233-240.

Michel V., Shen G., Shen C.-C., Fornari M., Vérati C., Gallet S., Sabatier D. (2011) : Les derniers Homo heidelbergensis et leurs descendants les Néandertaliens : datation des sites d'Orgnac 3, du Lazaret et de Zafarraya. Comptes Rendus Palevol, 10 : 577-587.

Valensi P. (2009) - Evolution des peuplements de grands mammifères en Europe méditerranéenne occidentale durant le Pléistocène moyen et supérieur. Un exemple régional : les Alpes du Sud françaises et italiennes. Quaternaire, 20 (4) : 551-567.

Valensi P., Bailon S., Michel V., Desclaux E., Rousseau L., Genty D., Blamart D., Onoratini G., Lumley H. de (2007). Cadre climatique et environnemental des acheuléens de la grotte du Lazaret, à Nice. Données paléontologiques, biogéochimiques et radiométriques établies sur les faunes de vertébrés et d'invertébrés, ArchéoSciences, Revue d'Archéométrie, 31 : 137-150.



A lire également
2011 Découverte d'un crâne d'hominidé daté de - 170 000 ans au Lazaret : Akidaya
2012 Découvertes de nouveaux restes humains au Lazaret il y a 170 000 ans
2013 Comportement humain au Lazaret il y 160 000 ans



Sur Hominides
- Homo heidelbergensis

- Une seule race humaine

- Les origines de l'Homme


Grotte du Lazaret
La grotte du Lazaret

A lire
La grotte du Lazaret
Un campement de chasseurs il y a 160 000 ans.
Henry de Lumley

A Nice, une petite trentaine de mètres au-dessus de la mer, se trouve un lieu que des chasseurs ligures avaient élu comme campement il y a 160 000 ans lors de leur saison de chasse : la grotte du Lazaret. Grâce à un niveau d'occupation retrouvé intact, les
archéologues ont pu mener une véritable enquête et établir, à partir des multiples indices restés en place, comment s'y organisaient les activités de ses occupants. Aussi nous est-il donné d'apprendre ce qu'ils chassaient, comment ils chassaient, comment ils traitaient le produit de leur chasse, etc...
[Pour enfants et pour tous]
La grotte du Lazaret - henri de Lumley
Acheter ce livre

Les premiers peuplements de la Côte d'Azur et de la Ligurie
Henry de Lumley et collectif
Panorama complet des sites et des hommes préhistoriques qui ont été découverts autour de la Méditerranée : Terra Amata, Caune de l'Arago, Grotte du Lazaret habités par Homo erectus, l'Homme de Tauravel, Néandertal et Homo sapiens... Un bel ouvrage de vulgarisation très richement illustré et accessible à tous.
Les premiers peuplements de la Côte d'Azur et de la Ligurie.
[Pour tous et amateurs passionnés]
Les premiers peuplements de la Côte d'Azur et de la Ligurie