www.Hominides.com
Contacts
Références > Revue > Préhistoire magazine
Préhistoire Magazine - Revue consacrée uniquement à la Préhistoire - Numéro 4 - Mars 2012

Préhistoire Magazine
En kiosque ! Une nouvelle revue trimestrielle consacrée exclusivement à la Préhistoire


Seule revue en langue française consacrée à la préhistoire, aux animaux préhistoriques (et donc les dinosaures...) et à l'anthropologie, c'est-à-dire les hommes préhistoriques.


Préhistoire magazine n°5 juin 2012

Préhistoire magazine Numéro 5Vous avez dans les mains le nouveau numéro Préhistoire magazine... en grand format ainsi que vous avez été très nombreux à nous les demander.
Cela fait désormais une année que nous existons et nous ne pouvons que vous dire un grand merci. Avec ce numéro, nous avons choisi de nous concentrer sur un dinosaure très connu, presque "starisé" pourrait-on dire : le Velociraptor ! Il a notamment été rendu célèbre par le film "Jurassic Park" de Steven Spielberg qui avait d'ailleurs à l'époque exagéré la taille de ces animaux par rapport aux squelettes découverts.
Toutefois des fossiles plus récents de ces "reptiles", découvertes un ou deux ans après sa sortie en salle, ont permis de prouver que d'autres espèces de "raptors" (Utahraptor et surtout de Deinonychus, dont découverte au Montana avait frappé les esprits) pouvaient atteindre une taille qui égalait (voir qui dépassait) celle des raptors du film. Spielberg avait préféré agrandi les raptors pour éviter que les spectateurs de les confondent avec le Dilophosaure.
Le Vélociraptor possédait de puissantes mâchoires portant environ 80 dents acérées, mesurant, de la tête à la queue, environ 1,5 à 2 mètres pour une hauteur de 1,2 mètre et son poids avoisinait 15 kilogrammes. Ses membres postérieurs étaient pourvus d'une griffe rétractile, capable de se positionner presque à la verticale pour poignarder la peu de sa proie. Sa queue, rigidifiée par des tendons osseux, l'aidait à s'équilibrer lorsqu'il se dressait pour poignarder sa proie. Cette technique de chasse a été confirmée par la découverte d'un fossile de Vélociraptor dont une immense griffe se trouvait à l'emplacement du cou d'un Protoceratops. On suppose que le prédateur et sa proie furent brusquement ensevelis par un glissement de terrain en plein combat. Les dernières recherches prouvent que les Vélociraptors avaient des plumes ! En effet, c'est en comparant les cubitus de fossiles du Vélociraptor avec ceux d'urubus à tête rouge que les traces de plumes sur les os deviennent clairement identifiables. Cependant ces plumes n'étaient pas suffisantes pour faire voler ces dinosaures, les membres antérieurs étant notamment trop petits.
Notre équipe rédactionnelle a également choisi de vous parler de deux créatures fascinantes : l'Archéoptérix et le Mégalodon, un redoutable prédateur marin.
Vous aurez aussi la possibilité de lire un très bel article sur Otzi, l'homme des glaces. Est-on sur les traces d'un meurtre millénaire ?

