www.Hominides.com
Contacts

Dossiers > La pêche au Paléolithique

Pêche préhistorique

Pêche à la Préhistoire

Pêche à la préhistoire

Pour se nourrir, au Paléolithique, l'homme préhistorique devait chasser, cueillir, charogner, ramasser, déterrer et... pêcher. Utilisant l'ensemble des possibilités de son territoire, le paléolithique devait même plus souvent consommer du poisson que du mammouth ou du renne !  Moins dangereuse et plus sûre que la chasse, la pêche a dû dans certains cas, être même une ressource majeure pour l'homme préhistorique.
La pêche restait donc une vraie source de protéines, aussi qualitative que la faune terrestre et moins compliquée à obtenir, alors, pourquoi s'en priver ?



Posisson laugerie BasseComment savoir si l'homme pêchait et consommait du poisson ?
La situation des campements et gisements préhistoriques à proximité des rivières et des fleuves démontre l'intérêt du paléolithique pour les ressources d'eau douce. Poissons, crustacés, et coquillages étaient autant d'aliments à disposition, et presque à profusion tout au long de l'année.
L'étude biochimique des restes osseux et dentaires d'un individu permet d'évaluer ses habitudes alimentaires et la proportion de produits d'eau douce (poissons, coquillages, crustacés...) par une analyse isotopique. Pour Olivier Le Gall, « globalement, les résultats obtenus indiquent que la consommation de poissons devient significatives à partir de la seconde moitié du Paléolithique supérieur » (Richard et al., 2001) 1. 
« La pêche a permis la survie, l'organisation puis la cohésion sociale. En un mot, si elle a été pour tous une activité de subsistance, elle a surtout représenté un formidable moteur pour le développement de l'intelligence humaine » (Cleyet-Merle, 1990).
Gravure de poisson (Squalius), sur maxillaire de renne, de Laugerie-Basse. Collection du Marquis de Vibraye.

Les preuves directes d'une pêche au Paléolithique
Autant le dire tout de suite, les preuves d'utilisation de matériel de pêche ne sont pas très fréquentes : les filets, les lignes et les nasses ne peuvent se conserver plusieurs milliers d'années que dans des conditions extrêmement rares. En revanche, les archéologues ont mis à jours du « petit matériel » en matériaux durs qui a résisté au temps : hameçons, pointes barbelées, foënes... Quelques éléments sont plus difficilement interprétables, comme certains harpons assez épais et qui ne pouvaient pas s'enfoncer dans le corps mou des poissons.
De nombreux sites d'habitat ont délivré des restes de poissons, principalement des vertèbres fossilisées, montrant que l'homme préhistorique consommait régulièrement du poisson, même si le gisement était à plusieurs centaines de mètres de toute rivière. Inexistants au Paléolithique inférieur, des sites avec une ichtyofaune apparaissent au Paléolithique moyen, comme aux Fieux ou à Vaufrey. C'est véritablement au Paléolithique supérieur que les sites et les traces de poissons se multiplient.
Flechette à oiseaux
  Fléchette à oiseaux
Musée des Antiquités Nationales
Harpons Mas d'Azil Vertebres de poissons
Harpons Grotte du Mas d'Azil
Musée des Antiquités Nationales
Vertèbres de poissons
Musée de Castel Merle
    

Méthodes de pêche à la Préhistoire   
Parmi les méthodes recensées pour attraper du poisson, la première devait être manuelle : en glissant simplement sa main sous les rochers et les galets, certains poissons pouvaient être saisis et éjectés sur la berge où ils s'asphyxiaient.
Dans des portions de rivière, l'homme préhistorique pouvait également aménager le cours d'eau avec de simples branchages pour piéger des poissons qui remontaient le courant.

