www.Hominides.com
Contacts
Références > Livre > Aurélien Simonet > Brassempouy
Livre - Brassempouy (Landes, France) ou la matrice gravetienne de l'Europe - Aurélien Simonet

Brassempouy (Landes, France) ou la matrice gravetienne de l'Europe
Aurélien Simonet





Brassempouy, ou la matrice gravetienne de l'Europe


Pour l'instant le livre n'est pas distribué en France, vous pouvez vous le procurer en le commandant à Eraul.
20 euros

Résumé
Après plus de 130 ans de fouilles et de recherches sur ce haut-lieu de la Préhistoire mondiale que représente le site préhistorique de Brassempouy (Landes, France), cette étude propose pour la première fois une vision globale des assemblages gravettiens. Le Gravettien est une culture paléolithique dont ses statuettes féminines, caractérisées par une emphase sur les attributs sexuels (fesses, seins), offrent des images iconiques. Avec les grottes ornées, ces Vénus sont l’autre pendant artistique de la Préhistoire. L’une des statuettes retrouvées à Brassempouy, la « Figurine à la Capuche » est précisément le plus beau visage de la Préhistoire dont l’art laisse généralement la première place aux animaux. Mais la grotte du Pape de Brassempouy, à l’entrée de laquelle la majorité des statuettes a été retrouvée au XIXème siècle, avait-elle livré tous ses secrets ? Quelles informations nous livrent les fouilles récentes ? En partant de l'observation d'une valeur ostentatoire conférée à certaines armatures de la grotte du Pape, cet ouvrage apporte de nouveaux indices en faveur d’une lecture unitaire et européenne du phénomène gravettien déjà illustrée par les statuettes féminines. Ainsi, la récurrence de certaines armatures, dont les pointes à cran représentent l’exemple le plus évident au sein des grands centres gravettiens que sont Brassempouy (France), les Balzi Rossi (Italie), Willendorf (Autriche) ou Kostienki (Russie), vient conforter l’idée d’un phénomène d’uniformisation européen durant le Gravettien. La « mythologie de la fécondité féminine » illustrée par les « Vénus » conserve sa place idéologique centrale mais pourrait se trouver complétée par une composante métaphorique sexuelle masculine plus difficile à cerner. Enfin, quittant nos racines paléolithiques pour aborder les sociétés plus récentes de l’Europe, cet ouvrage défend l’hypothèse d’une continuité idéologique depuis l’arrivée de l’homme moderne en Europe il y a plus de 40 000 ans jusqu’à nos jours. Entre les Vénus préhistoriques puis celtes, la Victoire de Samothrace, la « Liberté guidant le peuple » de Delacroix, la « Semeuse » et certaines stars du cinéma comme Grace Kelly, n’existerait-il pas un fil directeur mythologique ?  

Editions ERAUL
136 pages

Aurélien SimonetL'auteur Aurélien Simonet
Docteur en anthropologie – postdoctorant au laboratoire TRACES
de l'université deToulouse
Aurélien Simonet s'est spécialisé dans l'étude du Gravettien, période du Paléolithique supérieur comprise entre -27000 et -1 9000 ans av. J.-C. À partir de l'étude des sites du bassin pyrénéen, notamment du site de Brassempouy, ses recherches s'appuient essentiellement sur l'analyse des outils en silex laissés par les hommes préhistoriques.
Parallèlement à ces recherches, Aurélien Simonet travaille aussi depuis 201 1 en Asie centrale, sur le site mongole de Tsatsyn Ereg, occupé au Paléolithique supérieur.


Sommaire Pourquoi l'art préhistorique ?

Introduction

Chapitre I : Présentation du site de Brassempouy (Landes, France) : une caverne modeste pour la Joconde de la Préhistoire

I. Avant-propos
II. Localisation                                                                                                                 
III. Aperçu géologique et topographique
IV. Aperçu historiographique
V. Orientation de l’étude

Chapitre II : Les fouilles du XIXè siècle (1880-1881 ; 1891-1897) et la découverte des statuettes féminines

I.Descriptions stratigraphiques : une séquence quasi-complète du Paléolithique supérieur dans l’Avenue, la grotte du Pape et la Grande Galerie
II.Les fouilles Dubalen (1880-1881)
III.Les fouilles De Laporterie et Dufour (1890-1892)
IV.Les fouilles de l’AFAS (19 septembre 1892)
V.Les fouilles Piette et De Laporterie (1894-1895)
VI.Les fouilles Piette et De Laporterie (1896-1897)
VII.Synthèse

Chapitre III : Le chantier I : une zone de rejet en avant de la grotte du Pape

I.Descriptions stratigraphiques
II.Présentation de l’assemblage lithique de la couche D du chantier I
III.Une variété d’armatures lithiques
IV.Des modalités opératoires rapides et unifiées
V.Une utilisation de matières premières locales
VI.Le chantier I : une zone de rejet d’atelier de taille du silex ?