Sommaire Préhistoire Magazine numéro 5

Actualités

Vélociraptor. Un "Raptor" de première classe

L'archéoptérix. Le premier Oiseau

Mégalodon. Un requin géant

Otzi, un meurtre daté de 5 300 ans

Exposaurus

Une nouvelle exposition au Paléospace


Préhistoire magazine n°4 Mars 2012


Préhistoire magazine N°4 Stegosaurus signifie reptile cuirassé ou reptile à toit, il a été baptisé ainsi par Othniel Charles Marsh en 1877 car lorsque Marsh a découvert le Stegosaurus, il croyait que les plaques dorsales du dinosaure étaient disposées à l'horizontale, formant ainsi un toit. Mais c'est après que l'on découvrit qu'en fait ses plaques étaient verticales[]. Stegosaurus est un genre de grands dinosaures herbivores ayant vécu à la fin du jurassique, entre 156 et 140 millions d’années avant notre ère, communément appelés stégosaures. Il mesurait environ 8,5 mètres de long, 4 mètres de haut et pesait jusqu’à 3 tonnes. Les fossiles ont été principalement retrouvés en Amérique du Nord, dans les États du Wyoming, de l’Utah et du Colorado. Incapable de courir, ce dinosaure se nourrissait de plantes proches du sol. Sa lenteur et sa maladresse le rendaient vulnérable aux prédateurs, mais il pouvait se défendre grâce à sa queue, hérissée de 4 piques pouvant atteindre 1 m de long. La double rangée de plaques osseuses qu’il portait sur le dos n’avait que peu de valeur défensive mais servait probablement à réguler sa température corporelle comme le radiateur du Dimétrodon. Une autre théorie avance que ces plaques, se gorgeant de sang, prenaient une teinte rouge vif, intimidant ainsi des prédateurs potentiels comme Allosaurus. Les temps préhistoriques nous réservent encore d’autres surprises. Ainsi en est-il des insectes géants du Carbonifère. La raison de leur gigantisme ne serait-elle due qu’à un taux d’oxygène dans l’air plus important que de nos jours ? Et que dire du Baluchithérium, espèce de rhinocéros sans corne gigantesque, plus grand mammifère terrestre qui ait jamais existé. L'animal vivait il y a 30 millions d'années (à l'époque de l'Oligocène et du Miocène) et était herbivore. Sa disparition s'explique très certainement par les changements climatiques et le fait que la reproduction de l'espèce était relativement faible, la gestation d'une femelle pouvant durer jusqu'à plus de deux ans. L’Australopithèque a longtemps fait figure d’ancêtre de l’homme moderne. Mais est-ce encore le cas ? Nous vous proposons une étude sur les ancêtres de l’humanité sans oublier de vous présenter l’Institut de Paléontologie Humaine de Paris qui s’est fait uns spécialisation dans l’étude et la recherche des Hominidés.
Bonne lecture !

Sommaire du n°4 :

- Les insectes géants du Carbonifère

- Le Stégosaure

- Baluchithérium : Un animal hors du commun

- L'Australopithèque : l'ancêtre de l'homme ?

- IPH : L'Institut de Paléontologie Humaine

- Les Hommes fossiles en os et en chair

- Les dames du temps jadis

- Evo, un jeu de société préhistorique


Préhistoire magazine n°3 - novembre 2011

Préhistoire magazine n°3 Le Triceratops est un dinosaure herbivore de la famille des cératopsidés qui a vécu à la fin du Maastrichtien, au Crétacé supérieur, il y a 68 à 65 millions d'années, dans ce qui est maintenant l'Amérique du Nord. Il a été l'un des derniers dinosaures avant leur extinction. Ayant une grande collerette osseuse, trois cornes et quatre grandes pattes, et montrant des similitudes avec le rhinocéros, le tricératops est l'un des dinosaures les mieux reconnaissables et l'espèce la plus connue des cératopsidés. Il a notamment vécu à la même période que le redoutable tyrannosaure[]. Il ne se sont d’ailleurs probablement jamais affrontés de la façon dont le présente la culture populaire. Triceratops a été découvert par John Bell Hatcher en 1886. À la fin du XXe siècle, on avait retrouvé une cinquantaine de crânes en Amérique du Nord, plusieurs ossements mais aucun squelette complet. Cet animal vivait probablement en troupeaux, dans des plaines et des forêts qui bénéficiaient d’un climat assez doux. Avec sa tête basse, il broutait des plantes herbacées, des fougères et pouvait plier les branches avec ses cornes pour attraper les feuilles qu’il mastiquait avec ses dents jugales.
Son bec en os était dépourvu de dents. Le tricératops se distingue par son large crâne, l'un des plus grands parmi les animaux terrestres puisqu'il pouvait atteindre 2 mètres de long, soit presque le tiers de l'animal. Sur l’usage de ses cornes et de son bouclier crânien, les paléontologues ont émis diverses hypothèses. Il pouvait s’agir d’une défense contre les grands prédateurs, notamment le tyrannosaure. Malgré la puissance redoutable de ce dernier, il semble que le tricératops ait pu sortir vainqueur de nombreux combats. L'articulation de la tête et du cou est de forme sphérique, elle se situe au point d'équilibre de la tête. Ainsi, le tricératops pouvait faire face dans toutes les directions avec rapidité et précision. Il est probable que des combats aient opposé les mâles qui s’affrontaient à coups de cornes qui servaient ainsi d’affirmation du rôle de mâle dominant au sein de la horde. Une partie supérieure du crâne, creuse, servait apparemment à amortir les coups. Ces cornes pouvaient aussi être un moyen de communication pour le troupeau et la collerette pouvait également servir pour la régulation thermique. Vascularisée, elle était capable d’emmagasiner ou libérer de l’énergie selon l’exposition au soleil. Des fossiles des tricératops d'âges divers ont montré que les cornes changeaient d'orientation avec l'âge : Pointant vers l'arrière chez les jeunes, elles s'orientent vers l'avant à l'âge adulte. De même, les ornements triangulaires présents sur la collerette des jeunes s'aplatissent avec l'âge. Nous vous invitons avec ce numéro 3 à partir à la découverte de ce redoutable et emblématique dinosaure.
Bonne lecture !