Nasse gravée préhistoire Pointes barbelées
Une représentation interprétée comme une nasse gravée...
Solutréen - Oulen - Ardèche
Pointes barbelées
De bas en haut : pointe à une barbelure, pointe à deux barbelures, pointes de harpon avec rang de barbelure

Musée des Antiquités Nationales
Hameçon Mas d'Azil Foëne
Hameçon Azilien
Musée de Lussac-les-Châteaux
Foëne
Musée des Antiquités Nationales
Ces deux première méthodes ne nécessitaient pas de matériel particulier et n'ont, du coup, pas laissé pas de traces.
Le principe de pêche à la nasse ou au filet recquiert quant à lui un certain savoir-faire en terme de tissage. Nul ne doute que nos ancêtres avaient ces capacités, mais malheureusement il n'existe pas de restes de ces fibres naturelles tissées.
Enfin, de la pêche à la ligne on n'a retrouvé que les hameçons dans la stratigraphie de nombreux sites magdaléniens datant de -18 000 ans.
Les harpons ou les foënes attachées au bout d'une lance devaient nécessiter une grande agilité et rapidité pour surprendre et attraper les poissons.
Les harpons de taille importante ont-ils pu servir pour la pêche ?
"... Il en va autrement avec le poisson. D'abord parce qu'il faut percer cette sorte de bouclier que constituent les écailles. Ensuite, parce que dans l'eau, un corps, à moins d'être assez gros, n'oppose pas une masse suffisante pour accuser le coup. Les harpons ne feraient que pousser le poisson plutôt que le percer..."
Extrait de Réflexions sur de présumés modes de pêche préhistorique, de René Parent.

Pécheur à la préhistoireLes poissons pêchés et ce qu'ils nous apprennent  
Sur l'ensemble des sites étudiés, le poisson le plus fréquemment rencontré est le saumon. Les archéologues indiquent que cela est peut-être tout simplement dû au fait que ce poisson a des os plus épais que les autres espèces. Ceci permettrait une plus grande facilité pour repérer ces ossements dans un gisement, mais aussi leur meilleure conservation. Pour les préhistoriens Brigitte et Gilles Delluc, c'est peut-être également préférentiellement la forte teneur en graisse du saumon qui a attiré les pêcheurs préhistoriques.  
Toutefois d'autres espèces ont été mises à jour, parmi lesquelles on peut citer l'ombre, la truite, la vandoise, l'anguille, le brochet, les cyprinidés, les daurades... L'étude des restes (vertèbres, écailles, arêtes...) peuvent également renseigner sur le mode de vie des pêcheurs : la saison pendant laquelle le poisson a été pêché, son âge (micro-chronologie), etc.
Une fois attrapé, il est probable que le poisson était séché ou fumé pour faciliter sa conservation, toutefois les indices de ces procédés restent ténues et non vérifiables.  

Les poissons dans l'art préhistorique

Dans l'ensemble de l'art pariétal, la faune terrestre est beaucoup plus souvent représentée que les animaux aquatiques. Mais à l'inverse des mammifères, les poissons peints ou gravés sont ceux qui étaient réellement pêchés et consommés.
L'abri du poisson a failli perdre son superbe brochet gravé quand un antiquaire a cherché à le détacher de la paroi.
Dans la grotte de Niaux, une truite a été gravée et modelée dans l'argile... Fragile, elle a traversé le temps et est arrivée à notre époque en parfait état.
A Pech Merle, un brochet est représenté au-dessus de l'un des chevaux ponctués. Il a été réalisé avant la fresque équine et il n'y a pas eu de tentative d'effacement : il s'est intégré dans le décor...  
Saumon - Abri du poisson
  Saumon bécart gravé
Abri du poisson
Poisson Arcy sur Cure SAumon Arcy sur Cure
Poisson peint
Arcy-sur-Cure
Saumon peint
Arcy-sur-Cure
brochet sur le panneau des chevaux à Pech Merle Poisson Grotte de Niaux
Brochet peint en rouge sur les chevaux du Pech Merle
Relevé Michel Lorblanchet
Poisson Grotte de Niaux
Parc de préhistoire de Tarascon-sur- Ariège


Le préhistorien Jean-Jacques Cleyet Merle estime à une centaine le nombre de pièces d'art mobilier figurant un ou plusieurs poissons.
Parmi les plus célèbres on peut citer les objets découverts à Lortet : un contour découpé de poisson et une gravure de saumons sur bois de renne. Le site de Laugerie-Basse a également permis de découvrir des œuvres majeures, comme celle intitulées « Les pêcheurs » dont l'interprétation reste toutefois controversée. A Lespugue, dans la Grotte des bœufs, un magnifique contour découpé en forme de sole a été identifié.   
Le galet gravé de la Baume Bonne est souvent cité comme preuve de pêche mais les figures qui le composent sont très difficiles à interpréter.
 