Chapitre IV : Le secteur GG2 au fond de la grotte du Pape : un dépôt intentionnel d’armes gravettiennes sacrifiées ?

I.Un témoin de la stratigraphie originelle au fond de la grotte du Pape
II.Présentation du corpus d’étude
III.L’industrie lithique
IV.L’industrie osseuse
V.Les données spatiales et taphonomiques
VI.Vers une attribution gravettienne
VII.Réflexion sur la mise en place des dépôts dans le secteur GG2
VIII.Un dépôt intentionnel d’armes sacrifiées ?
IX.Une conjonction d’éléments particuliers
X.Un sanctuaire à Brassempouy ?

Chapitre V : Armes et Vénus : vers une paléo-sociologie des gravettiens de Brassempouy

I.Une seule tradition gravettienne ?
II.Un espace compartimenté : l’exemple-type du campement gravettien à Vénus d’Europe occidentale
III.Une cohérence régionale à l’échelle pyrénéenne 
IV.Une cohérence nationale à l’échelle française
V.Une trame eurasiatique

Chapitre VI : De la technologie à l’idéologie

I.Introduction : l’idéologie comme objectif anthropologique
II.Un socle conceptuel restreint : l’idéologie trifonctionnelle indo-européenne de G. Dumézil et la bipolarité sexuelle paléolithique de A. Leroi-Gourhan
III.À la recherche de l’idéologie gravettienne
IV.Sanctuaires armés : de Brassempouy à Lascaux

Conclusion

Epilogue : la métamorphose de Vénus

Statuette féminine - La poire

Une illustration tirée de l'ouvrage

La Poire est une statuette féminine en ivoire de mmammouth dont seul le torse a été conservé.
Il a été découvert en 1892 dans la Grotte du Pape à Brassempouy.
Il est maintenant conservéau Musée d'Archéologie Nationale de St Germain en Maye

Un extrait de Pourquoi l'art préhistorique ?

ÉPILOGUE
LA MÉTAMORPHOSE DE VÉNUS
(p. 125-126)

Dans la Préhistoire et les sociétés primitives de manière générale, le domaine du féminin est omniprésent. Fentes naturelles transformées en vagin, symbole matriciel de la grotte elle-même récupérée en vaste champ d’application d’une idéologie de la fécondité pouvant éventuellement posséder une charge partiellement érotique. Le travail fondateur d’A. Leroi-Gourhan (1965) le montrait déjà : le domaine du féminin, dans la Préhistoire et particulièrement au Gravettien est largement sur-représenté. Dans l’échelle du temps, la vulve est le symbole qui possède la plus grande fourchette chronologique de perduration. Dans l’espace, aucune culture au sens technique du terme n’exprime mieux que le Gravettien l’uniformisation par l’image de la femme. Le cœur du Paléolithique supérieur coïncide ainsi avec le paroxysme de la puissance de l’image de la femme. L’identité culturelle de l’Europe gravitait autour d’une spiritualité où les courbes corporelles caractéristiques de la gestation féminine étaient sublimées de manière iconique. Plus généralement, la pensée primitive est profondément marquée par une iconographie et un symbolisme féminins.

Les sociétés primitives ont considéré que l’enfantement par la femme était quelque chose de prodigieusement divin et respectable et que les femmes structuraient toute société puisque par l’enfant, elles recréaient le monde devant elles. Pour ces sociétés, l’enfantement reproduit à échelle humaine la création terrestre. Dans l’exemple du Gravettien, le domaine du sacré gravite autour de symboles maternels féminins. Les Vénus, davantage connues du grand public sous la dénomination simplificatrice de Déesses-Mères, synthétisent le respect sacré du domaine féminin. Le culte de la fécondité féminine est d’ailleurs une constante des sociétés qui a perduré bien après la fin du Paléolithique supérieur jusqu’à la disparition des derniers païens d’Europe.

La caverne ornée est l’expression cosmique de la matrice féminine. La Vénus en est l’icône magnifiée. Et ni les efforts respectueux des gravettiens enterrant leur petites Vénus dans des fosses souvent recouvertes de scapula de Mammouth, ni les mauvaises interprétations des textes religieux succédant aux spiritualités paléolithiques ne firent oublier les anciennes icônes païennes.

Avec la « Figurine à la Capuche », le Gravettien, et plus spécifiquement le site de Brassempouy, a offert le plus beau visage de la Préhistoire. Cette Vénus est le visage de l’absolu originel, elle est l’une des manifestations les plus parfaites à travers laquelle l’homme arrache quelque chose à la mort.