Sommaire du Numéro 3 de Préhistoire Magazine

Le Tricératops - Un Titan de la Préhistoire
François de SARRE

Les Reptiles Mammaliens de l'Ère Primaire
François de SARRE

Les Étonnantes Adaptations des Dinosaures
François-Pierre SCHNEIDER

La Guerre des Os entre Marshall et Cope
François-Pierre SCHNEIDER

Mémoires d'Ammonites
Claire ARTEMYZ

Mégathérium, Un Paresseux Géant
Max GUBBIO

Homo Floresiensis, Le Petit Homme d' Indonésie
François de SARRE


Préhistoire magazine n°2 - septembre 2011

Préhistoire magazine numéro 2
Revue des animaux préhistoriques…

Ce deuxième numéro fait la part belle à la faune préhistorique qui est le sujet de la majeure partie des articles de la revue.
Coté dinosaure nous avons un article sur l’Apatosaurus (ex-Brontosaurus) et l’exposition « Trésors de dinosaures » à l’IPH…
Coté faune marine nous découvrons l’étonnant ichtyosaure exposé au Paléospace mais également un article complet et passionnant sur l’explosion de la vie au Cambrien.
Plus « les pieds sur terre » nous retrouvons le Dinotherium, un pachyderme des temps préhistoriques…
Seul représentant de l’espèce humaine dans ce numéro 2 : le célèbre Cro-Magnon qui doit vous rappeler quelqu’un…



Sommaire du Numéro 2 de Préhistoire Magazine


Le brontosaure, un géant débonnaire
François-Pierre Schneider
Le brontosaure (lézard-tonnerre) est un pacifique herbivore du Jurassique découvert et décrit en 1877. Ce n’est que quelques années plus tard que les scientifiques se rendirent compte que ce fossile appartenait en fait à une espèce déjà décrite : l’Apatosaurus

Cambrien : l’explosion du vivant
François de Sarre
Il y a 535 millions d’années l’évolution de la vie dans les mers subit une fantastique « poussée ». Cette explosion se retrouve à la fois en terme de diversité mais également de nombre. Les espèces et les formes de vie se multiplient…

Anna : chronique d’un ichthyosaure
Adeline Aumont et Laurent Picot (Paléospace)
Anna est le surnom donné à un ichtyosaure exposé au Paléospace de Villers-sur-Mer. L’animal mesurait 5,40 m et son fossile est exceptionnellement bien conservé : le squelette est complet à 80% et son crâne à 90%... Zoom sur la qualité incroyable de son œil…

Les dinosaures s’invitent à L’IPH
L’exposition Trésors de Dinosaures est encore ouverte jusqu’au 15 septembre 2011 à l’Institut de Paléontologie Humaine à Paris. C’est une occasion exceptionnelle de pénétrer dans cet établissement centenaire pour y admirer des fossiles de dinosaures rarissimes…

Dinotherium : un pachyderme du fond des âges

Max Gubbio
Haut de 4 mètres, le Dinotherium est un pachyderme dont l’allure générale fait bien sûr penser à un éléphant, à un détail près : les défenses de l’animal sont recourbées vers le sol à l’inverse des éléphants actuels…

Cro-Magnon,  la pensée en action
Marcel Otte
L’homme de Cro-Magnon est en fait un représentant de l’espèce Homo sapiens qui vivait dans le Périgord il y a 30 000 ans. Le premier fossile a été découvert dans l’Abri Cro-Magnon. Article extrait de l’ouvrage « Cro-Magnon, aux origines de notre humanité » de Marcel Otte (2010). 



Préhistoire Magazine - No 1Sommaire du numéro 1 de Préhistoire Magazine


News
- Les ptérosaures "volaient comme des avions en papier"
- Des "super-lions" écumaient le Royaume-Uni pendant l'âge glaciaire
- Les Triceratops "se combattaient les uns les autres"

Le tyrannosaure - Un monstre aux milles facettes
François de Sarre
"Une véritable machine à tuer - Un tyrannosaure de 12 mètres de long avait une tête qui pouvait mesurer jusqu'à 1 mètre 50. Il avait des dents pointues atteignant 25 centimètres, tranchantes comme des rasoirs...."

