www.Hominides.com
Contacts
Accueil - Hominidés - Hominidae - Actualités
Homo sapiens avait-il déjà atteint la Chine il y a 80 000 ans ? (21/10/15)

Des Homo sapiens en Chine plus tôt qu'initialement prévu ?
La découverte de dents datées de - 80 000 ans appartenant à des Homo sapiens en Chine repousse dans le passé l'arrivée de l'espèce de 20 000 à 30 000 ans...

Dents d'Homo sapiens en Chine il y a 80 000 ans
Les découvertes sur le site de Fuyan

Des campagnes de fouilles dans la grotte de Fuyan (à proximité de Daoxian, province chinoise du Hunan) ont été organisées de 2011 à 2013. Dans une strate d'argile sablonneuse les archéologues ont découvert 47 dents attribuées à Homo sapiens qui ont été confiées à une équipe internationale pour étude. Dans les mêmes strates, la mise au jour de restes d'animaux du Pléistocène supérieur permet de dater l'ensemble des artefacts entre 80 000 et 120 000 ans. Parmi des trente-huit espèces identifiées, on peut remarquer les restes d'Ailuropoda baconi, le plus grand des pandas géants, Crocuta ultima, une espèce de hyénidé, ou encore Stegodon orientalis, de la famille des éléphants.
L'étude a été publiée le 15 octobre 2015 dans la revue Nature par une équipe internationale dirigée par le professeur Wu Liu  (Institut de Paléontologie des vertébrés et de Paléoanthropologie de l'académie des sciences de Pékin).


L'étude des dents et leur datation  
Les dents de la grotte de Fuyan sont plus petites que celles des premiers Homo sapiens, et beaucoup plus proches de la taille de celles de l'homme moderne. Les rainures sur les canines, prémolaires et molaires, ainsi que les caractéristiques physiques (renflement buccaux, ou faces des dents), sont totalement semblables à celles de l'Homo sapiens actuel. La forme des racines les distingue également des dents des premiers hommes ainsi que des Néandertaliens .
Il ne fait aucun doute pour les chercheurs que les dents appartiennent à l'espèce Homo sapiens. "Il était très clair pour nous que ces dents appartenaient à l'homme moderne de par leur morphologie. Ce qui est  une surprise, c'est la datation" exprime le Dr María Martinón-Torres (University College London - UCL), co-auteur de l'étude.
Comme les fossiles se trouvaient sous un sol calcique qui scellait la strate archéologique les dents sont forcément plus anciennes que cette couche. Cette dernière ayant été datée (méthode uranium) de 80 000 ans, tout ce qui est sous les stalagmites est plus ancien, jusqu'à - 120 000 ans pour les chercheurs.

Les dents trouvéesdans la grotte de Fuyan en Chine qui repoussent l'arrivée d'Homo sapiens à - 80000 ans...
Les 47 dents retrouvées dans la grotte de Fuyan en Chine
Dents de la machoire supérieure à gauche et de la mandibule à droite. Image credit: Wu Liu et al.

Une dispersion en Chine très ancienne ?
Jusqu'à présent, il apparaissait que les premiers Homo sapiens avaient migré vers l'Asie il y a 50 000 à 60 000 ans. Par ailleurs, les plus anciens fossiles d'Homo sapiens hors du continent africain se trouvaient à Skhul et Qafzeh (Moyen-Orient) et ils étaient datés de - 100 000 ans.  Enfin, les premiers fossiles d'Homo sapiens en Chine trouvés en 2003 dans la grotte de Tianyuan, près de Pékin, avaient été datés de 40 000 ans.

Comme un grand nombre de d'anthropologues, Chris Stringer (Musée d'Histoire Naturelle de Londres) pensait que les squelettes de Skhul et Qafzeh étaient probablement une sortie d'Afrique « sans suite » qui s'était simplement arrêtée à ce qui est aujourd'hui Israël...
Il complète son intervention à la BBC en indiquant  "...cependant, le grand nombre de dents de Daoxian semble totalement  moderne par ses caractéristiques (tailles et morphologies), et la datation par uranium-thorium est cohérente avec l'évaluation à -80 000 ans. A première vue, cela pourrait  être compatible avec une première dispersion vers l'Asie du sud par une population semblable à celles connues de Skhul et Qafzeh. »

Pourquoi cette migration d'Homo sapiens est partie vers l'est plutôt que vers le nord ?
En sortant d'Afrique, ces migrants ont donc pris le chemin de l'Asie plutôt que celui de l'Europe... Les chercheurs ont proposé deux hypothèses pour expliquer ce cheminement.
 