A droite : poisson gravé - Grotte Isturitz.

Poisson gravé Isturitz
Baton de Lortet Truite Grotte Lortet
A travers les pattes des rennes on peut voir des saumons
Gravure Bois de renne - Grotte Lortet
Truite sur contour découpé
Grotte Lortet - Musée des Antiquités Nationales
Queue de poisson Poisson gravé - Abri Pataud
Queue de Poisson - Contour découpé
Abri de Gourdan - Musée des Antiquités Nationales
Poisson gravé - Abri Pataud - Bois de cervidé
Exposé au Musée d'Archéologie de Périgueux
Sole préhistoire peche Laugerie Basse
Sole - Contour découpé
Grotte des boeufs - Lespugue. Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d'Archéologie nationale) / Martine Beck-Coppola
Plaque intitulée « Les pécheurs », trouvée à Laugerie-Basse: le poisson est clairement visible (à côté, les bras des pêcheurs ?).

« Les préhistoriques, qui ignoraient certainement toute contrainte en cette matière, étaient surtout des piégeurs et des chasseurs de poissons, plutôt que des pêcheurs. » Réflexions sur de présumés modes de pêche préhistorique, par René Parent.


Sources
Archéo-ichtyologie et pêches préhistoriques, Le Gal CNRS.
Réflexions sur de présumés modes de pêche préhistoriques, René Parent

http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/08/65/67/PDF/CostaLarou2004.pdf.

CR.


Pour aller plus loin

La préhistoire de la pêche
Jean-Jacques Cleyet-Merle
La pêche des temps anciens nous est connue grâce à ses instruments, aux vestiges osseux des animaux capturés et aux comparaisons ethnographiques.
Des orgines jusqu'à l'aube de l'histoire, nous voyons peu à peu apparaître des techniques que nous connaissons aujourd'hui. Les pages de ce livre nous dévoilent la longue histoire des rapports de l'homme avec le milieu aquatique...

Le Paléolithique,
idées reçues

Marc Groenen
L'auteur passe en revue toutes les images d'Epinal qui circulent sur le Paléolithique. Non, l'homme n'était pas qu'un carnivore chasseur de mammouths !... Non, l'homme préhistorique n'était pas forcément un être hirsute vêtu de peaux de bêtes...!
En savoir plus sur Le Paléolithique, idées reçues
Pour tous - Format de poche.

Le Paléolithique
Boris Valentin
L'histoire des hommes est essentiellement paléolithique : les humains se sont passés d'agriculture et d'élevage.... Ces sociétés préhistoriques n'en ont pas moins suivi des cheminements divers, tandis que les Hommes eux-mêmes connaissaient une évolution anatomique.
En savoir plus sur Le Paléolithique, de B Valentin.
Pour tous - Format de poche.
La préhistoire de la pêche
Le Paléolithique - idées recues
Le Paléolithique - Boris Valentin
Acheter
Acheter
     
L'homme
et l'outil

Sophie A. de Beaune
La taille de l'outil comme technique, du paléolithique au néolithique... Loin de l'inventaire, l'auteur s'attache à découvrir le pourquoi de l'invention et de sa diffusion dans les sociétés préhistoriques.

La France
au Paléolithique

Pascal Depaepe
L'histoire des hommes, des cultures, des innovations, de la recherche, au Paléolithique en France. Un nouvel ouvrage incluant les dernières découvertes.
En savoir plus sur La France au Paléolithique

 
L'homme et l'outil - Sphie A. de Beaune
La France au Paléolithique
 
Amazon  
     



Utilisation des textes du site :
En dehors du cadre personnel, vous devez impérativement soumettre à la rédaction d'Hominides.com une demande d'utilisation des textes et/ou schémas figurant sur le site, en précisant vos motivations.
Particulièrement, la reprise d'articles, de dossiers ou de schémas, pour une publication sur internet doit obligatoirement faire l'objet d'une demande d'autorisation préalable (contactez la rédaction).
 "Faire un simple copier-coller du travail d'un autre pour enrichir son propre site n'est ni valorisant, ni intéressant pour les internautes".

 
Mise en ligne le 01/09/14