La grande extinction des dinosaures
François-Pierre Schneider, chercheur et écrivain
"Il n'y avait aucune raison pour que les dinosaures disparaissent" a déclaré Eric Buffetaut, grand spécialiste des reptiles fossiles. Et pourtant ces myhtiques sauriens ont disparu aux alentours de - 65 millions d'années..."

L'homme de Tautavel
Musée de Tautavel
"Il y a 450 000 ans un groupe d'Homo erectus européens observe la vallée qui s'étend au pied de la "Caune de l'Arago", la grotte des hommes de Tautavel... En 1971, la découverte de L'homme de Tautavel (-450 000 ans) par les équipes du Professeur de Lumley a suscité la volonté de créer un pôle scientifique et culturel..."

Néandertal, une autre humanité

Marylène Patou-Mathis
"Premier homme fossile reconnu, premier être humain différent de l'homme actuel, Néandertal joua un rôle fondamental dans l'établissement de l'anciennneté de l'Homme et de son évolution... "


Sur Hominides
Dinosaure
Les dinosaures

- La bipédie

- Les hommes préhistoriques

A lire ou a voir...
Les dinosaures, idées reçues
Eric Buffetaut
"Les dinosaures étaient gigantesques" - "Les paléontologues peuvent reconstituer un dinosaure à partir d'un seul os" - "Les dinosaures se livraient de féroces combats" - "On trouve des dinosaures congelés dans les glaces des pôles" - "les dinosaures se sont éteints sans descendance" - "On pourra un jour faire revivre les dinosaures à partir de leur ADN" - "On ne saura jamais pourquoi les dinosaures ont disparu"...
Les dinosaures idées recues
Les dinosaures Idées reçues


Aux origines
de l'humanité

Jacques Malaterre /
Yves Coppens

Les 3 documentaires de Jacques Malaterre sur l'évolution de l'homme à la préhistoire avec la caution scientifique d'Yves Coppens.
En savoir plus sur la trilogie "Aux origines de l'humanité"

Origines de l'humanité
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall
 
Le Mystère Otzï
Richard Dale
Edition en DVD du documentaire de Richard Dale, présentant les différentes théories concernant les circonstances de la mort d'Otzï.
En savoir plus sur le documentaire .

le Mystère Otzi


Cro-Magnon, aux origines de notre humanité 
Marcel Otte
Cro-Magnon, aux origines de notre humanité
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall
Un livre de vulgarisation sur l’Homme de Cro-Magnon vu sous l’angle de la culture, du savoir-faire, des pratiques. Un point de vue original sur notre ancêtre direct. Ancien élève d'André Leroi-Gourhan, Marcel Otte, professeur à l'université de Liège, directeur du Centre européen d'études paléolithiques, est actuellement le meilleur connaisseur de Cro-Magnon.

Le Paléolithique
Idées reçues

Marc Groenen
Le Paléolithique - Collection Idées recues - Marc Groenen

L'homme descend du singe, l'homme préhistorique habitait dans les grottes et il était vétu de peaux de bêtes... Elles sont nombreuses les inepties que l'on raconte à nos enfants ou lors d'une conversation de comptoir.
Histoires ou contes, les idées fausse sur la préhistoire et le Paléolithique ont souvent pour origine une volonté humaine d'exagérer ou d'enjoliver les choses....
Marc Groenen compile dans cet ouvrage les plus belles idées recues sur la préhistoire. Il corrige le devoir à la lumière des dernières avancées de l'anthropologie et de la science en général.
Facile à lire les différents chapitres peuvent être parcourus séparement les uns des autres. Pour Adultes et Adolescents.


Homo - Histoires plurielles d'un genre très singulier
Claude-Louis Gallien
Homo histoire plurielle d'un genre singulier

Préfacé par Yves Coppens, cet ouvrage présente l'intégralité des hominidés connus à ce jour avec leurs particularités et leurs histoires. La premiere partie du livre propose un véritable tour d'horizon des différentes théories de l'évolution (de la création de l'homme aux dernières avancées dans le domaine). C'est un véritable ouvrage de référence pour tous les adultes qu'ils souhaitent s'initier aux évolutions de l'homme... pour un tout petit prix : plus de 400 pages pour 15 euros !
L'auteur Claude-Louis Gallien est professeur à l'Université René-Descartes de Paris V.
 
 
 
 

 
Mise à jour le 04/07/12