Elle est le visage le plus familier de la sculpture mondiale. Comme toute œuvre primitive, elle présente les formes les plus chargées de surnaturel que nous connaissions. Son visage évoque l’idée d’une femme issue d’une autre planète davantage qu’une femme qui aurait vécu dans le sud de la France il y a 23 000 ans selon l’estimation chronologique effectuée à partir de l’étude du mobilier archéologique associé. Et pourtant elle nous paraît familière malgré son coup beaucoup trop long et le mystère de son regard d’ombre. Les seules parties du visage représentées sont fusionnées sous la forme de deux arcades sourcilières prolongeant le nez tel une panthère. Son visage est à la fois félin par sa partie supérieure, saurien par sa partie inférieure.

Le voile de la « Figurine à la Capuche » ne recouvre pas son autorité naturelle habilement diffusée par la géométrisation d’un visage reptilien : il la sublime. Car la Dame de Brassempouy incarne la star. Elle est la Grace Kelly de la Préhistoire. André Malraux disait qu’elle a besoin de la lumière pour exister, comme les stars. Jusqu’à sa récente exposition publique au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye en 2008, sa notoriété ne reposait que sur la circulation de sa reproduction sur papier glacé. Tout le monde connaît son visage mais peu de personnes l’ont vue, comme les stars. Les photographies la  subliment, masquent l’impact inéluctable du temps lézardant sa joue droite tout en rehaussant les reflets patinés de son teint d’ivoire.

Avec le buste de Nefertiti, seules les sociétés encore préhistoriques de l’Égypte pharaonique surent, après les grandes civilisations paléolithiques, mettre en place des modèles féminins dotées de l’alliance d’une puissance similaire, entre forme corporelle iconique et autorité coercitive. É. Piette ne s’était pas trompé, lui, l’inventeur méthodique qui la pensait en reine égyptienne.

Considérée comme trop orientale pour une statuette féminine européenne, la « Figurine à la capuche » fut soupçonnée d’être un faux après sa découverte. Trop aryenne pour une beauté égyptienne, le buste de Nefertiti alimenta les mêmes types de rumeurs selon un effet miroir. Dès leur découverte, les deux femmes auraient pu catalyser des réflexions sur la nature de la ligne de démarcation entre les valeurs transculturelles et celles, davantage spécifiques. Œuvres psychopompes, elles auraient pu canaliser les meilleurs instincts de l’humanité vers une fraternité des peuples dont le respect des différences s’appuierait sur un socle et des aspirations culturelles communes. Néanmoins, victimes de leur beauté à la perfection nécessairement suspecte, ces œuvres majeures de l’humanité n’ont pas été assez profondément questionnées.  




 

Livres sur l'art préhistorique sur Amazon



Sur Hominides

La Dame de Brassempouy
La Dame de Brassempouy


La maison de la Dame à Brassempouy
Maison de la Dame de
Brassempouy



Visite du Musée d'Archéologie Nationale
Musée d'Archéologie Nationale
St Germain-en-Laye



Collection Piette - Venus de Brassempouy
Salle Piette
Musée D'archéologie Nationale

(sur réservation)


Les Vénus de la Préhistoire
Les vénus dans
l'art préhistorique


Art mobilier préhistorique
Art mobilier


Livre art préhistorique
Notre sélection de livres sur l'art préhistorique

Sur Hominides
- Art pariétal

- Représentations dans l'art préhistorique

- L'art des cavernes par Romain Pigeaud

- Vénus dans l'art préhistorique


A lire
Un visage pour la préhistoire
Guillaume Terver
DVD
Présentation des collections du préhistorien Edouard Piette qui ont du attendre 100 ans pour être exposées au Musée d'Archéologie Nationale de St germain en laye. Venus de Brassempouy (la fameuse Dame à la capuche), art mobilier, outillage... Impressionant et simplement beau !
Un Visage pour la Préhistoire
Amazon

 
Brassempouy, station préhistorique il y a
20 000 ans...

Henri Delporte
Cet ouvrage de 1980 retrace l'historique des fouilles du site archéologique des Grottes du Pape au 19e siècle. Il présente également différents artefacts retrouvés sur le site de Brassempouy : outils de silex et de nombreux objets d'art mobilier découverts dans la grotte, dont bien sûr les neuf figurines.
Pour spécialistes
Brassempouy, station préhistorique
Amazon
 
Histoire de l'art primitif
Edouard Piette
C'est Edouard Piette qui découvrit en 1894 la statuette qui allait devenir "la Dame de Brassempouy". Le préhistorien Henri Delporte lui succéda sur le site près de 80 ans plus tard, à partir de 1981. Tous deux comptent parmi les grands préhistoriens de notre pays.
Le même ouvrage présente également un texte de Henri Delporte "Piette, pionnier de la Préhistoire".
Pour passionnés
Histoire de l'art primitif
Amazon

 
AbeBooks.fr - 110 millions de livres neufs, d'occasion, anciens et rares.  

 
Mise en ligne le 02/09/12