La première est que l'Europe était déjà colonisée et habitée par Néandertal. Cette espèce aurait agi comme une « barrière » en repoussant les migrants Homo sapiens. Cette hypothèse ne repose sur aucune preuve concrète et présuppose un Néandertal relativement agressif face à un Homo sapiens fuyant la confrontation. Pour le chercheur Bruno Maureille (Directeur Pacea - Bordeaux), cette hypothèse d'un Néandertalien défendant des « frontières » est un peu «  gratuite ».  Il indique que le nombre de Néandertaliens en Europe était si faible au kilomètre carré que cela n'aurait certainement pas pu arrêter des populations d'Homo sapiens.  Par ailleurs, le chercheur souhaiterait que soit tentée une datation directe sur les dents...

La deuxième hypothèse est plus simple et plus logique. Pour le professeur Robin Dennell (Université d'Exeter) les Homo sapiens issus d'Afrique venaient de zones tropicales et ont simplement été attirés par des régions au climat identique. C'était le cas le sud de la Chine, mais pas du tout pour l'Europe qui était d'un climat rude et glacial.

Un premier Homo sapiens chinois ?
Toutes les dernières études chinoises tentent de faire naître Homo sapiens en Chine, ou tout du moins de le faire exister en Asie depuis le plus de temps possible. Cette nouvelle étude, qui a fait intervenir des chercheurs de plusieurs nationalités, va peut-être permettre de faire enfin émerger les preuves d'un Homo sapiens asiatique ancien... Pour l'anthropologue Jean-Jacques Hublin « nombreux parmi nos collègues chinois sont ceux qui refusent l'idée d'une origine africaine des asiatiques modernes et veulent absolument leur homme moderne chinois le plus ancien possible... »
Cette révolution dans l'histoire des grandes migrations inspire Wu Liu, qui voit dans cette découverte la preuve qu'Homo sapiens « est arrivé en Chine deux fois plus tôt qu'en Europe" !

C.R.

Sources :
ScienceDaily,
BBC
Le Monde
Le Point

A lire également
2013 : L'ADN d'un Homo sapiens de Chine vieux de 40 000 ans
2012 : Les hommes du Cerf Rouge
2012 : Le plus ancien homme moderne en Chine il y a 63 000 ans
2011 : Violences humaines il y a 200 000 ans en Chine
2010 : Des premiers hommes en Chine il y a 100 000 ans ?
2008 : Un crâne de plus de 80 000 ans en Chine
2007 : Homo sapiens et la colonisation de la Chine




21/10/15


 
Sur Hominides
- L'homme de Pékin

- Une humaine


Méthodes de datation
Méthodes de datations


Sortie d'Afrique à la préhistoire
Sortie d'Afrique - Out of Africa



Expansion de l'homme
préhistorique


A lire
La préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient
Marcel Otte
La préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient, nouvel ouvrage du préhistorien Marcel Otte sur une zone géographique rarement décrite en préhistoire. Espèces d'hominidés (Homo erectus, Homo florresiensis, Homo sapiens), cultures lithiques
En savoir plus sur le livre Préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient.
La préhistoire de la Chine
Amazon

Sapiens, une brève histoire de l'humanité
Yuval Noah Harari
Sapiens, une brève histoire de l'humanité, un livre de l'historien Yuval Noah Harari qui nous raconte le succès de l'espèce Homo sapiens d'un point de vue évolutif mais pas forcément au niveau de l'individu... Pourquoi les chasseurs-cueilleurs vivaient beaucoup mieux que nous..
Sapiens une brève histoire de l'humanité
Sapiens une brève histoire de l'humanité


Quand d'autres hommes peuplaient la terre
Jean-Jacques Hublin
Le point sur les dernières découvertes et études scientifiques sur les origines de l'homme de Lucy à Néandertal... une nouvelle évolution de l'homme.
Facile à lire et complet.

En savoir plus sur le livre Quand d'autres hommes peuplaient la terre
Quand d'autres hommes peuplaient la Terre
Amazon

Survivants
Chris Stringer
L'Afrique passe aujourd'hui pour le berceau de nos premiers ancêtres humains ; est-elle également le lieu originel de notre espèce Homo sapiens et de ce qui lui est propre : le langage, l'art, la technologie complexe? L'hypothèse de cette double sortie d'Afrique, d'abord étayée par les restes fossiles, se nourrit des données archéologiques et génétiques, y compris, depuis peu, l'ADN des fossiles néandertaliens. 
En savoir plus sur Survivants
Survivants